Covid-19 : nouveaux vaccins en rappel

Publié par jfl-seronet le 05.10.2022
568 lectures
Notez l'article : 
0
 
ThérapeutiqueCovid-19vaccination

Depuis le 3 octobre dernier, une nouvelle campagne de vaccination a été lancée en France. Cette campagne de rappel se fait avec de nouveaux vaccins adaptés aux sous-variants d'Omicron (deux de Pfizer/BioNTech, un de Moderna) pour endiguer la huitième vague qui se développe en France.

Vaccins en campagne

Starting blocks. La campagne de rappel anti-Covid avec les nouveaux vaccins adaptés au variant Omicron a démarré le 3 octobre, une fois que la France en aura reçu les premières doses, a annoncé mardi 27 septembre, le ministre de la Santé et de la Prévention. Pour les Français-es auxquels une nouvelle dose est recommandée, « nous allons vers une campagne de vaccination à partir du 3 octobre, où nous aurons à disposition les nouveaux vaccins », a déclaré François Braun sur France info. Pour cette campagne de rappel, la Haute autorité de santé (HAS) a recommandé d'utiliser l'un des trois vaccins adaptés aux sous-variants d'Omicron (deux de Pfizer/BioNTech, un de Moderna), récemment approuvés par l'Agence européenne du médicament, et de la coupler avec celle contre la grippe, qui débutera le 18 octobre. L'un de ces vaccins, développé par Moderna, est adapté à BA.1. Les premiers flacons commandés devraient être livrés entre le 29 septembre et le 4 octobre, selon un message envoyé récemment par le ministère aux professionnels-les de santé, évoquant seulement 576 000 doses disponibles au démarrage. La dose supplémentaire de vaccin est recommandée aux personnes à risque de forme grave de la maladie (60 ans et plus, personnes immunodéprimées et leur entourage, femmes enceintes, enfants et adolescents-es à haut risque) et aux professionnels-les des secteurs sanitaire et médico-social.  Mais il vaut mieux ne pas attendre et se faire vacciner avec les vaccins à disposition si l'on est à risque et pas à jour en matière de dose recommandée de rappel (trois ou six mois selon l'âge et la date de la dernière injection ou infection), insistent les autorités sanitaires.

Moderna contre Omicron

L’Agence européenne des médicaments (EMA) a annoncé mardi 27 septembre avoir commencé à évaluer un vaccin contre la Covid-19 de Moderna ciblant les sous-lignages d’Omicron BA.4 et BA.5, alors qu’une nouvelle vague est redoutée sur le continent européen.  S’il est approuvé, le sérum deviendra le deuxième vaccin anti-Covid adapté à ces sous-variants d’Omicron autorisé au sein de l’Union européenne. L’EMA a indiqué avoir « entamé l’évaluation d’une demande d’autorisation d’une version adaptée de Spikevax », ciblant à la fois la souche Covid-19 d’origine et les types BA.4 et 5. Le régulateur européen n’a, en revanche, pas précisé quand l’approbation de la dose de rappel pourrait avoir lieu, explique l’AFP. L’EMA a approuvé trois vaccins « bivalents », qui emploient tous la technologie de l’ARN messager. Omicron et ses sous-variants ont été dominants tout au long de 2022, prenant rapidement la place des variants précédents. Aujourd’hui, c’est essentiellement le sous-variant BA.5 d’Omicron qui domine en Europe et aux États-Unis. Les vaccins anti-Covid approuvés il y a près de deux ans offrent une certaine protection contre Omicron et ses sous-variants, moins nocifs mais plus contagieux que la souche originale du virus Sars-CoV-2. Le Royaume-Uni, le Canada et les États-Unis ont également approuvé des sérums ciblant Omicron. Le régulateur européen a averti que la pandémie de Covid-19 « était toujours en cours » et a exhorté les pays à instaurer des programmes de rappels de vaccins avant l’hiver lorsqu’une remontée des cas est attendue.

Canada : fin des restrictions de voyage

On desserre les freins. Le Canada va supprimer toutes les restrictions de voyage liées à la pandémie de Covid-19 à partir du 1er octobre, ainsi que les exigences de vaccination et de port du masque dans les avions et les trains, a déclaré le gouvernement. À partir du 1er octobre, les voyageurs-ses n'auront plus à utiliser l'application ArriveCAN qui permettait notamment de vérifier leur statut vaccinal, a-t-il ajouté. Le ministre de la Santé, Jean-Yves Duclos, a toutefois déclaré que le gouvernement était prêt à rétablir des restrictions si nécessaire… dans l’éventualité où il faudrait faire face à une nouvelle vague. Le Canada espère ainsi accélérer la reprise de l'activité touristique qui avait été durement frappée par la pandémie.

Pas assez de deuxièmes rappels

La proportion de personnes ayant reçu un deuxième rappel de vaccin anti-Covid est insuffisante et doit être relevée, a indiqué la professeure Élisabeth Bouvet, présidente de la Commission technique des vaccinations à la Haute autorité de santé, lors d’une interview sur France info. La France fait face à une huitième vague épidémique et quelque 17 millions de personnes — plus de 60 ans, résidents-es d'Ehpad, personnes immunodéprimées, femmes enceintes, soignants-es, etc. — sont incitées à recevoir une dose supplémentaire de sérum anti-Covid, avec des vaccins adaptés au variant Omicron.  Chez les personnes éligibles, « on est seulement à moins de 50 % qui ont fait leur deuxième rappel », a noté la Pre Bouvet. « Il faut corriger cela puisqu'il y a actuellement une nouvelle vague épidémique » et que « les facteurs de risque et la vulnérabilité vis-à-vis de la Covid-19 touchent toujours les mêmes personnes », a-t-elle développé. « Il est vraiment temps de procéder à un nouveau rappel avec des vaccins adaptés », a-t-elle insisté.  Avec les nouveaux vaccins de Moderna et de Pfizer/BioNTech adaptés aux sous-variants d'Omicron, « on peut espérer une protection encore plus importante et de durée plus importante ». Et « ce qui est vraiment important, c'est de protéger les personnes fragiles », « ce n'est pas de vacciner la population générale qui n'a pas de risque, qui peut bien sûr s'infecter, mais qui ne fera pas de formes graves », a défendu la présidente de la commission des vaccinations à la HAS. À ses yeux, « il est possible qu'on arrive à quelque chose de régulier pour les personnes fragiles », avec une injection faite « régulièrement, périodiquement », afin de « remonter l'immunité ». La circulation du virus de la Covid s'intensifie en France depuis le rebond de l'épidémie commencé début septembre et les hospitalisations augmentent aussi, avec désormais près de 700 nouvelles admissions quotidiennes.