EMIS : les gays européens et le VIH

Publié par jfl-seronet le 01.01.2011
3 639 lectures
Notez l'article : 
0
 
Chiffres
EMIS est une enquête Internet européenne sur les gays et bisexuels en Europe. 180 000 personnes y ont répondu… notamment sur leurs connaissances du VIH et leur recours au dépistage. Voici quelques données publiées récemment. Les résultats définitifs de cette enquête seront publiés en septembre 2011. Voilà déjà de quoi patienter.

La connaissance des bénéfices du dépistage du VIH est élevée chez les gays en Europe. C'est l'un des enseignements de l'enquête EMIS, une vaste enquête Internet européenne sur la sexualité entre hommes. EMIS est un projet de recherche européen sur l'homosexualité, les comportements homosexuels et les infections sexuellement transmissibles parmi les gays et bisexuels européens. A ce jour, 180 000 personnes ont répondu dont 56 000 en Allemagne et 11 641 en France. La moyenne d'âge des répondants est de 30 ans. "Vous êtes environ 35 % à avoir fait un test de dépistage dans les douze mois précédant l'enquête, écrivent les responsables de l'enquête, s'adressant aux répondants. Cette démarche est plus fréquente en Espagne, au Portugal, en Belgique et en France. Elle est moins fréquente en Lituanie, Finlande, Slovénie, Croatie et Turquie". Une partie du questionnaire portrait sur les connaissances des répondants en matière de VIH/sida. "Le score de connaissance moyen au sujet de cinq affirmations relatives au VIH et au dépistage est de 93 %. Savoir que le virus VIH est la cause du sida, ou qu'un test médical peut montrer si vous avez ou non le VIH, est presque universel (98 %), notent les enquêteurs. Vous êtes 94 % à savoir qu'aucun remède n'existe encore pour le VIH, et 92 % (….) savent que l'infection peut être maîtrisée par des médicaments, réduisant ainsi son impact sur la santé. 90 % savent qu'à la suite d'une infection, il faut plusieurs semaines avant que celle-ci puisse être détectée par un test." Moins de 2 % des répondants ont été diagnostiqués positifs pour le VIH dans des pays comme la Bosnie, la Slovaquie, Chypre, la Bulgarie, la Turquie ou Malte. Plus de 9 % de l'ensemble des répondants ont été diagnostiqués en Suisse, au Royaume-Uni, en France, au Luxembourg, aux Pays-Bas. Comme l'indiquent les enquêteurs, ces "pourcentages ne reflètent pas forcément la proportion réelle de gays et bisexuels séropositifs en Europe", mais "les données montrent que, dans certains pays comme la Pologne ou la Russie, le nombre [d'hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes] est nettement plus élevé que les estimations officielles."