Cannabis : Nora Berra … encore une fois

Publié par jfl-seronet le 12.07.2011
775 lectures
Notez l'article : 
0
 
dépénalisationcannabis
C’est curieux, et dérangeant aussi, de voir à quel point le dogmatisme et une certaine part de mauvaise foi marquent l’action politique. Sur la question des drogues, le dogmatisme prend souvent ses aises et la mauvaise foi… a régulièrement les coudées franches... A ce petit jeu, la secrétaire d’Etat à la Santé Nora Berra est très forte… il suffit pour s’en convaincre de lire son blog. Explications.
Cannabis.jpg

Le 29 juin, Nora Berra inaugure en sa qualité de secrétaire d’Etat à la Santé, l’unité d’addictologie de l’hôpital René Muret à Sevran. Une occasion, pour elle, de dialoguer avec les équipes soignantes. La presse est là et "Le Parisien" rend compte de sa visite. Comme c’est un des grands temps forts de sa semaine ministérielle, elle décide d’y consacrer un message sur son blog. "Les médecins de cette unité qui ont déjà reçu une centaine de patients en six mois, confirment que 60% des cas d’addictologie sont liés à l’alcool, mais ajoutent que la plupart des patients prennent plusieurs produits, dont le cannabis", écrit la secrétaire d’Etat. Elle ajoute : "Cette visite (…) m’a confortée dans la double idée qu’il ne peut y avoir de prise en charge efficace de la toxicomanie si l’on ne tient pas compte de la dimension sociale des patients, et que la légalisation du cannabis ne peut constituer une réponse au problème posé. Elle ne ferait qu’augmenter la consommation de façon quasi systématique et mécanique. Sur ce point, comme sur beaucoup d’autres, il est facile de faire de la démagogie". Ces propos, elle les a déjà tenus. Ils ne font que confirmer une prise de position réitérée à plusieurs reprises.
Lors de cette inauguration, Nora Berra prononce un discours. Assez curieusement, on n’y trouve aucune attaque contre la dépénalisation des drogues et pas de propos désobligeants contre le maire de Sevran, Stéphane Gatignon, un des farouches défenseurs d’une dénépalisation contrôlée du cannabis. La secrétaire d’Etat n’entend pas faire de polémique. Elle y défend la prise en charge globale. On peut ainsi lire dans son discours : "Ainsi dans votre approche, vous ne considérez pas le patient seulement comme un usager de drogue ou comme une addiction. Vous le considérez comme une personne à part entière dans toutes ses dimensions, assurant le soin curatif comme la remise sur pied social. Je suis convaincu que cette approche construite sur le respect de la personne est la clef de votre succès".
Tout différent est son billet de blog du 30 juin, cette fois, la secrétaire d’Etat se lâche. Elle pointe d’abord l’absence du "maire de la ville de Sevran, Monsieur Stéphane Gatignon, qui n’était pas même présent lors de cette inauguration" et se lance dans un commentaire fielleux contre cet élu : "Etre "maire courage face à la drogue", comme certains l’ont nommé : est-ce plaider la légalisation du cannabis ou inaugurer une unité en passe de devenir le plus gros service d’addictologie d’Ile-de-France ? Refusant de considérer la consommation de drogues comme une fatalité, il importe de protéger la jeunesse des dangers des stupéfiants, et de mettre définitivement un terme à ces incompréhensibles et démagogiques tentatives de légalisation" On appréciera l’élégance du propos… et la portée de cet argument dans le débat sur les drogues… Débat que l’équipe gouvernementale actuelle se refuse à ouvrir. Ces derniers mois, Nora Berra a consacré plusieurs de ses billets de blog aux drogues : 30 juin, 15 juin, 25 mai, 20 mai. On imagine mal qu’elle en reste là. Et pourtant, il ya aurait sans doute mieux à faire et mieux à dire… pour avoir un débat avec un peu plus de hauteur de vue.