Fumette : Vaillant fait réagir !

Publié par jfl-seronet le 13.10.2009
8 076 lectures
Notez l'article : 
0
 
Politique
Ancien ministre socialiste de l'Intérieur, Daniel Vaillant, s'est déclaré (9 octobre) en faveur d'une légalisation de la consommation du cannabis, un moyen selon lui de faire baisser la consommation. Cette proposition lui vaut des attaques de l'UMP, des critiques de la gauche et quelques soutiens.
fumuee.jpg

C'est assez rare qu'un ancien ministre de l'Intérieur se prononce en faveur de la légalisation de la consommation du cannabis. C'est ce qu'a fait (le 9 octobre dernier) Daniel Vaillant, aujourd'hui, député-maire PS du XVIIIe arrondissement à Paris. Dans une interview au Parisien, l'ancien ministre y constate que, malgré l'interdiction du cannabis, "sa consommation explose." "Aujourd’hui, un jeune sur deux a déjà fumé du cannabis. Cette croissance s’accompagne d’une aggravation des trafics et de la criminalité. Aujourd’hui, je dis : "Ne faudrait-il pas prendre le pari de légaliser la consommation personnelle de cannabis à travers un contrôle de la production et de l’importation, comme c’est le cas avec l’alcool ?", s'interroge l'ancien ministre. Daniel Vaillant imagine "un contrôle des approvisionnements extérieurs et une production en France" et "une vente à des endroits précis et contrôlés, interdite aux mineurs de moins de 16 ans". En fait, il affirme son souhait que les jeunes "prennent moins de cannabis" et estime qu'il faut tenter "le pari de la réglementation pour faire baisser la consommation."

Ce n'est pas la première fois que Daniel Vaillant se prononce en faveur de cette mesure. Il l'a déjà fait en 2003 dans une tribune publiée par Libération comme le rappelle Arnaud Aubron sur son blog Drogues News sur Rue 89.  Néanmoins, le ministre s'est montré moins audacieux lorsqu'il était aux manettes place Beauvau. Cette annonce qui tombe quelques jours après le lancement de la dernière campagne gouvernementale de "sensibilisation aux dangers de la drogue" a bien évidemment fait réagir l'UMP. Le parti présidentiel juge "totalement inacceptable"  la proposition de Daniel Vaillant. Il y voit l'illustration du "laxisme prôné par le Parti socialiste". "Alors que le trafic de stupéfiants nourrit les réseaux qui sont au cœur de la délinquance, en légaliser l’usage irait à l’encontre de la lutte volontaire et déterminée mise en œuvre par le gouvernement de François Fillon", dénonce Eric Ciotti, secrétaire national à la Sécurité. C'est d'ailleurs un signe que la réponse vienne du spécialiste UMP de la sécurité et pas de celui de la santé. Du coup, l'UMP n'y va pas de main morte : "Le Mouvement populaire se déclare fermement opposé à toute tentative de légalisation du cannabis ou des drogues dites douces qui conduisent inexorablement à l’usage de drogues de type cocaïne ou ecstasy."

Cette annonce qui ne semble pas avoir été débattue au sein du PS suscite aussi des réactions contrastées. Interrogés par l'AFP, des parlementaires socialistes font entendre des sons de cloche bien différents. Jean-Louis Bianco est favorable au maintien de l'interdiction. Pour ce proche de Ségolène Royal : "Le cannabis est et doit rester interdit". "A une époque où les jeunes sont en perte complète de repères, la règle de l'interdiction doit demeurer. Si un jour la France va mieux et la jeunesse va mieux, ça peut se discuter, mais dans l'état actuel des choses, il ne faut pas donner de signal ambigu". Michel Sapin et David Assouline sont d'accord avec la proposition de légalisation. "C'est une proposition raisonnable. Il faut re-soulever ce débat de manière sereine" déclare ainsi David Assouline. "Daniel Vaillant a raison", il faut "mieux contrôler le commerce et mieux punir le trafic", estime de son côté Michel Sapin. Ancienne garde des Sceaux, Marylise Lebranchu, est "plutôt favorable à une légalisation comme pour le tabac à une condition : on met d'abord en marche une politique de santé publique". Daniel Vaillant obtient aussi le soutien des Verts du Conseil de Paris qui sont satisfaits d'une position "courageuse et lucide". "Tenants de longue date d'une dépénalisation des usages et de la consommation des drogues", les élus Verts "refusent la logique répressive privilégiée depuis des années" qui "favorise l'économie souterraine et la délinquance, enrichit des mafias, facilite la propagation de maladies graves".

De son côté, Jean-Marc Priez de l'Association française de réduction des risques (AFR), cité par Arnaud Aubron sur Drogues News, estime que : "Même si la proposition du ministre pose un certain nombre de questions quant à sa mise place, il est bon d'entendre un homme politique dire aujourd'hui ce que tout le monde sait depuis vingt ans : la politique de prohibition est un échec."
Plus d'infos sur Drogues news : http://www.rue89.com/droguesnews
Plus d'infos sur l'AFR sur http://a-f-r.org/plume/