Charge virale dans le sperme : qu’en est-il ?

Publié par Vincent Leclercq le 02.05.2014
10 530 lectures
Notez l'article : 
0
 
SexualitéTasPcharge virale spermatique

Connaître le comportement du virus dans le sperme : un enjeu de taille ! Ce sujet a fait l’objet d’une présentation à la conférence AFRAVIH avec une analyse des résultats de l’étude EVARIST.

La mesure de référence du contrôle du virus chez les personnes vivant avec le VIH reste la charge virale plasmatique, c’est-à-dire dans le sang. Une charge virale indétectable indique donc une efficacité du traitement antirétroviral à contrôler l’infection et limiter l’attaque du système immunitaire par le virus. De nombreuses études et suivis de cohortes (suivis de groupes sur le long terme) sont également venus nous éclairer sur le lien entre le niveau de la charge virale et le risque de transmission à ses partenaires. En gros, une charge virale très faible voire indétectable fait s’écraser le risque de contaminer son partenaire quelque soit la pratique sexuelle.

Le sperme est un liquide contaminant très souvent impliqué dans la transmission du virus. Connaitre le comportement du virus dans le sperme est donc un enjeu majeur pour permettre aux personnes séropositives de faire des choix de prévention. Néanmoins, nous savons que le VIH peut se répliquer différemment s’il se trouve dans le sang, certains compartiments comme le cerveau ou le sperme.

Corrélation entre charges virales dans le sang et sperme

L’étude EVARIST menée auprès d’hommes homosexuels venus se faire traiter d’une IST a tenté de comprendre la corrélation (le lien) entre la charge virale dans le sang et celle dans le sperme et les facteurs qui pouvaient induire une différenciation.

Sur près de 304 prélèvements de sang et de sperme étudiés, 7,6 % ont révélé la présence du VIH dans le sperme à un niveau détectable alors que la charge virale dans le sang était indétectable. De nombreux facteurs ont été étudiés comme la présence d’infections sexuellement transmissibles, l’observance, la nature des pratiques sexuelles, la consommation de drogues récréatives. Mais seuls deux se sont révélés significatifs, c’est-à-dire susceptibles d’agir sur l’augmentation du nombre de virus dans le sperme malgré une charge virale dans le sang indétectable. Ces facteurs sont la consommation de cannabis (23 % des HSH qui déclaraient consommer du cannabis avaient une charge virale détectable dans le sperme) et le fait d’avoir un niveau de réservoirs du VIH élevé — ceux-ci se constituant au fil du temps. Ce dernier résultat confirme l’intérêt de traiter le plus tôt possible pour diminuer la taille des réservoirs. Le docteur Jade Ghosn (Hôtel-Dieu à Paris), un des investigateurs, concluait également sur l’intérêt d’agir sur la consommation de cannabis.

Contaminant ou pas ?

La question est alors de connaître l’infectiosité de cette présence du virus dans le sperme. On sait, en effet, qu’il faut une certaine quantité de VIH dans un liquide contaminant pour qu’il y ait transmission. Les niveaux mesurés dans le sperme ne semblent, a priori, pas suffisamment élevés pour qu’il y ait contamination. L’étude EVARIST vient apporter des éléments d’information supplémentaires pour les personnes vivant avec le VIH afin de réduire le risque de transmission à leurs partenaires.

Commentaires

Portrait de volcan63

non contaminant.....qu ils le disent clairement,que ce soit lisible et comprehensible pour le citoyen lambda!!!!!!!!

Portrait de gracegrace78

Merci volcan63, j'ai lu l'article jusqu'au bout dans l'espoir qu'on nous le dise clairement mais ce ne sont que des jeux de mots. c'est le même baratin avec le fait de contaminer ou non quand l'on est indetectable. Aucune réponse claire.

Portrait de volcan63

clairs dans leurs propos mais aucun français...chez nous c est une habitude la langue de bois,l hypocrisie,le mensonge...C est un sport national jusqu au plus haut niveau de la politique....

Portrait de Vincent

j'entends bien le souhait d'avoir des réponses claires, tranchées, etc. Mais on parle du VIH, un virus complexe, qui interragit différement avec le corps selon où il se trouve, qui change, etc.

Portrait de volcan63

qu'en France ou les scientifiques n'osent pas se "mouiller"pour dire que sous certaines conditions avec un traitement et une observance rigoureuse,en étant indetectable depuis un certain temps et sans avoir une autre mst nous"les contaminés"nous sommes non-contaminant!!!!!!!!

Portrait de Mika

Bonjour à tous, pour ma part je fais partie des exceptions qui confirment la règle, puisque j'ai été contaminé par un séropo ( logique) qui l'est depuis plus de 10 ans et dont la charge virale est indétectable dans le sang ( plasma) son dernier bilan à été fait dans la même période ou j'ai été contaminé. Je sais de source sûre qu'il ne fait pas d'entorse à son traitement. Ce qui veut dire que le risque zéro n'existe pas.

Portrait de volcan63

Faire un test de son virus pour savoir si le tien est le même.....Je doute serieusement de cette contamination par un seropo observant et indetectable depuis longtemps,les scientifiques et les revues specialisées auraient hurlés cette info......Cela serait même passé aux infos car beaucoup de personnes veulent que nous restions "contaminant" donc des parias...Trop d'argent en jeu,trop d'interêts pour tous ceux qui vivent financièrement grace à la peur de la contamination....

Portrait de Mika

j'en ai parlé à ma spécialiste qui m'a répondu que charge virale indétectable dans le sang ne veut pas dire charge virale indétectable dans le sperme, j´ai vu sur ce forum, de mémoire, que le fait de fumer du cannabis augmentait les risques de charge virale détectable dans le sperme, du coup je sais qu'il en consomme de façon relativement régulière ( su par la suite) et même en le sachant avant je n'aurais pas fait mieux n'étant pas informé des effets du cannabis sur le virus et ses réservoirs ! Par rapport aux apparitions de symptômes et la date approximative à huit jours près de la prise de contact avec le virus, il n'y a pas d'autre possibilité que j'ai été contaminé par une autre personne! À moins d'avoir conservé le virus en dormance dans le corps pendant 5 semaines approximativement! 

Portrait de volcan63

De vie correct,observance totale du traitement,suivi par un infectiologue....Le fait de prendre regulièrement du canabis n est pas une hygienne de vie...De plus comme pour ceux qui boivent beaucoup d'alcool l'observance n'est pas respecté.....Pour moi cette contamination,si elle vient bien de ton partenaire,ne rentre pas dans "indetectable donc non contaminant car les règles tres strictes ne sont pas respectées...Il faudrait quand même faire un test des deux virus pour voir si ce sont vraiment les mêmes...

De plus...

"Je sais de source sûre qu'il ne fait pas d'entorse à son traitement". Ce qui veut dire que tu ne vis pas avec lui donc comment savoir si il prend son traitement regulièrement et à heure fixe????

Tout cela est très bizarre..."Vous avez dit bizarre?..Comme c'est bizarre.(Louis Jouvet).