Hépatites B et C : données épidémiologiques

Publié par jfl-seronet le 06.04.2021
1 861 lectures
Notez l'article : 
0
 
Thérapeutiquehépatites viralesVHCVHB

Quels sont les chiffres concernant l’hépatite B et l’hépatite C en France ? On en a une idée plus précise avec la publication (22 mars) des données épidémiologiques 2019 de Santé publique France qui « montrent une stabilisation du nombre de personnes en affection longue durée pour une hépatite C en 2019 » et « une augmentation constante concernant l’hépatite B ».

2030 ! Cette année-là, devrait signer l’élimination des hépatites virales B et C dans le monde. C’est du moins l’objectif que s’est fixée l’Organisation mondiale de la santé (OMS). La France s’est, elle, engagée à atteindre l’élimination de l’hépatite C d’ici 2025. Comment ? En intensifiant les actions de prévention et de dépistage à destination des publics les plus exposés au risque d’infection par le VHC et en renforçant l’accès aux soins et au traitement de cette hépatite. Pour savoir où en est la France vis-à-vis de cet objectif, Santé publique France publie, comme chaque année, une actualisation des « indicateurs épidémiologiques pour les hépatites B et C ». Ce sont : l’activité de dépistage concernant ces deux hépatites dans les laboratoires du secteur privé ; le nombre de personnes en affection de longue durée (ALD) pour une hépatite chronique C ou pour une hépatite chronique B, les chiffres des nouveaux diagnostics d’hépatite B aiguë ayant fait l’objet d’une déclaration obligatoire.

Les points clés 2019

L’augmentation de l’activité de dépistage des anticorps (Ac) anti-VHC pour le virus de l’hépatite C et de l’antigène (Ag) HBs, pour celui de l’hépatite B, observée depuis 2010 dans le secteur privé, se poursuit et s’intensifie légèrement. Elle est de « +9 % de personnes dépistées pour les Ac anti-VHC entre 2018 et 2019, soit 3,7 millions de personnes ayant réalisé 4,3 millions de tests en 2019 ». Elle est de « +12 % de personnes dépistées pour l’Ag HBs entre 2018 et 2019, soit 3,8 millions de personnes ayant réalisé 4,5 millions de tests en 2019 », indique Santé publique France.

Concernant la prise en charge médicale, après avoir diminué entre 2012 et 2016, le nombre de personnes en ALD pour une hépatite chronique C est relativement stable depuis 2016. Cela concerne 79 644 personnes au 31/12/2019 (données tous régimes). Le nombre de nouvelles personnes bénéficiaires de cette ALD (après une augmentation depuis 2014 ; augmentation particulièrement marquée en 2016 et 2017), est en diminution en 2018 et 2019 : 7 207 nouvelles personnes bénéficiaires en 2019. Le nombre de bénéficiaires de l’ALD pour une hépatite chronique B est en constante augmentation depuis 2010. Il atteint 36 180 au 31/12/2019 (données tous régimes). Le nombre de nouvelles personnes bénéficiaires est en augmentation depuis 2010. Il est de 5 482 en 2019. Dans son communiqué, l’agence sanitaire explique que « cette mise à jour des données complète les informations publiées dans le BEH thématique dédié aux hépatites B et C publié le 24 novembre 2020.

Ce qu’il faut retenir

Pour tendre vers l’objectif d’élimination des hépatites B et C fixé par l’Organisation Mondiale de la Santé en 2030, le diagnostic des personnes vivant avec ces virus est essentiel. Il permet la prise en charge des personnes concernées et leur accès aux traitements. Pour Santé publique France, l’augmentation de l’activité de dépistage est « une évolution favorable ». Concernant le VHC, les antiviraux à action directe (AAD), disponibles depuis 2014, permettent de guérir la quasi-totalité des personnes ayant une hépatite chronique C et de limiter leur risque de complications et de décès, note l’agence sanitaire. La forte augmentation du nombre de nouveaux bénéficiaires de l’ALD pour hépatite chronique C en 2016-2017 reflète celle du nombre de patients-es traités-es par AAD durant cette période, grâce à l’ouverture de l’accès à ces nouveaux traitements pour l’ensemble des personnes. En revanche, le fait que le nombre de nouvelles personnes bénéficiaires de l’ALD a diminué en 2018 et 2019 suggère que le nombre de personnes diagnostiquées à traiter diminue. « Cela doit inciter à mieux cibler le dépistage de l’hépatite C vers les publics les plus exposés afin de diagnostiquer et traiter les personnes ayant une hépatite C chronique non diagnostiquée », indique Santé publique France.

Concernant l’hépatite B, l’augmentation du nombre de nouvelles personnes bénéficiaires de l’ALD suggère là aussi un plus grand nombre de personnes traitées chaque année, qui pourrait être en lien avec l’augmentation de l’activité de dépistage.

 

Commentaires

Portrait de Butterfly

Bonjour ,

Suite a une anerie début année 80 pdt QUE 2 ans mais de trop Pas eu de chance , je goutais a tout et avait attraper le VHC - puis a été définitivement guéri en 2015 - car avait fait rejet de interferon etc donc a pu avoir les derniers sofosbuvir sur 3 mois - Bref est ce qu'on peut rattraper le VHC m^me si on boit pas ou se drogue pas depuis 35 ans ? car la on m'a dit que j'avais 2 angiomes et j'ai pas envie de retomber malade du foi ou qu'on me le change etc 

Merci de me répondre