Drogues et VIH : les chiffres québécois

Publié par jfl-seronet le 18.01.2010
855 lectures
Notez l'article : 
0
 
L' Institut national de santé publique du Québec a publié (début janvier) les données tirées de la surveillance des maladies infectieuses chez les personnes utilisatrices de drogues par injection. Ces données portent sur le VIH et l'hépatite C. Voici quelques données.
etude_hepC_quebec2010.jpg

Cette surveillance s'est faite au moyen de questionnaires (environ 20 000 dont près de 11 000 ont été exploités). Ce sont principalement des hommes (dont l'âge moyen est de 34 ans) qui ont répondu. La cocaïne est la drogue dont l’injection est la plus répandue. Le dilaudid (un dérivé de la morphine) suit avec 35 %. On retrouve ensuite l’héroïne avec 28 %.

Selon cette étude, une personne sur quatre a emprunté des seringues usagées (c’est-à-dire déjà utilisées par quelqu’un d’autre), un sur quatre a emprunté de l’eau (22 %) et un sur cinq, des contenants (20 %). On note aussi que 22 % des personnes utilisatrices de drogues par injection prêtent des seringues déjà utilisées.

Les données de l'Institut indique que les personnes qui s'injectent et qui vivent dans des milieux urbains présentent un "niveau de risque plus élevé pour certains comportements, tant au niveau de la consommation de drogues qu’au plan sexuel (…) Les hommes recrutés [dans l'enquête] en milieu urbain rapportent aussi plus souvent des relations homosexuelles tandis que les femmes rapportent plus souvent des activités de prostitution (…) L’utilisation du condom lors des relations anales ou vaginales, tant par les femmes que par les hommes, reste trop peu fréquente pour être protectrice (que ce soit avec les partenaires réguliers, occasionnels ou de prostitution). Près d’un homme sur 10 et près de deux femmes sur cinq rapportent avoir eu des activités de prostitution." "La prévalence du VIH sur l’ensemble de la période d’observation (entre 1995 et juin 2008) est de 14 % (…) La prévalence du VHC sur l’ensemble de la période d’observation (qui est de 2003 à juin 2008) est de 63 %", indiquent les données de l'Institut québécois. Enfin, on peut signaler que parmi les personnes touchées par le VIH, 87 % sont aussi infectées par l'hépatite C.