Dépistage communautaire : un guide européen pour aller de l’avant

Publié par jfl-seronet le 18.10.2014
7 144 lectures
Notez l'article : 
5
 
0
InterviewCobatest

Le guide s’appelle COBATEST. Oui, ça fait un peu marque de dentifrice… mais rien de cela dans ce document (plutôt à l’usage des militants de la lutte contre le VIH/sida). Un guide, donc, qui fait le point sur les programmes communautaires de dépistage du VIH et vise surtout à améliorer les pratiques dans ce domaine, l’entrée clef de la lutte contre le VIH. Laura Rios (AIDES) qui fait partie des personnes qui ont mené ce projet européen explique pour Seronet de quoi il s’agit. Interview.

Quelle est l’histoire de ce guide ?

Laura Rios : Depuis 2010, AIDES contribue, avec d’autres acteurs européens réunis dans le réseau HIV-COBATEST, à promouvoir le dépistage précoce du VIH auprès des publics particulièrement vulnérables en Europe, en œuvrant pour la mise en place et l’évaluation de programmes communautaires de dépistage. AIDES a pu apporter l’expérience des recherches COM-Test et Drag-Test ainsi que le changement de la loi [l’autorisation des tests de dépistage à résultat rapide effectués par des associations agréées, ndlr] suite aux résultats de ces projets. Les services communautaires de test et counselling (community-based voluntary counselling and testing - CBVCT) sont préconisés comme un bon modèle pour l’amélioration de l’accès au dépistage pour les populations plus à risque puisque, justement, ils renforcent le diagnostic précoce de l’infection par le VIH.

Quels étaient les partenaires de ce projet ?

Dans le cadre du projet européen COBATEST, cofinancé par la Commission Européenne, AIDES a porté l’élaboration de ce guide qui a réuni 9 organismes de 8 pays qui ont travaillé ensemble entre 2010-2013. Il s’agit de Fundació Institut d’Investigació en Ciències de la Salut Germans Trias I Pujol en Espagne, de AIDS Fondet au Danemark, de AIDS-Hilfe NRW en Allemagne, de Regione del Veneto en Italie, de Projecte dels Noms-HISPANOSIDA en Espagne, de Medical Faculty Prague, Charles University en République Tchèque, de Institute of Public Health of the Republic of Slovenia en Slovénie et de AIDS Centre en Pologne.

Comme définir le dépistage communautaire ?

Le dépistage communautaire du VIH est une stratégie de développement récente impulsée, d’une part par la mobilisation de la communauté scientifique, politique et civile autour de l’approche "Test and Treat" ("Dépister et traiter", dépister plus tôt pour traiter plus tôt pour limiter la transmission) et d’autre part par les avancées technologiques des tests qui ont favorisé le développement des tests à résultats rapides d’orientation diagnostic (TROD) très performants, d’utilisation et conservation simples. Ces derniers ouvrent la possibilité d’une démédicalisation du dépistage dans certains pays et le poussent hors des laboratoires.

Quel est le principal intérêt du dépistage communautaire ?

Il réside dans sa capacité à rejoindre les groupes plus vulnérables face au VIH, tels que les hommes qui ont des relations sexuelles avec d’autres hommes (HSH), les personnes appartenant aux communautés afro-caribéennes, les consommateurs de produits psychoactifs, les travailleuses et travailleurs du sexe et à faciliter leur accès au dépistage renouvelé et au diagnostic précoce du VIH.

Concrètement, qu’est-ce que cela donne ?

Une offre appropriée menée par des intervenants en proximité ou appartenant à ces groupes, adaptée aux horaires et rythmes de vie avec des services mobiles et des activités hors les murs afin de toucher celles et ceux qui ne pourraient pas aller ou n’iraient pas dans les centres où l’on propose du dépistage, et celles et ceux qui se dépistent parce que l’opportunité leur est offerte. Les programmes de dépistage communautaire intègrent celui-ci dans une approche positive et globale de la santé qui visent l’amélioration de la santé sexuelle en proposant la plupart du temps d’autres offres de service et d’accompagnement complémentaires (dépistages d’autres IST, information, contraception, etc.). Finalement, le succès de ces programmes est rendu possible grâce à la participation des communautés dans le développement de ces programmes. Forts de ces expériences, les CBVCT sont en train de prendre une position de plus en plus importante dès qu’on vise à améliorer les aspects liés au dépistage, à la remise des résultats, à la possibilité d’avoir recours au counselling au sein des populations les plus vulnérables.

Comment le guide a-t-il été construit et quel est son objectif ?

Ce guide tente d’offrir un regard sur les pratiques déjà existantes et sur la manière dont les programmes communautaires de dépistage peuvent s’implanter. Il est le fruit d’un travail collectif des organisations ayant déjà mis en œuvre ce type de programmes et qui sont conscientes que la diversité des pratiques peut inspirer de nouvelles stratégies pour atteindre les populations les plus affectées par le VIH. Son objectif est de partager des principes de base à la fois éthiques, politiques et méthodologiques servant comme des repères à la mise en place de ce type de programmes ou à leur amélioration en partant de leur niveau de développement et de ce qui est possible de faire en fonction du contexte (légal, national, financier, etc.).

A qui s’adresse-t-il ?

Ce guide s’adresse donc aux organisations non gouvernementales du réseau européen HIV-COBATEST, aux organisations qui ont déjà des programmes de dépistages communautaires ou qui souhaitent en mettre en place. Mais aussi à toutes les institutions de santé ou institutions concernées par les populations vulnérables comme aux institutions qui financent ce type de programmes puisque ce document renseigne les bénéfices apportés par les services de dépistage communautaires et les difficultés rencontrées par les acteurs communautaires. Le guide se veut international et existe donc en plusieurs langues (anglais, espagnol, allemand, polonais, slovène, italien, tchèque). Les différentes versions sont disponibles sur le site eurohivedat.eu (rubrique COBATEST > Documents).

Quelles sont les retombées attendues ?

Nous espérons que les différents acteurs en France et en Europe y trouveront une source d’informations utiles pour améliorer leurs pratiques ou s’en inspireront pour mettre en place de nouveaux programmes de dépistage communautaires. Ce guide a aussi vocation à évoluer. D’abord parce que les pratiques elles-mêmes évoluent et que de nouvelles stratégies pourront être inclues dans le document. Ensuite parce qu’il est nécessaire de l’évaluer et d’apprécier la pertinence pour les acteurs de terrain. Cette évaluation sera réalisée dans le cadre du projet européen Euro HIV Edat qui s’inscrit en continuité du projet Cobatest.

Le projet COBATEST comporte plusieurs étapes, chacune d’entre elles donnant un document accessible en ligne.