Australie : l’ONUSIDA décerne des bons points

Publié par jfl-seronet le 29.07.2014
6 582 lectures
Notez l'article : 
0
 
Politiqueimmigration

Dans un communiqué (10 juillet), l'ONUSIDA a félicité l'Australie pour son engagement en faveur d'un traitement équitable des personnes vivant avec le VIH dans le cadre de ses politiques d'immigration. Le VIH se trouve ainsi placé au même rang que les autres maladies chroniques dans le cadre de l'évaluation sanitaire associée aux procédures d'immigration. Explications.

L'ONUSIDA félicite (10 juillet) le gouvernement australien pour "avoir confirmé que les personnes vivant avec le VIH ne sont pas automatiquement exclues, ou traitées de manière inégale, lorsqu'elles sollicitent un visa d'entrée, de séjour ou de résidence". Ce message, publié en amont de la 20e conférence internationale sur le sida de Melbourne (IAS 2014), tombe on ne peut mieux.

"Au cours du processus d'évaluations sanitaires effectué dans le pays dans le cadre des procédures d'immigration, les personnes vivant avec le VIH sont traitées comme les autres personnes souffrant de maladies et handicaps chroniques. Les demandes de visas émanant de personnes vivant avec le VIH seront traitées sur la base des mêmes critères appliqués à toute personne souffrant d'une maladie chronique", explique le communiqué de l’ONUSIDA.

Les mêmes opportunités que les autres

"Les personnes vivant avec le VIH doivent disposer des mêmes opportunités que les autres de contribuer à et profiter du monde globalisé actuel qui se caractérise par une immigration de plus en plus importante. La suppression des restrictions en matière de voyage n'est pas seulement un droit fondamental pour les individus, elle améliore également les perspectives commerciales pour les communautés", a déclaré Michel Sidibé, directeur exécutif de l'ONUSIDA. L’organisme onusien "plaide en faveur de la liberté de circulation égale pour tous, indépendamment du statut sérologique". "Il n'existe pas d'élément prouvant que les restrictions associées à l'entrée, au séjour ou à la résidence des personnes vivant avec le VIH permettent de préserver la santé publique", martèle-t-il régulièrement.

La fin des restrictions en matière d'entrée, de séjour et de résidence

"En 2012, plus de quarante dirigeants des plus grandes entreprises mondiales ont signé un manifeste contre les restrictions liées au VIH, les qualifiant de discriminatoires et de nuisibles au commerce", rappelle l’organisme qui indique que dans "le cadre du dialogue permanent entretenu avec les pays sur cette question", il a "adressé une série de communications à l'ensemble des pays, territoires et zones qui semblent appliquer des restrictions en matière d'entrée, de séjour et de résidence". Il a également soulevé cette problématique lors de visites officielles de haut niveau. "L'Australie a réformé de manière substantielle les procédures et les conditions d'application du système d'évaluation sanitaire dans le contexte migratoire depuis la publication des conclusions de l'enquête parlementaire réalisée en 2010 sur l'immigration et le handicap. Ce rapport incluait une augmentation annuelle du "seuil de coût significatif", la suppression de l'évaluation des coûts relatifs aux services de santé associée aux demandeurs de visa pour raisons humanitaires et des améliorations visant à accroître la transparence des procédures d'évaluation sanitaire", précise le communiqué.