Fichiers : Michèle Alliot-Marie découvre la Halde

Publié par olivier-seronet le 25.07.2008
767 lectures
Notez l'article : 
0
 
La Haute autorité de lutte contre les discriminations s'est émue de la création du fichier Edvige. La ministre de l'Intérieur se veut rassurante et promet d'en appeler à la Halde... pour les prochains fichiers.

Evidemment, à force de ruer dans les brancards contre les conséquences de certains fichiers policiers comme Edvige, le gouvernement ne peut pas toujours faire comme s'il n'y avait pas de problème. Du coup, manœuvre dilatoire, hochet pour amuser la galerie, la ministre de l'Intérieur, Michèle Alliot-Marie a écrit le 24 juillet à la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l'Egalité pour lui proposer de la consulter pour "tout projet de création" de nouveaux fichiers de police. A la rentrée, Louis Schweitzer aura même droit à une visite guidée de la direction centrale de la Sécurité publique chargée de l'exploitation du fihcier Edvige. Cela fera certainement plaisir au président de la Halde, Louis Schweitzer, qui était demandeur, mais on ne voit pas en quoi l'avis de la Halde qui n'est que consultatif (rappelons-le) va constituer une garantie pour le respect des libertés publiques. Il n'y a qu'à voir comment le gouvernement, le ministère de l'Intérieur en premier, s'assoie sur l'avis de la Cnil (Commission nationale de l'informatique et des libertés), dont la mission est pourtant de garantir le respect des libertés publiques lorsqu'un fichier est créé, pour ne pas se bercer d'illusion. Dans son courrier, cité par l'AFP, Michèle Alliot-Marie assure la Halde que l'utilisation de ce fichier "est strictement encadrée" et qu'il n'y aura donc pas de problèmes. On est bien sûr prié de la croire.