Belgique, Québec : des chiffres qui tombent

Publié par jfl-seronet le 15.12.2010
851 lectures
Notez l'article : 
0
 
épidémio
"Avec 1 135 nouveaux cas en Belgique en 2009, le nombre de contamination par le VIH a atteint le niveau le plus élevé depuis le début de l’épidémie", explique la Plate forme prévention sida (29 novembre) qui parle même d'un "triste record". Le nombre de diagnostics des infections sexuellement transmissibles (IST) se maintient, lui aussi, à un niveau élevé. Au Canada et au Québec aussi, les derniers chiffres ont été publiés. Explications.
bruxelles2.jpg

2009 : quels sont les chiffres en Belgique ?
1 135 personnes ont été diagnostiquées séropositives au VIH, soit le nombre le plus élevé de contaminations diagnostiquées par an dans notre pays. Ce nombre est élevé depuis plusieurs années avec notamment 1 068 infections diagnostiquées en 2005, 1 069 en 2007 et 1 093 en 2008. Sur l’ensemble des nouveaux cas de contamination en Belgique en 2009, on constate une confirmation de la proportion élevée d’homo/bisexuels masculins. Le nombre de nouveaux cas de contamination par an dans ce groupe a triplé sur les dix dernières années. Pour autant, "la contamination par rapports hétérosexuels reste en première position", rappelle Plate forme prévention sida. "Au total, entre le début de l’épidémie et le 31 décembre 2009, 23 438 personnes ont été reconnues infectées par le VIH en Belgique", indiquent les chiffres officiels. Les contacts hétérosexuels restent le mode de transmission le plus fréquemment rapporté en Belgique. Ils comptent pour 50,3% des infections diagnostiquées en 2009. La proportion d’infections liées à ce mode de transmission, qui était de 67,5 % en 2002 a donc fort diminué ces dernières années.
L’évolution confirme l’augmentation importante des infections diagnostiquées dans la population  homo et bi masculine. Ce mode de transmission était rapporté dans 23,2 % des infections diagnostiquées en 2002. Il est passé à 45,5 % en 2009. Autre chiffre intéressant à signaler, le pourcentage de diagnostics tardifs (taux de lymphocytes T4 inférieur à 200/mm3) tend à diminuer dans la population belge. En 1998, il était de 36 %. En 2009, il était de 17 %.

VIH et IST… que se passe-t-il au Canada et au Québec ?
Le nombre de nouveaux diagnostics concernant le VIH a diminué de 21,1 % en 2009 par rapport à 2008. Comme le précisent les experts : "En l’absence d’une variable pour distinguer les infections récentes versus les infections anciennes tardivement dépistées, cette diminution ne peut être interprétée en termes de variation de l’incidence du VIH." La majorité (60,6 %, fourchette entre 1 801 et 2 973) des nouveaux diagnostics n’avaient jamais eu de dépistage du VIH auparavant. L’âge médian au moment du dépistage (nouveaux diagnostics) est de 37 ans pour les femmes et de 41 ans pour les hommes. Les hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes sont les plus touchés avec 58,5 % des cas (fourchette entre 359 et 614) et 64,8 % des nouveaux diagnostics (fourchette entre 199 et 307). Une personne sur dix a aussi été infectée par des rapports hétérosexuels. Par ailleurs, 8,5 % des cas concernent des utilisateurs et utilisatrices de drogues par injection. Un groupe dans lequel on constate aussi une persistance de l'épidémie d'hépatite C. Montréal, qui abrite un quart de la population du Québec et la grande majorité des personnes immigrantes admises au Québec, est la région de résidence de la majorité des cas de 2009 (59,8 %).
Plus d'infos sur la Belgique sur http://www.wiv-isp.be

Photo Bruxelles : Kalimevole

Commentaires

Portrait de nathan

selon moi et mon infectiologue.

Comme je vis dans une grande métropole très proche de la Belgique, à tous points de vue et que, bah les Belges et nous, on se connaît, on sait ce qui se passe...

C'est très perméable à tout les frontières. Et puis, je me demande - mon infectio aussi - si l'épidémie de vih chez les nos cousins homos belges peut être une priorité dans un pays qui n'a toujours pas de gouvernement.

Mais bah on verra en février avec la sortie du film de Dany Boon puisque les services fiscaux douaniers français ont déjà donné des consignes de réserve à leurs fonctionnaires.

Quant au Québec, bien que mondialisé, selon ce qu'on lit, c'est pire que ce qui se passait dans notre France rurale, il y a encore 50 ans...