AIDES au compteur

Publié par jfl-seronet le 02.12.2008
940 lectures
Notez l'article : 
0
 
1er décembre
Pour le 1er décembre, AIDES a lancé un compteur sur le décalage entre le nombre de personnes touchées et celle qui peuvent bénéficier d'un traitement. L'écart est dramatique et fait craindre le pire si rien n'est fait et si les pays riches ne tiennent pas leurs engagements en matière d'accès universel aux traitements. Seronet y était.
P1020639.jpg

Comme d'habitude, il pleut. Il fait froid, noir et humide. Comme d'habitude, la sempiternelle question vient : "Qui a eu l'idée stupide de choisir la date du 1er décembre pour la Journée mondiale de lutte contre le sida ?" Et puis comme d'habitude, la froideur n'a pas raison de l'engagement des participants, ni ne douche leur enthousiasme. Des participants venus à l'invitation de AIDES se mobiliser et surtout proclamer qu'il ne fallait pas "laisser la crise, tuer les séropositifs". C'est ce message qu'illustre d'ailleurs l'énorme compteur placé sur l'esplanade devant l'Opéra Garnier à Paris.

Ouvert le 1er décembre à minuit, il affiche deux chiffres. A 18 h 30, le 1er décembre, on peut découvrir que 11 125 contaminations ont eu lieu depuis minuit. Dans le même temps, 3 814 personnes, seulement, ont obtenu une mise sous traitement. C'est cela l'injustice. C'est cela le drame. Dans le monde, aujourd'hui, il se produit une contamination toutes les six secondes et une mise sous traitement toutes les 18 secondes. L'écart ne cesse de se creuser.

C'est cette initiative que salue Jean-Marie Le Guen, adjoint au maire de Paris, chargé de la Santé. Le discours est aussi sobre qu'attendu avec, au passage, un plaidoyer pour l'action municipale (c'est un peu la loi du genre), mais tout de même de l'énergie lorsqu'il défend l'importance de la visibilité des personnes séropositives dans la société. Cette visibilité, la présidente d'Act  Up, Marjolaine Dégremont n'en conteste pas l'intérêt. Mais pour Act Up,  cette année, la revendication est le combat contre la pénalisation de la transmission du VIH.

 "Ce soir, à l’occasion de la 20éme journée mondiale de la lutte contre le sida, le monde de la recherche, les institutions, et les militants sont réunis ici pour témoigner leur engagement et la nécessité de continuer à rester mobilisés pour l’accès universel au traitement et à la prévention ! Malheureusement l’objectif d’avoir des soins pour tous partout dans le monde est loin d’être atteint", rappelle Bruno Spire, président de AIDES. "Nous avons le devoir d’unir de nos forces pour assurer ce qui est le droit le plus fondamental pour les êtres humains, le droit à la santé et donc le droit à la vie, explique Bruno Spire. La lutte contre le sida a aussi été un vecteur de transformation pour les équilibres Nord Sud. Notamment avec la création du Fonds Mondial (…) Cette nouvelle situation inédite et pleine d’espoir est malheureusement, menacée par des considérations économiques. Sous prétexte de crise financière, les pays riches viennent d’imposer des coupes conséquentes dans les budgets des nouveaux projets financés par le Fonds Mondial. Nous ne pouvons accepter la situation : alors que les pays en développement se mobilisent pour faire avancer l’accès aux soins, les pays riches leur coupent l’herbe sous le pied en refusant de mobiliser de nouvelles ressources indispensables à l’accès universel aux traitements et à la prévention."


L'engagement du G8 pour l’accès universel au traitement et à la prévention en 2010 ne sera pas atteint, la mobilisation de 0,7 % des budgets nationaux des pays riches pour l’aide au développement ne sera pas tenue en 2015 et les objectifs du millénaire ont pris un retard considérable. C’est inacceptable", dénonce le président de AIDES. Les promesses non tenues des pays riches vont faire prendre au moins 15 ans de retard pour l’accès universel aux antirétroviraux dans le monde.

Présente pour le lancement du compteur, Françoise Barré-Sinoussi, prix Nobel de médecine pour la découverte du virus du sida, explique qu'elle a "parlé lors d'une réunion de l'organisation mondiale pour la Santé de ce compteur" parce qu'il est "important de savoir quelle est la situation dans le monde" et qu'il "reste tant à faire pour l'accès aux traitements".

A la fin des allocutions, il faisait toujours noir, froid et humide sur la place de l'Opéra. Il est 19 h 40. Sur le compteur, le nombre de contaminations est passé à 11 783 personnes et le nombre de mises sous traitements à 3939. Aujourd’hui, on dénombre 33 millions de séropositifs dans le monde, et seulement 3 millions de personnes sont sous traitement.

Commentaires

Portrait de Trudy Q

de voir cette année les revendications de Aides et de Act-Up . Differentes ? Divergentes ? Non , ces revendicatons vont dans le même objectifs et elles sont complementaires, et pour montrer à ce gouvernement qu'on es là ! En matière de santé , pour le bien de ce pays , heureusement nous sommes là avec 2, 3, ....10, 20 revendications . Article très intéressant !
Portrait de djeant

lejeant bravot a aides pour ce jours tellement énouvent je naurait pas voulus manquer un telle événement je suis tres fiére dettre militant de aides pour le travaille quil acomplice depuit 25 ans