Belgique : le traitement post exposition remboursé… avec parcimonie

Publié par jfl-seronet le 09.08.2009
6 300 lectures
Notez l'article : 
0
 
Sexualitéréduction des risquesprévention
Longtemps attendu par les acteurs de la lutte contre le sida, le remboursement des traitements anti-VIH après un risque d'exposition est une bonne nouvelle, mais le gouvernement a accordé à cette mesure un budget bien en deçà des besoins.
extincteur.jpg

Le traitement préventif par trithérapie (en France, on parle de traitement d'urgence) sera désormais remboursé par la sécurité sociale dans une série de cas où une personne a été exposée à un risque élevé de contamination. C'est ce qu'indique le quotidien belge Le Soir (24 juillet). Selon le journal, l'arrêté vient de paraître. Cette administration de traitements pour empêcher l'infection était jusqu'à présent accessible gratuitement aux professionnels de santé exposés lors de soins, mais inaccessible aux autres personnes, sauf celles pour lesquelles "les centres de référence Sida décrochaient des médicaments gratuits auprès des firmes pharmaceutiques".

Comme le rappelle Le Soir, toutes les situations ne sont pas prises en compte. Il s'agit des victimes de viol qui ignorent si l'agresseur est séropositif ou pas, des personnes qui seraient agressées avec une seringue contaminée, une rupture de préservatif dans un couple sérodifférent, etc. "C'est le médecin prescripteur attaché au centre Sida qui évaluera, chaque fois, la hauteur du risque et qui tranchera si un traitement est nécessaire", indique Le Soir. Cette mesure "existe dans de nombreux pays et elle est recommandée dans le monde entier par de nombreuses autorités sanitaires. Les associations de défense des intérêts des séropositifs la réclamaient depuis longtemps. Un accident de préservatif est hélas toujours un risque et peut devenir dramatique dans un couple dont un au moins des membres est séropositif", indique le directeur de la Plate-forme Prévention sida de la Communauté française de Belgique, favorable à cette mesure. Il reste un point en débat. Le budget initialement prévu de 155 000 euros ne permettrait qu'environ 150 traitements. C'est de l'avis des spécialistes bien insuffisant. Le budget "devrait être adapté à la réalité et aux nombres des cas soumis aux Centres sida", note le directeur de la Plate-forme.
Plus d'infos sur http://www.preventionsida.org

Photo : Pinkfloyd

Commentaires

Portrait de sonia

"Le budget initialement prévu de 155 000 euros ne permettrait qu'environ 150 traitements" La conjoncture économique rendant l'accès aux traitements post exposition compliqué et restreint à certaines situations à haut risques, viols, rupture de kpote attaque à la seringue contaminée.... j'imagine que les plus pauvres, les étrangers, les travailleurs du sexe seront pénalisés sur ce coup là, alors que ce sont des foyers d'alerte maximale!