Bientôt des comprimés "tout-en-un" avec antiprotéases boostées

Publié par Renaud Persiaux le 18.11.2011
8 374 lectures
Notez l'article : 
0
 
ThérapeutiquemoléculecomboARV

Cap sur la simplification des prises d’antirétroviraux. Le développement de deux nouveaux combos vient d’être annoncé par l’industrie pharmaceutique. Le premier est un comprimé "deux-en-un" de darunavir et cobicistat. Le second, une trithérapie dans un comprimé "tout-en-un" à base de darunavir, de cobicistat, d’emtricitabine et du GS7340, une molécule expérimentale.

Mol__cule4.jpg

La course aux comprimés "tout-en-un" d’antirétroviraux se poursuit de plus belle. Après Eviplera (un combo associant la rilpivirine et Truvada) qui devrait être commercialisé en septembre 2012, après le Quad (en cours d’enregistrement aux Etats-Unis), après le 572’Trii (en cours d’étude de phase III) après le combo Reyataz/cobicistat (annoncé en octobre, il arrivera au plus tôt fin 2013), ouf!... deux nouveaux combos sont dans les tuyaux de l’industrie pharmaceutique. Ils sont le fruit d’un accord entre les laboratoires Gilead et Janssen (Tibotec aux Etats-Unis).

Un "deux-en-un" darunavir + cobicistat
Le premier qui sera commercialisé sera un "deux-en-un" de darunavir (Prezista) et cobicistat. Le cobicistat est un booster expérimental développé par Gilead pour concurrencer Norvir (ritonavir) d’Abbott. Ce dernier est actuellement le seul "booster" disponible sur le marché, utilisé pour augmenter les concentrations des antiprotéases (ce qui a permis d’espacer leurs prises). Le cobicistat est actuellement évalué dans des essais de phase III, qui précédent toute demande d’autorisation de mise sur le marché. On ne connait pas encore précisément son profil de tolérance (les effets indésirables qu’il produit), mais il a été développé par Gilead afin de provoquer moins de troubles digestifs que le ritonavir. C’est Tibotec/Janssen qui commercialisera ce combo qui le troisième à contenir une antiprotéase boostée, après Kaletra (lopinavir/ritonavir) déjà commercialisé depuis des années, mais qui se prend en deux cachets deux fois par jour (soit quatre cachets quotidiens au total). Et le futur Reyataz boosté (atazanavir/cobicistat), en un comprimé par jour.

Un "tout-en-un" darunavir + cobicistat + emtricitabine + GS 7340
Le second combo, qui arrivera plus tardivement, est un comprimé "quatre-en-un" plus innovant encore. Il sera le premier combo contenant une trithérapie comprenant une antiprotéase boostée. A nouveau, du darunavir (Prezista) et du cobicistat, mais associés cette fois à l’emtricitabine (Emtriva) et au GS 7340. Remarqué à la CROI 2011, ce dernier est une molécule appelée à remplacer le ténofovir (Viread), dont il est une pro-drogue (une molécule qui se transforme en le produit actif une fois absorbée dans l’organisme). Point fort du GS 7340 : il est efficace à de très faibles doses (10 fois plus faibles), ce qui a deux avantages. Le premier est la réduction de la toxicité à long terme du ténofovir sur les reins. Le second est que cela facilite les co-formulations, autorisant notamment cette association avec Prezista. Une étude de phase II du GS 7340 est prévue pour le début 2012. C’est Gilead qui en assurera la commercialisation.

Bonne nouvelle
Le développement des ces "deux-en-un" et "tout-en-un" est évidemment une priorité pour les labos. Mais ce sont autant de bonnes nouvelles aussi, pour la simplification des stratégies thérapeutiques et autant de chances de faciliter et d’améliorer les prises des médicaments. L’élargissement de l’éventail des combos disponibles permettra une adaptation plus proche des besoins des personnes, en termes de profil de résistance virale et de tolérance aux effets indésirables.