Covid-19 et VIH : quelle réponse immunitaire ?

Publié par jfl-seronet le 10.05.2021
1 091 lectures
Notez l'article : 
0
 
ThérapeutiqueCovid-19immunologie

Existe-t-il une différence dans la réponse immunitaire chez les personnes infectées par le Sars-CoV-2 selon qu’elles soient séropositives au VIH ou séronégatives ? Il semblerait que oui selon une étude observationnelle publiée le 29 avril dans la revue scientifique The Lancet. Explications.

Incidence plus faible chez les PVVIH

À ce jour, la plupart des études ont montré une incidence (1) similaire ou plus faible des infections Sars-CoV-2 chez les personnes vivant avec le VIH (PVVIH) en comparaison avec la population générale. Ces différences pourraient être causées par des taux de dépistage différents entre les deux groupes. Une équipe de chercheurs-ses menée par le Dr Matthew A Spinelli de l’Université de Californie à San Francisco (États-Unis) s’est intéressée à la problématique de la réponse immunitaire en comparant les personnes infectées par le Sars-CoV-2, selon leur statut sérologique VIH sur une période de trois mois.

Des échantillons de sérum de personnes séropositives et séronégatives au VIH suivies dans le même hôpital de San Francisco ont été collectés entre le 1er aout 2020 et le 31 octobre 2020, puis analysés. Au total, les chercheurs-ses ont collecté 1 138 échantillons issus de 955 personnes vivant avec le VIH et 1 118 issus de 1 062 personnes ne vivant pas avec le VIH. Premier constat, l’incidence de l’infection à Sars-CoV-2 était plus faible dans le groupe de personnes vivant avec le VIH (3,7 %) en comparaison avec le groupe de personnes séronégatives (7,4 %).

Des formes plus sévères

Parmi les 31 personnes vivant avec le VIH infectées par le Sars-CoV-2, les chercheurs-ses ont trouvé une proportion légèrement plus élevée de formes sévères de la Covid-19 (cinq personnes) en comparaison avec les 70 personnes séronégatives au VIH qui avaient été infectées par le Sars-CoV-2 (deux personnes avec une forme sévère). Il est important de préciser que deux des cinq personnes vivant avec le VIH qui ont développé une forme sévère de la Covid-19 avaient un système immunitaire très affaibli et un taux de lymphocyte T CD4 inférieur à 200 CD4/mm3. Cependant, une projection a montré un risque accru de forme sévère de la Covid-19 (multiplié par cinq) chez les personnes vivant avec le VIH. Cette projection est fondée sur un modèle qui prend en compte l’âge, le genre, l’origine ethnique et des facteurs cliniques de comorbidités comme l’historique cardiovasculaire, la présence du diabète ou une maladie pulmonaire.

Moins d’anticorps neutralisants

Par ailleurs, les concentrations d’anticorps neutralisants ont été comparées dans les deux groupes et il a été observé un taux plus bas (-67 %) dans le groupe de personnes vivant avec le VIH qui ont été infectées par le Sars-CoV-2.

En conclusion, les chercheurs-ses déclarent que, dans cette étude, même si il a été constaté deux fois moins d’infections au Sars-CoV-2 parmi les personnes vivant avec le VIH, peut-être dû aussi à un plus grand isolement ou prudence, ces dernières avaient un risque accru de développer une forme sévère de la Covid-19 et une concentration plus faible d’anticorps neutralisants. Ce taux plus faible pourrait refléter une réponse immunitaire naturelle à la Covid-19 plus faible chez les personnes vivant avec le VIH et donc un risque potentiel accru de réinfection. Les chercheurs-ses précisent qu’ils-elles n’ont pas été en mesure de mesurer les dynamiques d’activité des anticorps sur une longue période et préconisent de faire des études plus poussées sur la réponse immunitaire chez les personnes vivant avec le VIH notamment après vaccination contre la Covid-19.

Références et source : Matthew A Spinelli, MD, Kara L Lynch, PhD, Cassandra Yun, BS, Prof David V Glidden, PhD ; Michael J Peluso, MD, Timothy J Henrich, MD, Prof Monica Gandhi, MD, Lillian B Brown, MD. Published: April 29, 2021 DOI.

Commentaires

Portrait de jl06

Bien pour cela que les deux doses devrais être obligatoires ,et prioritaire ,

Alors que nous n,avons jamais fait parti des sujets à risques ( première vague)   , 

Et qu'il a fallut le courage de certains élus pour braver la connerie Parisienne ....