Drogues : le nouveau plan

Publié par olivier-seronet le 15.07.2008
750 lectures
Notez l'article : 
0
 
droguesusage de produit
Le gouvernement a présenté le 9 juillet son plan (2008-2011) de lutte contre les drogues et les toxicomanies. Il y est beaucoup question de répression et de sanctions, mais aussi de soins et de réduction des risques, notamment pour l'hépatite C.
illust4_0.jpg

C'est sous le sceau de la clairvoyance et de la profusion que la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (Mildt) a présenté le Plan 2008-20011 des pouvoirs publics en matière de drogues et de toxicomanies. Clairvoyance, car Etienne Apaire, président de la MILDT,  affirme : "Nous savons aujourd'hui que nous n'en aurons jamais fini avec les drogues". Profusion car ce plan propose quelque 200 mesures et recommandations.

Inutile de s'attarder sur le volet répressif et la lutte contre les trafiquants. On note tout de même une évidente crispation sur la question du cannabis puisque le Plan recommande un net renforcement de la lutte "contre la culture illicite de cannabis en France". Le Plan avance même que la France compterait aujourd'hui 200 000 "cannabiculteurs". Les pouvoirs publics entendent aussi "mieux sanctionner les infractions liées à l'usage".

Côté prévention, l'objectif principal reste évidemment "d'éviter les entrées en consommation de drogues". Pour autant, plusieurs propositions et recommandations portent sur la réduction des risques. Par exemple, le Plan recommande de soutenir les mesures de prévention de la transmission des hépatites virales B et C chez les personnes usagères de drogues. Très clairement, la Mildt entend développer le niveau de dépistage du VHC en assurant la promotion de tous les outils (test sang au doigt, test salivaire, Fibroscan) pouvant participer au diagnostic. Un des objectifs est même d'obtenir que les hôpitaux dotés de Friboscan (un appareil qui permet de mesurer la dureté du foie, donc son degré de fibrose) interviennent en prison et dans les structures médico-sociales. La Mildt souhaite aussi "promouvoir des stratégies de réduction des risques relatives à la consommation de crack par voie fumée" ou sniffée. Le Plan préconise, par ailleurs, des actions d'aide ciblée auprès des détenus, particulièrement touchés par les addictions, mais ne parle pas une seule fois de programmes d'échanges de seringues dans les prisons.

Si vous avez envie, du courage, du temps le Plan gouvernemental est accessible et téléchargeable sur le site de la Mildt.