Hépatite C de génotype 1 : deux nouvelles molécules disponibles en ATU de cohorte

Publié par Renaud Persiaux le 10.01.2011
4 725 lectures
Notez l'article : 
4
 
vhcnouvelle moléculeco-infection
Attendues depuis plusieurs mois, les nouvelles molécules anti-VHC sont disponibles en autorisation temporaire d'utilisation (ATU) de cohorte depuis fin décembre, mais seulement pour les personnes mono-infectées. Les personnes co-infectées par le VIH devront attendre l'examen des données d'interactions, au printemps. En attendant, 160 d'entres elles pourront participer à deux essais cliniques.

Ces nouvelles anti-protéases, c'est quoi ?

Le télaprévir (nom commercial Incivo, développé par Janssen) et le bocéprévir (développé par Merck Shering Plough) sont deux nouvelles molécules actives contre le VHC de génotype 1 - le sous-type du VHC le plus fréquent en Occident, et le plus difficile à soigner -, dont elles ciblent la protéase.

Contrairement à ce qu'on avait pu espérer au début de leur développement, ces nouvelles molécules devront être utilisées en association avec le traitement actuel de référence. A la bithérapie dite standard, à base d'interféron pégylé et de ribavirine, sera donc ajouté soit le télaprévir soit le bocéprévir - qui sont donc des molécules concurrentes.

Elles ne seront pas utilisées tout à fait de la même manière dans le traitement. Et si le télaprevir donne plus d'effets indésirables de type cutané (problèmes de peau), le bocéprévir a tendance à provoquer plus d'anémie (diminution des globules rouges). Les prises sont de 3 par jour, en comprimés à avaler, espacées d'environ 8 heures. La combinaison avec l'une de ces molécules est 20 à 30 % plus efficace que le traitement standard.

Qu'en est-il des durées de traitement ? Celle de la bithérapie standard est d'environ 48 semaines (11 mois), variable en fonction de la réponse au traitement, de la tolérance, et d'une éventuelle résistance du virus. Celle du traitement par télaprévir est de 12 semaines environ (3 mois), le traitement standard et la prise de télaprévir débutant simultanément. Tandis que celle du traitement par bocéprévir est de 44 semaines environ (10 mois), la prise de bocéprévir débutant 1 mois après le début du traitement standard. Là encore, les durées dépendent de la réponse au traitement, de la tolérance, et de résistances éventuelles.

ET L'ATU de cohorte, A quoi ça CORRESPOND ?

Une ATU de cohorte, c'est un dispositif d'accès précoce aux molécules en développement, en attendant l'autorisation de mise sur le marché (AMM) - qui devrait être accordée fin 2011. L'ATU dite de cohorte concerne un groupe ou sous-groupe de patients, traités et surveillés médicalement suivant des critères rigoureusement définis dans un protocole d'utilisation thérapeutique et de recueil d'informations, établi par l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) et le laboratoire qui commercialise le médicament.

Les critères d'inclusion étant définis à l'avance, toutes les personnes répondant aux critères peuvent théoriquement en bénéficier, mais dans les faits, cette ATU de cohorte devrait être limitée dans un premier temps à un total de 1 300 personnes.

Pour en bénéficier, la personne doit prendre un rendez-vous avec le médecin la suivant pour son hépatite. Celui-ci doit remplir un dossier et l'envoyer au laboratoire concerné.

Quels sont les critères d'inclusion ?

- Avoir une hépatite C chronique de génotype 1.

- Etre à un stade avancé de la maladie, F4 de fibrose (cirrhose non décompensée), un score qu'on peut évaluer par biopsie ou par des examens non invasifs comme le Fibrotest ou de préférence le Fibroscan.

- Avoir déjà suivi au moins un traitement contre l'hépatite C de 12 semaines minimum, et ne pas avoir « guéri » suite à ce traitement. La guérison est définie comme une quantité de virus présente dans son sang (charge virale VHC) indétectable six mois après la fin du traitement ("réponse virologique soutenue"). Attention : les personnes dites répondeurs "nuls" - dont la charge virale ne baisse quasiment pas entre la 1ère et la 12e semaine de traitement - devront faire une demande d'ATU nominative individuelle auprès de leur médecin.

- Ne pas être enceinte ni allaiter pendant toute la durée du traitement et pendant les 6 mois suivant la fin du traitement (car on ne connait pas les éventuels effets sur l'enfant).

- Ne pas être co-infecté(e) par le VIH.

Les co-infectés non inclus POUR L'INSTANT

Dans un premier temps, les personnes co-infectées par le VIH et le VHC ne seront pas inclues dans l'ATU de cohorte, en attendant l'analyse des données d'interactions entre médicaments anti-VIH et anti-VHC, qui devrait être disponible au printemps. Si les données sont alors rassurantes, l'ATU pourrait alors être élargie.

Le collectif inter-associatif TRT-5, dont AIDES est membre, qui avait plaidé en novembre 2010 pour la possibilité d'ATU nominatives pour les personnes co-infectées, continue à travailler pour permettre l'accès aux co-infectés le plus rapidement possible dès que les conditions de sécurité seront réunies.

En attendant, seules 160 personnes co-infectées pourront accéder, si elles répondent aux critères d'inclusion, aux deux essais ANRS Telaprevih et Boceprevih. Ils permettront d'évaluer l'efficacité, la tolérance et les d'interactions pharmacologiques éventuelles avec les autres traitements. Portant sur 80 personnes chacun, ils pourraient débuter dans le courant du mois de février.

 

D'un observatoire à une cohorte hépatite

Dans le cadre de cette ATU de cohorte, l'ANRS (Agence nationale de recherche contre le sida et les hépatites) et l'AFEF (Association française pour l'étude du foie), mettent en place un observatoire, baptisé CUPIC. Objectif : évaluer l'efficacité, la tolérance et les résistances à ces nouvelles molécules chez les personnes à un stade évolué de la maladie.

Cet observatoire devrait se transformer avant l'été en une grande cohorte sur les hépatites B et C - comme nous en connaissons pour le VIH - qui permettra d'avoir une meilleure connaissance de l'histoire naturelle de la maladie et de son évolution sous traitement à long terme, et qui sera dirigée par le Pr Stanislas Pol (Hôpital Cochin, Paris). Différentes sous-études de recherches fondamentale, virologique, pharmacologique et sociale devraient être réalisées. Les associations seront impliquées dans son conseil scientifique. Cette cohorte devrait améliorer grandement les connaissances sur la vie avec le VHC et permettre de meilleures prises en charge à l'avenir.

 

Pour en savoir plus :

Communiqués

- Lire le communiqué du TRT-5 (4 novembre 2010) : "Nouvelles molécules anti-VHC pour les personnes vivant avec le VIH : les laboratoires doivent permettre des ATU nominatives".

- Lire le communiqué de SOS Hépatites (22 décembre 2010) "Révolution dans le traitement de l'hépatite C : deux nouveaux médicaments accordés de façon précoce à 1300 malades en échec de traitements".

Mode d'emploi de ces deux ATU

- Mode d'emploi pour accéder à cette ATU de cohorte (sur le site de SOS Hépatites).

Bocéprévir

- Résumé des caractéristiques du produit (RCP) Bocéprévir.

- Notice destinée aux patients prenant du Bocéprévir.

- Protocole d'utilisation thérapeutique du Bocéprévir et de recueil d'informations (incluant le RCP et la notice ci-dessus).

Télaprévir

- Résumé des caractéristiques du produit (RCP) Télaprévir.

- Notice destinée aux patients prenant du Télaprevir.

- Protocole d'utilisation thérapeutique du Télaprévir et de recueil d'informations (incluant le RCP et la notice ci-dessus).

Etude CUPIC

- Etude ANRS CUPIC.