Feu le traitement à vie, vive le "functional cure"?

Publié par Costa le 02.10.2008
1 126 lectures
Notez l'article : 
0
 
recherche
Éradiquer le VIH dans l'organisme restant impossible malgré l'éventail d'antirétroviraux désormais disponibles, le directeur de l'Institut américain des maladies allergiques et infectieuses (NIAID), Anthony Fauci, a évoqué à Mexico l'idée d'un "functional cure", un traitement qui permettrait d'offrir une vie sans symptômes, sans progression de la maladie et sans traitement prolongé aux personnes nouvellement infectées.
pipette.jpg

Hypothèse plausible ou provocation du très réputé chercheur américain ? Débuté immédiatement, ce traitement court et agressif des personnes nouvellement contaminées permettrait à l'avenir  – s'il marchait – d'abandonner les traitements chers et potentiellement toxiques pour les personnes atteintes depuis plusieurs mois ou années.

Par le passé, Fauci et son équipe avaient déjà tenté d'éradiquer le virus chez les personnes nouvellement infectées. Pensant avoir atteint l'impossible après avoir rendu le virus indétectable chez certains malades, il devait cependant s'apercevoir que le VIH revenait en force à l'arrêt du traitement. Il venait de découvrir l'existence des "réservoirs", ces endroits où le virus se terre rapidement, hors d'atteinte de tout médicament, pour faire un fulgurant come back, même après des années de charge virale indétectable. "Je suis donc très prudent" a-t-il expliqué à Mexico, en soulignant qu'il n'utilisait pas le terme "cure" (traitement/guérison) à la légère.

Les thérapies d'alors n'étant pas les mêmes qu'aujourd'hui, Fauci estime en effet qu'on dispose désormais de l'arsenal nécessaire pour ce "functional cure"". Différentes classes de médicaments et des thérapies beaucoup plus puissantes qui permettraient, si elles étaient prises assez rapidement après la contamination en associant 4 ou 5 classes de médicaments, d'empêcher la constitution de réservoirs trop importants. Le système immunitaire pourrait alors combattre seul le VIH et contrôler la virémie, ce qui permettrait à terme d'arrêter définitivement le traitement, sans augmentation de la charge virale ou diminution du nombre de CD4.
 
Un "functional cure" qui ne marcherait sans doute pas pour tout le monde. Mais si elle s'avère efficace, cette piste, que Fauci propose d’explorer, pourrait par la suite permettre d'élargir les recherches aux personnes contaminées depuis des années. Le chercheur, qui estime ainsi qu'il faut à tout prix garder espoir et se concentrer sur la recherche de traitements efficaces contre le VIH. Et ce, quelles que soient les difficultés que représente ce challenge scientifique. Un nouvel espoir qui, espérons-le, ne restera pas vain.


Source : POZ
http://www.poz.com/articles/hiv_cure_fauci_401_15255.shtml

Crédit photo : Diluvienne et NIAID

Commentaires

Portrait de yasa31

hum, pourquoi pas ? reste à savoir ce qu'il adviendra du thème de la contamination potentielle après cette fameuse "cure"...de plus, avant que ce soit commercialisé et admissible en France, les nouveaux contaminés seront déjà devenus des anciens...merci pour l'info !
Portrait de sonia

surtout que l'on ne sait toujours pas si le traitement d'urgence post exposition se révèle être efficace ou s'il combat un virus fantôme.
Portrait de ulysse

L'accroche de cet article est de mon point de vue dangereuse. Certes vous avez mis un ? mais pour la plupart il n'en restera qu'une affirmation source de confusions au détriment de la sécurité pour les nouveaux contaminés et aussi des anciens qui voudront y trouver une alternative au traitement à vie actuel.