Entr’L : une application pour femmes séropositives

Publié par Mathieu Brancourt le 03.05.2016
5 103 lectures
Notez l'article : 
0
 
Initiativeapplication mobilefemme

Le mardi 15 mars 2016, le Crips Ile-de-France, en partenariat avec MeetPhone, a lancé Entr’L, application mobile destinée aux femmes vivant avec le VIH, afin de lutter contre l’isolement et favoriser le lien social entre ces dernières, fortement exposées aux vulnérabilités. Dans une salle de la Mairie du 5e arrondissement de Paris, militants, élus et médecins ont salué l’arrivée de ce nouvel outil, désormais disponible gratuitement sous Android et Apple.

C’est sous les ors de la Mairie du 5e, située à deux pas du Panthéon, que la première application pour mobile à destination des femmes séropositives a été lancée. Ce nouvel outil a été imaginé afin de créer du lien entre ces femmes souvent isolées, et ainsi lutter contre les vulnérabilités. Pas une appli de rencontres, mais un canal pour des échanges et du soutien virtuel, qui peut réconforter quand les associations ne sont pas là.

Pour la maire du 5e, Florence Berthout (LR), également trésorière du Crips Ile-de-France, c’est l’occasion de saluer l’engagement de son arrondissement à défendre la place et les droits des femmes, et des plus précaires. Et à ce titre, accueillir le lancement de l'application Entr’L revêt "beaucoup de sens". Durant cette soirée, les invités de marque se succèdent pour défendre l’intérêt de cette application en 2016. Françoise Barré-Sinoussi, co découvreuse du VIH et prix Nobel de médecine a fait une présentation sur l’engagement fort et permanent des femmes dans la lutte contre le VIH, mais également sur le lourd tribut qu’elles ont aussi payé dès les premières années de l’épidémie. "Des femmes qui parlent entre elles, sans tabou ni pression, quoi de plus simple, naturel, efficace ? Le but pour moi, c’est aussi d’améliorer la prévention et leur prise en charge. A ces conditions, elles pourront mener la vie la plus normale possible", dit la chercheure. Puis ont défilé Jean Spiri, conseiller régional (lR) d’Ile-de-France, fraîchement élu nouveau président du Crips, en remplacement de Jean-Luc Romero-Michel, conseiller régional (PS) d’Ile-de France. Cette conférence de presse était aussi la première prise de parole publique du nouveau président, issu de la nouvelle majorité de droite à la région. "Sortir de l’isolement, avoir accès à l’offre de santé de proximité, créer des solidarités nouvelles, tels sont les objectifs de l’application", a expliqué Jean Spiri. Viendront ensuite le témoignage d’Anne Bouferguène, cheffe d’entreprise et écrivaine, qui dans son autobiographie avait rendu publique sa séropositivité et comment elle avait du faire face seule au VIH, sans pouvoir en parler. "Parce qu’on sait que les femmes n’appartiennent pas à une communauté particulière et qu’il est difficile pour elles de pouvoir échanger : voilà pourquoi Entr’L est importante", a confié la directrice générale adjointe de Voyageurs du monde. Puis c’est Princess Erika qui a conclut la soirée avec sa chanson "La vie sans sida".

Aujourd’hui encore, les femmes sont davantage exposées au VIH et à ces impacts sociaux et économiques. En France près de 60 000 d’entre-elles sont séropositives et, chaque année, 2 000 femmes sont nouvellement infectées. Les femmes représentent un tiers environ des nouvelles contaminations VIH en France. Plus concernées que les hommes par les effets indésirables des traitements, elles le sont aussi davantage par la précarité et les discriminations. Il faudra faire en sorte que l’application, sortie un peu en catastrophe à l’occasion de la Journée des droits des femmes, trouve son public pour que ce très bon outil ne devienne pas une coquille vide et soit un relai vers d’autres espaces d’échanges non virtuels, qui, eux, existent depuis longtemps. Cela ne sera possible qu’en continuant à parler de l’application et en faire la promotion auprès des associations qui travaillent avec les femmes séropositives.

Vous pouvez trouver l’application gratuite Entr’L sur l’App store d’Apple ou l’Android market.

Commentaires

Portrait de rigologue

bonjour,

c'est bien d'avoir sorti cette appli ; encore faut-il que les personnes possèdent un téléphone pouvant la recevoir.

Ce qui serait mieux c'est que le gouvernement concacre une partie de son budget pour aider les personnes séropositives, retraitées, handicapées, en précarité, vivant sous le seuil de pauvreté. 

toute seule j'ai lancé ceci : https://www.change.org/p/le-gouvernement-la-pauvret%C3%A9-des-retait%C3%A9s qui n'attend que vos signatures et vos partages.

Car nous sommes tous concernés, les actifs d'aujourd'jui seront les retraités de demain.

Actuellement près de la moitié des personnes retraités vivent sour ce seuil :

http://www.toutsurlaretraite.com/pres-de-la-moitie-des-retraites-vivent-...

Et les retraites complémentaires vont baisser : http://www.toutsurlaretraite.com/la-baisse-de-18-des-retraites-complemen...

 

Alors que dire des retraités handicapés séropositifs ? Eh oui il y en a, j'en fais partie.

Il est temps d'agir en signant cette pétition ; plus nombreux nous seront et plus l'impact auprès du gouvernement sera fort.

Bien cordialement. pour les questions c'est en message privé SVP Merci et à bientôtUndecided

Portrait de Françoise

Il s'agit en principe de personnes contaminées il y a un bon nombre d'années, ayant connu l'évolution des traitements avec pas mal de déboires mais  toujours là, ce qui semble devenir un réel problème dans le contexte actuel de la vie hospitalière.

La maison du handicap est là pour vous persuader que vous vous portez comme un charme vous êtes donc malgré tout imposable et la situation est catastrophique.

Tous les séropos ne sont pas localisés à Paris où dans le midi de la France, l'ignorance collective et même constatée chez les médecins généralistes de 45/50 ans est effreyante. A 15 kms de Paris, il est nécessaire de se rendre à l'hôpital pour récupérer ses médicaments car même les pharmaciens sont stupéfaits et vous contemplent comme un extra terrestre !

Echanger avec d'autres personnes atteintes ? Cela relève de l'imaginaire, avouons le.

Rien  n'est disponible au seul lieu de ralliement, l'hôpital,  nous nous contentons de nous entrecroiser..

Avoir 70 ans ne veut pas dire inertie dans un mouroir, il m'a fallu six mois, cet hiver,  pour sortir d'une infection pulmonaire en passant par urgence, rendez vous pour examens approfondis en laboratoire avec un délai d'environ 1 mois d'attente, entre chaque étape et consultation en cabinet privé pour terminer.  

Nous n'avons comùptons pourtant sur aucune compassion !

Portrait de jl06

Vos commentaires sont poignant , on par faire du bien à l,étranger alors que la misére cours nos rues,

bien le paradoxe Français 

nous avons encore une retraite petite ,grosse peut importent , les générations à venir QUE DALLE ! merci  à nos brave politique de tous bords  ,

par contre ils se gave comme des porcs 

bonne fin de journée