Cascades !

Publié par Franck-seronet le 15.09.2012
22 328 lectures
Notez l'article : 
4
 
0
Chiffresfin de l'épidémie

Des scientifiques ont montré qu’on pouvait mettre fin à l’épidémie de sida. Encore faut-il en avoir la volonté, notamment politique, et s’en donner les moyens. Des présentations scientifiques récentes (Etats- Unis et France) sous formes de diagrammes appelés "cascades" montrent les zones de force et de fragilité en matière de prise en charge, leur impact sur le plan individuel et collectif, leurs conséquences dans un groupe ou dans un pays.

Du rêve…
Le traitement, c’est aussi de la prévention. En réduisant la quantité de virus jusqu’à la rendre indétectable, les antirétroviraux sont un outil très efficace de prévention de la transmission. Une modélisation mathématique réalisée à l’Organisation mondiale de la santé (OMS), parue en 2009 dans la prestigieuse revue médicale "The Lancet" suggère qu’en combinant proposition systématique (pas obligation !) de dépistage et proposition d’un démarrage du traitement anti-VIH pour les personnes séropositives, on peut envisager la fin de l’épidémie en quelques décennies. C'est-à-dire avant qu’un homme pose le pied sur Mars (c’est d’ailleurs plus urgent !)
 
… A la réalité
Le premier défi est donc de généraliser l’accès au dépistage, à la prévention, aux traitements. On voit bien toute la volonté politique nécessaire pour y répondre, les moyens financiers indispensables, notamment dans les pays du Sud… mais pas seulement. Car des efforts, il en faut également au Nord. Un exemple. Sur l’ensemble des personnes vivant avec le VIH aux Etats-Unis, seul 19 % d’entre elles ont une charge virale indétectable (voir schéma 1). En France, c’est 56 %, plus de deux fois plus (voir schéma 2), mais c’est encore insuffisant pour obtenir un impact déterminant sur l’épidémie. La charge virale communautaire est la quantité de virus qu’on peut observer dans une population (sur une zone géographique ou dans une communauté). Si l’on prend comme modèle celui des vaccinations, on sait qu’à partir d’une certaine proportion de personnes vaccinées dans une population, une épidémie a des difficultés à se développer. On imagine donc que plus faible est la charge virale communautaire, c’est-à-dire plus grande est la proportion de personnes sous traitements ayant une charge virale indétectable, plus fort sera l’impact sur l’épidémie. C’est d’autant plus vrai pour certains groupes où l’épidémie est très active.

 
L’épidémie cachée et le défi du dépistage
Comme le montrent les graphiques, les Etats-Unis et la France ont proportionnellement le même effort à faire en termes de dépistage. Dans chacun des deux pays, on estime à environ 20 % les personnes séropositives qui n’ont pas été dépistées. Cet effort passe par une offre de dépistage la plus diversifiée et ciblée possible, qui prend en compte les personnes appartenant aux groupes où les risques sont les plus élevés. Il faut donc expérimenter de nouvelles façons de faire, comme c’est aujourd’hui le cas en France, avec le dépistage communautaire et les TROD (tests rapides d’orientation diagnostique) aussi faits par des militants qui ne sont pas médecins et sont plus proches des modes de vie des personnes. L’autotest pourrait, à terme, faire partie de cette offre. C’est dans l’amélioration du dépistage que réside la plus grosse marge de progression en France.

Le lien avec le soin, la prise en charge et les droits
Mais la grande différence entre les Etats-Unis et la France, c’est qu’au pays de l’Oncle Sam, beaucoup de personnes sont éloignées du système de soins ou n’y restent pas : le système social y étant plus dur, très peu solidaire avec les personnes les plus démunies. Et l’argent joue un rôle considérable dans l’accès à des soins de qualité. Cela contraste avec le système social français qui reste (malgré les coups de canifs récents) globalement solidaire et la bonne qualité du système hospitalier public (que les soignants parviennent à maintenir) ; système dans lequel sont suivis une très grande majorité de séropositifs en France. Et on peut en dire autant de la Suisse et du Canada. Autre facteur primordial : l’existence de recommandations d’experts sur la prise en charge des personnes vivant avec le VIH – le fameux rapport Yeni - défendant une prise en charge globale (dont les aspects sociaux, le suivi psychologique) et non une approche uniquement médicale. Une prise en compte des conditions de vie qui a été obtenue par les associations de lutte contre le sida, et qu’aucun soignant ne songe aujourd’hui à remettre en cause. Reste que cette qualité de prise en charge est fragile ; il faut se battre contre des réorganisations de services hospitaliers uniquement faites pour des raisons financières, sans consultation des personnes malades, premières concernées sur leur prise en charge. Il y a beaucoup à perdre sur le plan individuel d’abord, puis sur le plan collectif (le fameux taux de personnes ayant une charge virale indétectable). Sur le long terme "casser" le modèle qui fonctionne serait un mauvais calcul (comparer les deux cascades !). Les droits sociaux, le respect de la dignité humaine (ne pas être discriminé par exemple) et l’accès aux soins contribuent ensemble à cette qualité de la prise en charge et à lutter contre l’épidémie. Ce n’est absolument pas anecdotique. Comment peut-on imaginer pouvoir correctement se soigner si l’on est rejeté, que ce soit par d’autres personnes ou par des lois ou des systèmes injustes ?

Le traitement anti-VIH comme outil contre la transmission
Depuis plusieurs années, les antirétroviraux étant plus efficaces, plus simples à prendre, et avec beaucoup moins d’effets indésirables, la tendance est de les commencer de plus en plus tôt. Le seuil de CD4 à partir duquel il faut avoir commencé est passé, au cours des années 2000, de 200 à 350 puis à 500/mm3 (en 2010). On l’envisage même au-dessus de 500 CD4 dans certaines situations (si on est co-infecté par l’hépatite B ou C, si on a plus de 50 ans, etc.). Enfin, selon les recommandations françaises, le souhait de la personne de réduire son risque de transmettre le virus est, à lui seul, une indication de traitement. Une information primordiale pour les personnes séropositives et leurs proches, ouvrant des perspectives nouvelles, et qui en enlevant une chape de plomb, améliore la qualité de vie et la santé des personnes. Une motivation supplémentaire pour bien prendre le traitement, prendre soin de soi et des autres.

Quand l’intérêt individuel des personnes rejoint l’intérêt collectif contre l’épidémie
En 2011, les résultats de l’essai HPTN 052 ont confirmé l’efficacité du TasP (traitement comme prévention) ; pas de transmission observée une fois que le traitement avait réduit la charge virale. Ce qui a conduit les experts américains à préconiser, en mars 2012, la proposition de traitement quel que soit le niveau de CD4 : 300, 500, 900, etc. Cette "généralisation" de la mise sous traitement utile sur le plan de la santé publique ne peut jouer son rôle que si elle épouse le bénéfice individuel de la personne à qui un traitement est proposé. Autrement dit, il n’est pas question de traiter les personnes contre leur intérêt, et encore moins de les y obliger. En fait, prendre un traitement pour se maintenir au dessus de 500 CD4/mm3, c’est d’abord intéressant pour soi-même (la science le montre). De plus, on a constaté dans la "vraie vie" que le traitement anti-VIH démarré plus précocement chez des personnes dans un groupe où les risques de contamination sont élevés est efficace en prévention. Cette stratégie a permis de faire baisser le nombre de nouveaux diagnostics de séropositivité chez les gays à San Francisco comme chez les utilisateurs de drogues par injection à Vancouver. Ce qui permet un impact sur la charge virale communautaire. En France, 87 % des personnes séropositives traitées ont une charge virale indétectable (moins de 50 copies/ml) et 95 % ont moins de 500 copies/ml. Ce chiffre de 87 % n’a jamais été aussi élevé. Encore faut-il qu’il puisse se maintenir. Cela passe par une qualité élevée du suivi médical et une attention particulière à tout ce qui peut jouer sur l’observance : des difficultés sociales (emploi, ressources, papiers administratifs…) ou des effets indésirables pour lesquels aucune solution n’est proposée, etc. Bref, tout ce qui peut faire rupture. Autrement dit pour que cette stratégie fonctionne au mieux pour chaque personne et donc, à terme, collectivement, elle doit s’appuyer sur un soutien qui passe par l’accompagnement, l’éducation thérapeutique et une prise en charge globale. Là encore, la différence entre les deux cascades le montre : il ne suffit pas de recommander, comme aux Etats-Unis, un traitement à tous quel que soit le nombre de CD4, il faut soutenir et accompagner l’envie de se soigner !
 
Finalement…
On parle souvent de "Test and Treat" ("Dépister et traiter") comme la formule idéale pour chaque personne et contre l’épidémie de sida. Les cascades montrent qu’il s’agit en fait d’un Seek (chercher), Test (dépister), Retain (soutenir/retenir) et Treat (traiter). C’est cette alliance-là qui est la plus efficace pour réduire la charge virale globale d’une population et donc y diminuer les risques de contamination. La comparaison entre ces deux cascades nous montre que les deux pays peuvent encore progresser sur le dépistage, l’accès aux traitements, mais que sans un environnement social favorable et une organisation des soins performante, ces avancées n’auront qu’une portée limitée. Cette comparaison montre aussi que lorsque toutes les conditions sont réunies (chercher, dépister, soutenir et traiter), il faut absolument maintenir cet équilibre, le renforcer, le financer. Mettre fin à l’épidémie de sida n’est possible qu’à cette condition. Sans un financement de l’accès universel au traitement, les avancées seront modestes, localisées. Or, depuis 30 ans, la lutte contre l’épidémie a largement démontré que l’approche doit être globale aussi bien à l’échelle d’une personne… que du monde.

Commentaires

Portrait de jean-rene

Article remarquablement clair et passionnant. J'ai particulièrement aimé la conclusion du 4ème § : "Comment peut-on imaginer pouvoir correctement se soigner si l’on est rejeté, que ce soit par d’autres personnes ou par des lois ou des systèmes injustes ?"
Portrait de romainparis

- Il ne prend pas en compte la liberté humaine de décider de sa vie. Comment vont-ils rendre possible le dépistage et la prise de traitement systématique, sinon en l'obligeant ? Ce qui est impossible à un niveau mondial. C'est comme "la paix dans le monde", qui est seulement une idéologie bienséante et qui fait fi de la réalité de la diversité humaine. Si, cette idéologie peut être, le jour où l'Homme pourra coloniser d'autres planètes, pas avant. - Il ne prend pas en compte la réalité économique actuelle où justement les personnes se soignent de moins en moins à cause d'elle. Pour cela, je n'y crois pas. J'ai lu qu'il faudrait 51 milliards pour ce projet. Je préfère que l'argent aille dans la recherche contrôlée par les Etats.
Portrait de NathanaëlSero

Merci pour cette article que j'ai trouvé très intéressant. Nathanaël.
Portrait de toulouse_decembre2011

Hier j'ai eu mon rendez-vous à l'hopital Purpan à Toulouse pour mon suivi VIh et j'ai pris le dernier numéro du magazine "remaides" et il y a cet article "Cascade" que j'ai lu ce matin. Trés intéressant. En France, 87% des personnes séropositives traitées ont une charge virale indétectable. Ce chiffre est tellement encourageant. Que de progrés, que d'avancées. Malgré tant de problème, nous, séropos avont beaucoup de chance de vivre en France, lorsqu'on regarde les chiffre de la "Cascade USA" où si peu de gens ont accés aux traitements (24%).
Portrait de natouche

article interessant qui incite à considerer le VIH comme un problème de santé publique. ce qui est prometteur pour les s+. seulement du fait des déplacements de populations d'un continent à l'autre, ça ne peut marcher qu'appliquer dans tous les pays et notamment ceux du sud où la prévalence est bien plus importante. en France le nombre de s+ tourne autour de 150.000 personnes. dans la plupart des pays d'afrique la population de s+ se compte par million, dont de plus en plus de nouveaux nés. c'est une toute autre echelle et cela demande d'autres moyens, d'autres stratégies. le défi n'est pas gagné
Portrait de Koros

Apparemment, il ne prend pas en compte non plus les personnes pratiquant le barbaking qui sont bien plus nombreuses qu'on ne le pense.
Portrait de romainparis

Relapse ou bareback ? Comment définir aujourd'hui le bareback si l'on n'est plus contaminant ?
Portrait de Koros

Ma définition du bareback, telle que je l'ai comprise, c'est la pratique du sexe "no capote". Donc le fait d'être contaminant ou non, on s'en fout.lol.
Portrait de NathanaëlSero

Oui pour moi aussi le barebacking a mon sens c'est de coucher no capote peut importe si on est infecté par une MST ou non. c'est le simple fait de faire l'amour sans protection. Nathanaël.
Portrait de jean-rene

Non, le barebacking, ça n'est pas coucher sans capote, c'est sodomiser sans capote.
Portrait de dramot

De mémoire, on différenciait à l'époque le "relapse", qui consistait à oublier la capote de temps ; au "bareback", qui consiste à ne jamais utiliser la capote. Ca n'est que de mémoire, et je ne sais pas si la différence est toujours d'actualité.
Portrait de jean-rene

"Bareback" signifie "A nu par derrière". il s'agit bien de sodomiser sans capote.
Portrait de romainparis

d'actualité pour designer ceux/celles qui baisent (dans le cas où il y a pénétration) sans capotes. A l'époque il désignait surtout les s+ qui ne se protégeaient pas il me semble, or, ce n'est plus le cas aujourd'hui. Le fait de ne plus être contaminant est tout de même une donnée importante qui n'existait pas avant.
Portrait de BD92110

çà existe toujours. Bareback c'est baiser sans capote qu'ont sois s-, s+ (sous traitement ou pas) ou s?. Pourquoi essayer de faire distinctions .... Appelons un chat , un chat , çà sera bien plus simple. Ne sert à rien de ce voiler la face et d'essayer de ce donner bonne conscience. Apres y'a des barebackeurs qui essaient de faire gaffe à eux (et éventuellement à leurs partenaires) , et y'a d'autre qui n'en ont rien à foutre de leur santé et de celle des autres.
Portrait de goldorac

Moi je baise nokpote ou barebacking, j'ai une charge virale indétectable donc non contaminant, je n'ai donc rien à me reproché...
Portrait de BD92110

Y'a pas que le VIH. Y'a aussi les autres MST ..... Comme Syphilis, hépatite B, hépatite C, Condylomes ...
Portrait de Koros

Certes BD92110... Mais nous sommes majeures et responsables....
Portrait de romainparis

de vue étymologique, pas d'un point de vue moral.
Portrait de Tropik

n'est pas une mst
Portrait de NathanaëlSero

Peut être pas une MST mais ce qui est sur c'est qu'on peut quand même l'attraper si on couche sans capote. Mon médecin ma dit qu'un grand nombre de personne souffrait de micro plaie dans l'anus et que l'hépatite c se refile comme ça et par drogue aussi et transfusion bien sur. Nathanaël.
Portrait de KRIS3

barebackers ?

Entre parenthèses le ''bareback'' (ce qui signifie bien littéralement dos-nu , donc par derrière et sans protection ) est à la base ce qui se pratiquait avant l'avénement du SIDA en 83 .

Demandez donc aux ex-soixante-huitards de quelle façon , ils ont vécu leur sexualité , et si entre autre ils ne sont pas un petit peu pour quelquechose dans la transmission du SIDA ! '' le sexe sans entrave '' tu parles !!! tu vois où on en est maintenant....

Bref , je disais donc que le fait de vivre une sexualité sans protection est une façon qui a perdurée jusque dans les années d'aprés la decouverte du SIDA .

Ma vie sexuelle s'est faite entre 20 et 30 ans principalement sans capote ! et personne n'appelait ça du ''bareback'' ni avec une connotation stupide du '' barbaque'' ...comme si le sexe avait a voir avec la boucherie ...la charcuterie ...avec les merguez oui mais pas la boucherie ...mais je m'égare !!!

Pour reprendre les propos de Romano il Pariggiano , je suis d'accord pour dire que rien , si ce n'est la vaccination systématique et obligatoire quand le vaccin contre le SIDA existera , pourrait ériadiquer au bout d'un certain temps la maladie !

Mais pour l'instant c'est d'inciter au dépistage qu'il faut , puis au suivi et à la façon de vivre qu'il faut souvent changer !

Or prendre un traitement à vie ou se mettre volontairement un boulet au pied avec d'écrit sur le front ''sida'' c'est la même chose !!

Chacun pourrait se demander ce qui l'a décidé à se soigner et à aujourd hui continuer un traitement souvent lourd !! oui pourquoi si ce n'est parce que nous avons des raisons de le faire !

Or , tous ceux qui sont séropositifs et ne veulent pas passer le test de dépistage ou se faire soigner n'ont pas encore de vraies raisons pour le faire !

Et c'est cette idée qu'il faut vendre pour inciter ceux qui restent loin de dépistage et des traitements dans un pays qui comme le notre est apte à soigner à 100% !

Lorsqu'on on veut commercialiser ( c'est mon métier de base)  un objet ou vendre un concept ou une idée , il faut comme le disait très justement Ségolène Royal parler de ''gagnant-gagnant''

Et c'est cela qu'il faut dire à ceux qui font du ''bareback'' et qui sont avec une charge virale importante !

''Vous voulez continuer de vivre une sexualité sans contrainte et sans capote ok ! c'est possible et vous pouvez aussi contribuer à éradiquer le SIDA , SI ET SEULEMENT SI , vous vous faites dépister , vous suivez un traitement puis en étant indectable vous pourrez faire parti des 96% non contaminants ! '' ( rapport Hirschel etc ) ...sachant que cela ne vous protége toujours pas des IST ET MST qui affaiblissent l'immunité !

Aujourd'hui ATRIPLA c'est 1 comprimé par jour pour vivre la vie que vous meniez avant , mais faut-il encore que vous acceptiez le marché !

Accepter de suivre un traitement et participer à l'éradication du SIDA

C'est un marché gagnant-gagnant !

Voilà un pub que j'aimerais faire auprés de ceux qui ne portent pas de capote !

Pas de culpabilisation , pas de rejet !

Le tout capote ne marche pas et ne marchera jamais ! ...la preuve c'est que les jeunes se contaminent toujours !

Les campagnes de prévention ne savent pas vendre l'idée de la liberté sexuelle , une des seules libertés encore existantes dans ce monde d'interdits !

(Je soupçonne quand même toutes les autorités de ne pas vouloir se lancer dans une campagne telle que je le souhaiterais par peur de faire croire que l'on pourrait ne plus porter la capote systématiquement aprés un traitement ATRIPLA ....et du lobby des capotiers !!!) lol

Et puis aussi donc pour reprendre ce qui disait Romano de la Vega , quand les moyens seront mis dans un pays pour éradiquer cette maladie alors peut-être réussira-t-on à la contenir !! ...la syphilis a fait des millions de morts , on sait la guérir , mais on ne l'a toujours pas éradiquer !!

Bon ben ce sera tout , suis épuisé !

 KRIS3

Portrait de romainparis

tenu, ce que tu reprochais à d'autres l'autre jour... Miroir, oh mon miroir. -:) En passant, je suis contre l'obligation du dépistage et des soins, cela va à l'encontre de ma notion de liberté humaine de décider de sa vie et de son corps, qu'elles qu'en soient les conséquences pour soi-même. Après, la responsabilité individuelle envers autrui est encadré par des lois. Pourquoi aller dépenser 51 milliards pour un projet utopique ? C'est du pur marketing, comme l'est Atripla en guise de pilule magique. Comment vont-ils s'assurer du dépistage systématique de la population mondiale ? Comment vont-ils agir contre l'argent donné aux ONG et détourné par les Etats et les mafias ? Comment vont-ils contrôler que tous les s+ prennent leur traitement et le font bien ? Ce projet veut contrôler le virus, pas l'éradiquer. Nous sommes encore dans l'idéologie humaniste de "la paix dans le monde", qui est de mon point de vue, aussi chimérique que de prétendre vouloir moraliser le capitalisme.
Portrait de KRIS3

est basée sur l'action en France ; en cela je ne trahis pas tes propos ou ne les déformes pas !

Pour ce la suite de tes propos , je suis tout à fait d'accord pour dire que d'un point de vue mondial , soigner sera bien plus difficile , d'où les conclusions de la conférence de Washington , concluant sur l'espoir que les budgets pour la recherche et les soins suivront dans le futur !

 KRIS3

Portrait de romainparis

l'approche est d'éradiquer l'épidémie du sida, louable intention, donc comme la variole, l'approche ne peut être que mondiale. Me serais-je trompé ? Serait-ce par pays ? Dans ce cas, je suis curieux de connaître leur ambition pour la Chine ou l'inde par exemple. Je ne suis pas convaincu de leur projet mondial et je préfère voir l'argent aller à la recherche publique, donc pas privée.
Portrait de KRIS3

certaines parties du monde ! au fin fond de la fôret vierge , là d'où le SIDA vient , il reste terrer comme caché , de là où il n'aurait jamais du sortir !

C'est pour cela qu'il ne sera jamais éradiqué !

En France et dans les pays développés on pourra surement l'éradiquer comme bons nombre de maladies infectieuses !

Encore faudra-t-il qu'il y ait les moyens financiers pour le faire , et l'envie de mettre tout en oeuvre pour que chacun des lobby industriels ayant intêret à ce que le SIDA soit un bussiness frutueux , soit contentés de leurs appétit voraces et repus où déviés par de nouveaux intêrets .

Qui sait si l'INDE , grand pays de millions d'habitants ne fera pas plier les groupes pharmaceutiques et de réaliser cette éradication à grande échelle et à marche forcée ?!

romainparis wrote:
l'approche est d'éradiquer l'épidémie du sida, louable intention, donc comme la variole, l'approche ne peut être que mondiale. Me serais-je trompé ? Serait-ce par pays ? Dans ce cas, je suis curieux de connaître leur ambition pour la Chine ou l'inde par exemple. Je ne suis pas convaincu de leur projet mondial et je préfère voir l'argent aller à la recherche publique, donc pas privée.
KRIS3

Portrait de Koros

On ne pourra pas éradiquer le virus. Trop compliqué. tant qu'il y aura des porteurs, c'est impossible. Et puis un jour on aura un vaccin ou un traitement , on le soignera, mais il sera toujours là. N'est-ce pas ce qu'il se passe en ce moment?
Portrait de bluetooth

le remede à ce virus vas arriver mais crions je pense et suis presque convaincu que ce seras un remede à base de plantes nous en reparlerons car c'est tabous de dire qu'il exsiste peut etre!

Portrait de lericou06

on voit revenir de vieilles maladies comme la syphillis et la tuberculose qui sont censées etre eteintes ou maitrisées ,ceci est un cercle vicieux
Portrait de KRIS3

Ces maladies que vous citez , sont heureusement guérisables , ce qui n'est pas encore le cas du SIDA ou de l'hépatite B chronique par exemple ou d'autres maladies ...

Les Mst ou Ist sont guérisables mais elles ne disparaissent effectivement pas ! on mourrait encore de la syphilis avant Phlemming et la pénicciline jusqu'en 1945 !

Le risque existera toujours

lericou06 wrote:
on voit revenir de vieilles maladies comme la syphillis et la tuberculose qui sont censées etre eteintes ou maitrisées ,ceci est un cercle vicieux
KRIS3

Portrait de lericou06

j'ai cité des maladies qui sont censées être éteintes du a leur remèdes de guérison et qui resurgissent ,alors que le sida(ou plutôt le hiv ) qui n'a pas encore de remède ne risque pas de s’éteindre ,ni d’être contrôlé (enfin je m'entend) ,de part déjà du facteur humain qui est,et sera toujours incontrôlable et cela malgré que tous les lobbys industriels investissent des millions voir plus ,l'homme est ainsi fait ,il y en aura tjrs qui baiseront ss kpotes,se foutant ainsi d’être contaminant ou contaminé voilà ce n'est pas ce que je voudrais ,mais c'est ce que je pense
Portrait de frabro

Si l'on fait la comparaison avec la tuberculose, non seulement celle-ci revient en force mais elle revient surtout sous des formes résistantes aux antibiotiques et devient difficile à combattre. Je crains fort qu'il n'en soi de même avec le VIH, dont l'éradication ne serait possible qu'en mettant toutes les personnes atteintes sous traitement et sous réserve qu'elles soient toutes observantes, qu'il n'y ai jamais de ruptures d'approvisionnement, qu'il n'y ai plus de mutation du virus... Même l'apparition d'un vaccin ne suffirait pas : lorsque l'on voit les résistances à se faire vacciner, comme le prouve la résurgence de maladies que l'on pensait avoir éradiqué comme la rougeole pour ne citer qu'elle, il est possible de penser que les anti vaccination feront obstacle à sa diffusion comme les anti traitement s'opposent aujourd'hui aux ARV. Il y aura donc toujours une marge de population qui échappera au contrôle de la pandémie. L'éradication est un but vers lequel il faut tendre, tout en sachant qu'il est inatteignable. François