“Cela m'aide à gérer ma maladie”

Publié par olivier-seronet le 09.04.2010
1 599 lectures
Notez l'article : 
0
 
cannabis thérapeutique
cannabis2_YUL.jpg

“J’ai 50 ans. Je suis séropositive et touchée par l'hépatite C depuis plus de vingt-cinq ans. Fumer du cannabis m'aide à avoir un bon sommeil et je me sens plus calme et détendue, sinon j'ai recours aux neuroleptiques. Cela m'ouvre également l'appétit car avec le lourd traitement que je prends je n'ai pas trop d'appétit. Avec mes 40 kilos, j'aimerais bien grossir un peu. Le cannabis soulage aussi mes douleurs musculaires. J'ai aussi réussi à supprimer tous les médicaments que je prenais pour les effets secondaires de ma trithérapie. Autre chose, j'ai pris de l'héroïne pendant quinze ans et le cannabis m'aidait à décrocher car après avoir fumé un joint il faut être cool et en général le monde des dealers de poudre est craignos. Alors je restais tranquille chez moi, je fumais un joint d'herbe et je prenais des médicaments contre le manque. L'année dernière, j'ai planté des pieds d'herbe car je ne veux pas entretenir le marché des dealers, mais les gendarmes ont débarqué chez moi. Je me demande par quel hasard car depuis plus de dix ans je suis intégrée dans mon village et j'ai de bonnes relations de voisinage. J'ai expliqué aux gendarmes que c'était du cannabis thérapeutique. Dix mois après, j'ai comparu devant un adjoint au juge qui m'a dit que je devais 500 euros d'amende et qu'on en parlait plus et que si je n'étais pas d'accord, ce serait un jugement au tribunal. J'ai accepté. Je n'avais pas le choix et je préfère que mon casier judiciaire soit vierge pour pouvoir trouver du travail.


Je pensais pouvoir m'expliquer devant cet homme de loi, j'ai une invalidité à 80 % depuis plus de dix ans et fumer du cannabis m'aide un peu à mieux gérer ma maladie, mais il n'a pas pris mon explication en compte.”


Témoignage publié dans le dernier Remaides (Hivers 2009)

 Illustration : Yul- Studio