Canada : coupable de meurtre pour avoir transmis le VIH

Publié par jfl-seronet le 06.04.2009
1 614 lectures
Notez l'article : 
0
 
justice et VIH
Ancien employé du ministère de la justice de la province d'Ontario, un Canadien de 52 ans, séropositif depuis 1996, a été reconnu coupable, le 4 avril 2009, de "meurtre avec préméditation" pour avoir transmis le VIH. C'est une première au Canada.
Gavel_quebec_0.png

Un homme, séropositif depuis 1996, a été reconnu coupable de meurtre avec préméditation, samedi 4 avril, pour avoir transmis à des femmes le virus du sida. C'est au terme de trois jours de débat qu'un jury canadien (neuf hommes et trois femmes) a jugé ce quinquagénaire coupable de "deux meurtres avec préméditation" et de dix cas d'"agression sexuelle grave". Ancien employé du ministère de la justice de la province d'Ontario, il est la première personne au Canada à être reconnue coupable de meurtre pour avoir transmis le virus du sida. "Cela crée un précédent car nous avons maintenant un verdict de culpabilité de meurtre au premier degré [avec préméditation] impliquant la transmission du VIH", a expliqué l'avocate de la Couronne (c'est le ministère public qui poursuit). Comme le rappelle le site la Presse canadienne : "Le ministère public l'accusait d'avoir délibérément mis en danger la vie de onze femmes en ayant eu avec elles des relations sexuelles non protégées et de ne pas les avoir prévenues qu'il était séropositif alors qu'il le savait depuis 1996." Sept de ces femmes sont devenues séropositives et deux sont mortes des suites du sida. Lors du procès, les deux avocats de l'homme ont expliqué au jury que leur client souffrait de troubles mentaux, de stress, de problèmes d'alcool et de dépression. Ils ont fait valoir que dans "l'état d'esprit où il se trouvait, il n'avait pas délibérément voulu mettre en danger la vie de ses partenaires." "C'est un très mauvais précédent", a affirmé un des avocats de la défense. Selon lui, cette condamnation pourrait avoir l'effet contraire du but recherché. Les gens pourraient ainsi hésiter à divulguer leur séropositivité à des partenaires sexuels de crainte d'être accusés. La peine doit être prononcée le 7 mai, mais d'ores et déjà les avocats indiquent qu'il est très probable qu'ils fassent appel de ce jugement.

 

Commentaires

Portrait de Zagadoum

le mec en question est soit un idiot , soit un malade , soit un salaud , car bon sept contaminations et deux morts c'est quand même pas rien. Qu'il y ait une sanction je peux entendre , cependant c'est pas très flatteur pour les personnes qui en sont mortes ( dans quelles conditions?), ou vivant avec ce Virus . Elles sont reconnues irresponsables devant un tribunal , irresponsables de leur contaminations , irresponsables vis à vis de leur sexualité , et si elles choisissent de vivre :leur sexualité , elles encourent le risque d'être jugées. C'est très mauvais , car ça veut dire que vingt cinq ans de prévention n'ont servis à rien puisque si on fait l'amour sans préservatif , sans connaitre le détail des sérologies liées aux Ist , ils ne savant pas que c'est un risque. Les juges s'en chargent , les associations ont échoué.
Portrait de Marbouillat spirit

on en revient à tout faire porter sur le mechant seropositif , et ces femmes etaient elles conscientes de prendre un risque en ne mettant pas de preservatifs ? la responsabilité ne devrait elle que d'un seul coté? Rassurez moi elles etaient sourdes ,aveugles et n'avaient jamais entendues parlé du sida ! je m'inquiete en lisant cet article ,de la mentalité des jurés et qu'est ce me prouve que ces femmes ''aux moeurs liberés n'etaient pas elles meme '' a risque "" ? Si on penalise les rapports sexuels au canada , je crains le pire pour l'avenir , il faut mieux de ne pas se faire depister et s'imaginer non concerné , et on pouura baiser tranquille et imprudemment