Hirschel : une campagne australienne exemplaire

Publié par jfl-seronet le 09.01.2009
3 463 lectures
Notez l'article : 
0
 
séroadaptationréduction des risques sexuelsprévention
Une association de séropositifs signe la première campagne d'information prenant en compte les nouvelles recommandations suisses concernant la charge virale et la transmission du VIH. C'est en Australie et c'est le site Warning qui révèle l'info en France.
viralload.png

Positive Life New South Wales. La voilà, c'est elle. Elle qui la première lance une campagne d'information prenant en compte les recommandations suisses. Comme l'explique le site Warning : "Cette association australienne de personnes séropositives, créée en 1988, aborde de front dans sa nouvelle campagne Serodisco l'intérêt de traitement anti-VIH pour réduire le risque de transmission lors des rapports sans préso." "En s'adressant directement aux couples sérodifférents, Positive Life fait preuve d'honnêteté et de franchise comparé aux campagnes réalisées ailleurs dans le monde", note le site. Dans cette campagne, c'est un message de safer-sex et de réduction des risques qui cohabite sur l'affiche de l'association australienne. Un message qui a néanmoins le mérite d'être clair. "Dans certaines relations amoureuses, les hommes prennent en compte la charge virale indétectable quand ils baisent sans préservatif pour réduire le risque de transmission du VIH", note Warning citant l'affiche de Positive Life. Pour l'association australienne, le message est : "Une charge virale indétectable réduit le risque de transmission seulement si tu prends tous les jours ton traitement anti-VIH, si ta charge virale est indétectable depuis au moins 6 mois, et si ton partenaire et toi même n'avez pas d'IST". Et pour ceux hésitants, l'affiche rappelle que "le préservatif peut évacuer l'anxiété par rapport à ces incertitudes." "Le choix revient donc aux partenaires dans le couple", note Warning qui se demande, à juste raison, si on verra un jour une telle campagne en France ?
Plus d'infos sur le site de Warning.

Commentaires

Portrait de avion

Encore bravo à ce site peu connu, Warning, qui est toujours à la pointe de l'avant garde en matière de sexualités et de comportements, d'idées en tous genre.
Portrait de Zagadoum

J'attendais ça depuis longtemps.. j'ai envie d'être australien tiens ! Bref Aides que cet exemple t'inspire :)
Portrait de micheltlse

Une fois encore, Hirschel ne généralise pas aux gays ce qu'il a établi pour les hétéros "dans certaines conditions". Réduire ainsi "pour les gays" le préservatif à une simple "évacuation de l'anxiété" à partir des recommandations suisses n'est pas de l'avant-gardisme, c'est au mieux de l'anticipation vraiment très anticipée et, au pire, une généralisation dont chacun, effectivement, appréciera le risque... En aucun cas, selon moi, "une campagne exemplaire". Dommage aussi que "notre" Jfl n'ait pas demandé à nos aidiens ce qu'ils en pensaient de cette exemplarité et qu'il ne cite que "ce site trop peu connu"...
Portrait de micheltlse

En relisant, je note "évacuation de l'anxiété de ces incertitudes", et je vois que la rdr et le safe sex cohabitent sans s'opposer, ce qui, effectivement, est pédagogiquement une bonne chose, me semble-t-il... Bref, je suis désormais moins "anxieux"...
Portrait de vendredi_13

D'après l'affiche, cela ressemble à une campagne adressée aux gays et à eux seuls (pas d'autre visuel disponible sur le site de l'association, j'ai vérifié). Mais rien dans le texte ne le précise. Alors ? A qui s'adresse cette campagne ? Pas clair...
Portrait de aKroBat

Quand on sait que l'un des modérateurs de ce site, par ailleurs responsable du projet séronet, est le responsable du blog warning, on peut se demander si cet article n'est pas de l'autopromo... Perso, je trouve cette campagne assez problématique alors que, sans même parler de la véracité de l'avis Suisse, rien ne permet de l'appliquer aux homos. L'article paraît particulièrement favorable à cette campagne. S'agit-il de l'avis de Aides sur la question? Fuck me safe or go and fuck yourself
Portrait de olivier-seronet

Le procès d'intention que dessine la première partie de votre commentaire oblige l'équipe de Seronet à vous répondre. Séronet ne fonctionne pas à la commande, mais à partir de choix éditoriaux réfléchis et assumés. Ces choix, réalisés en équipe, sont guidés par le souci d'informer, le plus objectivement possible, ses lecteurs et lectrices, d'être utile et d'aider à la réflexion. Ce choix s'illustre, par exemple, dans le soin qu'à Seronet de relater l'actualité de diverses associations comme Act Up, Actions Traitements, AIDES, Warning et d'autres. A ce titre, Seronet rend compte de points de vue, d'opinions, d'actions et même de trouvailles émanant d'associations. La campagne australienne signalée et commentée par Warning a été jugée suffisamment importante et novatrice dans le débat actuel pour être présentée sur Seronet. Chacun peut évidemment en discuter le contenu, en contester l'approche. Bref, en débattre. Le débat peut être animé, vif, mais il n'est pas certain que la mauvaise foi soit un atout pour un échange réussi. Les informations publiées par Seronet ne sont pas forcément la position ou l'avis de AIDES. Seronet est un media, pas le porte-parole de telle ou telle association. Il est d'ailleurs curieux que vous lanciez cette question et ses sous-entendus à propos de cet article et pas à propos d'une des nombreuses informations publiées concernant, au hasard, Act Up. L'équipe de Seronet se doit aussi de vous rassurer. Elle ne fait pas de la communication, ni de la retape, elle informe. Elle n'avance pas masquée. Tout le monde peut-il en dire autant ? L'équipe éditoriale
Portrait de aKroBat

"La campagne australienne signalée et commentée par Warning a été jugée suffisamment importante et novatrice dans le débat actuel pour être présentée sur Seronet."

 

 

Certes, mais le titre ne me semble pas particulièrement neutre.

 

 

Mauvaise foi, mais de qui ? Vous parlez d'avancer masquer mais n'est-ce pas le principe même d'un tel site de fonctionner avec des pseudos?

 

 

Il est vrai qu'il pourrait être intéressant, pour les replacer dans leur contexte, de connaître l'appartenance associative de certains utilisateurs particulièrement actifs des doigts qui l'inondent de théories parfois bien discutables...

 

 

Fuck me safe or go and fuck yourself