Gays en Afrique : le diable probablement

Publié par Costa le 16.12.2008
1 684 lectures
Notez l'article : 
0
 
homophobie
Alors que la problématique homosexuelle semblait enfin émerger en Afrique avec la tenue de plusieurs ateliers consacrés aux « minorités sexuelles » lors de la conférence de Dakar, la lutte contre l'homophobie reste plus que jamais d'actualité comme le montrent les sulfureuses déclarations du président de l'association Jamra.
fleuve_senegal.jpg

“Ces vecteurs de propagation du VIH n’avaient pas du tout leur place à la conférence Icasa 2008” : président exécutif de l’association islamique Jamra, Imam Massamba Diop n’a ainsi pas mâché ses mots pour dénoncer dans le quotidien sénégalais Wal Fadjri la participation d’homosexuels et de lesbiennes à la XVe conférence internationale sur le sida et les infections sexuellement transmissibles en Afrique (Icasa) qui s’est tenue début décembre à Dakar. Une conférence “insidieusement exploitée”, selon lui, “par d’obscurs lobbies homosexuels et de lesbiennes qui se sont livrés à leur habituel prosélytisme malsain” et à “une énième tentative de promotion d’une pratique contre-nature, à laquelle même les animaux, fussent-ils les plus malfaisants et vils, répugnent à s’adonner” ! Dans un texte envoyé au journal, Imam Massamba Diop n’hésite pas à s’en remettre à Dieu en affirmant notamment qu’“aucune argutie, aussi fumeuse soit-elle, ne réussira jamais sous nos cieux à faire accréditer dans notre conscience collective (…) un quelconque contre-précepte selon lequel cet organe anatomique qu’est le rectum humain ait été conçu par Dieu pour une fonction autre que celle d’évacuation des matières fécales”. Jamra n’en est pas à sa première attaque contre les homosexuels. Son ancien président et député à l’Assemblée nationale, feu Latif Guèye, s’était déjà exprimé sur « ce mal qui commence à prospérer dans notre société »

Des déclarations battues en brèche, deux jours plus tard dans la presse ivoirienne, par Steave Nemande de l’association Alternatives Cameroun, association de défense des droits des homosexuels, aussi impliquée dans la lutte contre le sida. Son président estime donc que sa présence à Dakar était “le signe que la conférence a fait face à la réalité (…) car l’homosexualité est une réalité en Afrique”. “Malheureusement, poursuit-il, l’environnement est très défavorable, avec des lois qui criminalisent, stigmatisent, qui sont empreintes d’extorsion et de chantage.” Et de lancer un appel aux dirigeants et aux législateurs : “la criminalisation est une mauvaise politique. Nous devons nous battre pour avoir des lois qui protègent aussi les minorités. Car nous ne sommes pas le problème, mais une partie de la solution.” Ne reste plus qu’à en convaincre les soi-disant dépositaires des voies du Seigneur…
Source : www.walf.sn

news.abidjan.net

crédit photo : Fleuve Sénégal par Frostis

Commentaires

Portrait de nikita

In Wikipédia : "La sexualité animale ne se limite pas à des rapports monosexuels ou hétérosexuels reproductifs. Ainsi, les comportements sexuels animaliers peuvent avoir différents objets et revêtir de multiples formes. Les spécialistes ont noté divers comportements analogues aux comportements humains non reproductifs tels qu'homosexualité, bisexualité ou masturbation." A bon entendeur...