7,9 millions de Français sont pauvres

Publié par olivier-seronet le 21.07.2008
765 lectures
Notez l'article : 
0
 
pauvreté
Manifestement l'effet bling bling ne touche pas tous les Français. L'Insee le confirme : 13,2 % des Français ont un revenu inférieur à 880 euros par mois. En 2006, 7,9 millions de personnes vivaient sous le seuil de pauvreté, un chiffre désespérément stable qui a un impact sur l'accès aux soins.

En 2006, le taux de pauvreté était d'environ 13,2 % en France métropolitaine, soit 7,9 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté. En France, le taux de pauvreté correspond à un revenu mensuel inférieur à 880 euros. Pour être plus précis, la moitié des personnes sous le seuil de pauvreté vivent exactement avec moins de 720 euros par mois. C'est bien souvent le cas des personnes qui perçoivent l'allocation aux adultes handicapés dont le montant est de 628,10 euros par mois. Ces mêmes personnes que le gouvernement a refusé d'exempter du paiement des franchises médicales plafonnées en 2008 à 50 euros.

Si l'Institut national de la statistique et des études économiques affirme que "l'évolution du taux de pauvreté" (+ 0,1 % entre 2005 et 2006) ne "peut pas être considérée comme significative", il n'en demeure pas moins que tout indique que le "niveau de vie global des Français se détériore". En effet, l'étude, publiée le 18 juillet, indique que la moitié des habitants de métropole ont un niveau de vie annuel inférieur à 17 600 euros, un chiffre en augmentation. Les 10 % des Français les plus modestes ont un revenu annuel inférieur à 9 720 euros. Ce sont les moins de 25 ans, les personnes qui vivent dans les grands centres urbains (hors Ile-de-France) et les familles monoparentales qui sont le plus touchées par la pauvreté. L'Insee indique que "30,3% des personnes vivant au sein d'une famille monoparentale vivent au-dessous du seuil de 880 euros par mois". Ce chiffre est 2,3 fois plus élevé que pour le reste de la population.

Ces données sont à mettre en parallèle avec les résultats d'une récente enquête de l'Institut de recherche et de documentation en économie de la santé (Irdes) qui explique que ce sont les personnes dont les revenus sont les plus faibles qui renoncent aux soins en raison des coûts de santé. Ainsi, 24 % de celles qui ont des revenus inférieurs à 800 euros par mois avaient renoncé à des soins au cours des douze derniers mois. Ce taux était de 7,4 % chez les ménages aux revenus supérieurs à 1.867 euros. L'enquête indique aussi que les ménages aux faibles revenus sont ceux qui souffrent du plus mauvais état de santé, ceux qui ont le taux de couverture en complémentaire santé le plus bas et qui renoncent régulièrement aux soins.
Infos plus complètes sur www.insee.fr (rubrique Publications).