François Fillon, sans état d’AME ?

Publié par jfl-seronet le 14.01.2017
3 508 lectures
Notez l'article : 
0
 
PolitiqueAMEaide médicale d'état

"Si un immigrant vient séjourner, avec vous dans votre pays, tu l’aimeras comme toi-même". Cette citation tirée de la bible, AIDES l’a placée en ouverture de son dernier communiqué de presse (12 janvier) concernant le choix du candidat les Républicains à la présidentielle, François Fillon, de supprimer l’aide médicale d’Etat (AME). Une façon pour l’organisation non gouvernementale d’interpeller un homme politique qui rappelle bien volontiers qu’il est chrétien. Sérieusement… supprimer l’AME, est-ce bien catholique ?

Le 11 janvier dernier, en déplacement à Nice, sur le thème de l’immigration, François Fillon déclare que s’il était élu président, l’aide médicale d’Etat (AME), le dispositif d’accès aux soins des personnes étrangères en situation irrégulière, serait supprimée et remplacée par la seule prise en charge des urgences médicales et des maladies infectieuses. La proposition n’est pas nouvelle, mais de nouveau elle frappe les esprits.

Dans son communiqué, AIDES rappelle que "300 000 personnes qui vivent et travaillent en France seraient concernées" par cette éventuelle suppression. "Cette mesure serait une aberration de santé publique. Elle empêcherait l’accès à la prévention et au suivi médical pour une population déjà précaire, l’AME étant réservée aux personnes ayant moins de 721 euros pour vivre. Elle contribuerait à engorger des services d’urgences déjà sous tension. Elle serait couteuse pour les finances publiques : les prises en charge tardives, alors que les pathologies sont plus avancées et plus lourdes à traiter, vont se multiplier. Actuellement les dépenses de l’AME ne représentent que 0,45 % de l’ensemble des dépenses de soins en France (1).

"François Fillon évoque une prise en charge des maladies infectieuses. Pour le VIH, l’ensemble des recommandations prescrit une mise sous traitement précoce pour ramener la charge virale à un niveau indétectable, améliorer la qualité de vie des personnes et empêcher de nouvelles contaminations. Comment une telle prise en charge serait possible si les personnes n’ont pas accès au dépistage ? Seront-elles condamnées pour être soignées à ce que la maladie se déclare et ne les amène dans la salle d’attente des urgences ?", avance AIDES.

"Le seul objectif de cette annonce est de relancer un début de campagne ratée, marquée par des annonces impopulaires et injustes sur la Sécurité Sociale, en tapant sur les sans-papiers. Celui qui affirmait le 3 janvier qu’il "ne prendrait jamais une décision qui sera contraire au respect de la dignité humaine, au respect de la personne, de la solidarité" a semble-t-il déjà oublié ces belles paroles", souligne Aurélien Beaucamp, président de AIDES.

Pour l’association : "Il est (…) intolérable que la santé des étrangers malades, et par conséquent celle de l’ensemble de la population française, serve d’argument de campagne à des candidats disposés à flatter les penchants les plus réactionnaires de l’électorat".

(1) : 159,2 milliards de prestations versées par la branche maladie de la sécurité sociale (source : Cnamts), 678 millions d'euros sont destinés au financement de l'AME (source : ministère de la Santé), 2015.

Commentaires

Portrait de lillou13

 donc si je comprend bien tous les clandestins contaminés ne seront plus soignés ?

quelle grande idée ! Fillon va multiplier les expultions ? mais il sait très bien qu'on ne revoit pas les gens sans un certain délai et que cela coute enormément cher.  pendant ce temps ils continueront à être contagieux et à propager encore plus tous les virus de toute les maladies contagieuses. quelle générosité ! il essai de rapatrier les voix du front national tout simplement.

quelle manque de dignité et surtout de charité chrétienne, lui qui se revendique chrétien et a fait du baise main au pape François, quel hypoctrique ! ils ont le même prénom mais pas le même coeur ces chrétiens là. 

Portrait de hellow

   "et j'ai fait en sorte que à chacune et à chacun puisse être accordée une complémentaire santé"  déclaration de F.Hollande le 01/12/16 

La réalité c'est que les mutuelles ont été rendues obligatoires car la mort de la sécurité sociale à la française est programmée depuis très longtemps

.....et aucun politicard français n'y changera rien, au contraire, tous complices !!!