Baromètre santé du Ciss : des craintes sur les coûts des traitements innovants

Publié par jfl-seronet le 22.03.2016
4 996 lectures
Notez l'article : 
0
 
Chiffresinnovation thérapeutique

Le Collectif interassociatif sur la santé (Ciss) a publié les résultats de son nouveau Baromètre des droits des malades (1). Réalisée depuis plusieurs années, l’enquête s’est intéressée aux prix très élevés de l’innovation thérapeutique. Explications.

Si l’on devait résumer d’une phrase, l’avis des Français concernant le coût de l’innovation thérapeutique, on pourrait dire qu’ils "sont largement favorables à l’encadrement des prix des traitements innovants pour qu’ils soient soutenables par la Sécurité sociale.

La majorité des Français ont déjà entendu parler des prix très élevés de certains traitements innovants obligeant leur rationnement en France et donc l’impossibilité d’en disposer pour tous les malades qui en ont besoin, indique le Ciss. Les retraités et les personnes CSP+ (les catégories socioprofessionnelles favorisées) sont les catégories de la population qui en ont le plus entendu parler (respectivement 64 et 65 %). Les personnes atteintes d’une affection de longue durée (ALD) sont près de deux sur trois à en avoir entendu parler (65 %). A l’inverse, expliquent les auteurs du Baromètre, les plus jeunes (59 % des moins de 35 ans) et les CSP- (les catégories socioprofessionnelles les moins favorisées) ignorent majoritairement cette problématique.

Le Baromètre a voulu connaître l’opinion des Français sur diverses mesures concernant le prix des médicaments. Avant de leur demander leur avis, il leur a été rappelé que les prix de certains médicaments innovants sont de plus en plus élevés. En France, par exemple, pour le traitement de l’hépatite C, il faut compter plus de 40 000 euros pour une cure, ce qui a conduit à sélectionner les malades : le traitement n’a été délivré qu’aux cas les plus graves. 83 des répondants sont d’accord avec l’idée que les pouvoirs publics doivent imposer aux laboratoires pharmaceutiques des prix soutenables par la Sécurité sociale permettant l’accès de tous aux traitements innovants. Pour 68 %, l’augmentation du budget de la sécurité sociale doit être une priorité pour financer le coût des traitements innovants en France. Est-il normal d’administrer un traitement coûteux seulement aux personnes les plus malades pour ne pas aggraver le déficit de la Sécurité sociale ? Seulement 38 % le pensent. 37 % des Français estiment qu’il est normal que l’industrie pharmaceutique verse des dividendes à ses actionnaires avec les revenus des traitements innovants coûteux remboursés par la Sécurité sociale. Enfin, signalons que 51 % des Français considèrent que les prix élevés des médicaments innovants sont justifiés par le coût de la recherche financée par l’industrie pharmaceutique.

L’opinion des Français est claire. Ils sont plus de huit sur dix (85 %) à penser que les pouvoirs publics devraient imposer aux laboratoires pharmaceutiques des prix soutenables par la Sécurité sociale pour que tout le monde puisse y avoir accès. L’égalité de tous devant les problèmes de santé est un principe partagé par une large majorité des Français. Ainsi, près de six Français sur dix (59 %) trouvent anormal qu’un traitement coûteux ne soit administré qu’aux personnes les plus malades pour ne pas aggraver le déficit de la Sécurité sociale et plus des deux tiers (68 %) jugent également anormal que les personnes qui ne sont pas les plus malades payent elles-mêmes les traitements les plus innovants pour y accéder, expliquent les auteurs du Baromètre. Il résulte de ces problèmes de coût que près de quatre personnes sur dix (38 %) ne pensent pas que, si un jour, elles avaient un besoin vital d’un traitement innovant coûteux, il serait pris en charge par la Sécurité sociale (57 % pensent le contraire). Cette crainte est particulièrement présente auprès des 25-34 ans (48 %) et des salariés du secteur public (48 %).

(1) : Sondage BVA pour le Ciss, réalisé du 25 au 27 février 2016 par téléphone auprès d’un échantillon de 1004 personnes, représentatif de la population française âgée de 15 ans et plus.