Homophobie : un rassemblement pour les "Couples Imaginaires"

Publié par jfl-seronet le 27.06.2013
6 094 lectures
Notez l'article : 
0
 
Initiativehomophobieexposition photos

Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées, mercredi 26 juin en soirée, à Paris en soutien à une exposition photos contre l'homophobie vandalisée à deux reprises à l'extérieur de la mairie du 3ème arrondissement le week-end dernier. Cette manifestation "pour l'égalité" à l'initiative de la mairie du 3ème arrondissement, des associations AIDES, SOS homophobie et Le Refuge a fait office de vernissage pour l'exposition "Les Couples Imaginaires" d’Olivier Ciappa. A cette occasion, Michel Simon, administrateur de AIDES, a prononcé un court discours.

Du monde, il y en avait du monde mercredi 26 juin pour protester contre les actes de vandalisme perpétrés contre l’exposition "Les Couples Imaginaires" d’Olivier Ciappa. Les photos de l’artiste ont été détruites. Elles seront réimprimées et affichées de nouveau, mais les photos endommagées le seront aussi symboliquement. Ces photos montrent des personnalités de tous horizons formant des couples de même sexe ou familles homoparentales fictifs. "Ce rassemblement devait être à l'origine un vernissage mettant en images, une avancée de la République", a indiqué le maire PS du 3ème arrondissement, Pierre Aidenbaum. "La profanation est un acte de haine et de mépris", a souligné l'élu. "L'homophobie est un délit que nous devons combattre sans faiblesse", a-t-il poursuivi, cité par l’AFP. Plusieurs élus parisiens dont la première adjointe et candidate à la mairie de Paris, Anne Hidalgo étaient présents à ce rassemblement où l'artiste Marianne James et l'essayiste Caroline Fourest ont pris la parole pour dénoncer l'homophobie. En amont du rassemblement, le maire de Paris Bertrand Delanoë est également venu faire part de son soutien.

Nos visages et nos corps mutilés

Administrateur de AIDES, Michel Simon a également pris la parole lors de cette manifestation : "Non ! Ils ne sont pas homophobes ! Ils s’en défendent, et pourtant… pourtant l’homophobie, la lesbophobie, la transphobie, elles sont là, elles sont symboliques, Elles sont visibles, pesantes, assumées. Ces photos d’Olivier, ces couples, ces familles réelles ou imaginaires, elles les dérangent. Ils ont mutilé ces photos, ces visages, ces corps ou plutôt nos visages et nos corps. Il y a quelques semaines, au Gud, c'était une silhouette rose littéralement éclatée sous les poings d’une silhouette noire… Et puis aussi, c’était le visage de notre ami Wilfred, un visage bien réel, bien vivant qui était martyrisé".

Un ordre social fantasmé

"La violence, l’intimidation, voilà leurs armes pour tenter de nous rendre invisible. C’est pour ça qu’ils attaquent cette expo, c’est parce qu’elle nous visibilise, parce qu’elle nous montre, nous et nos familles", explique Michel Simon. "Ces images, elles sont en confrontation directe avec leur société fantasmée, avec leurs valeurs hétérosexuelles, patriarcales, sexistes et racistes, avec ces valeurs qu’ils veulent imposer à tous. Pour eux, nous n’avons pas de place dans leur monde, ils doivent donc nous effacer. Leur idéal, c’est chacun à sa place : un homme est un homme, une femme est une femme, et une femme n’est femme qu’avec un homme et vice versa. Mais leur ordre social fantasmé, leur aliénation, nous la défions ! Nous, gays, bis, lesbiennes, trans, queer, intersex et autres, nous ne nous laisserons pas assigner à une identité, à un genre, à une orientation qu’ils nous imposeraient. Nous ne nous laisserons pas intimider, nous ne vivrons pas cachés. Nous sommes là et nous ne nous cacherons pas, nous sommes visibles et nous sommes fiers de ce que nous sommes !"

Nos grandes sœurs de Stonewall

"Pédés, trans, bis, gouines, queer, féministes, nous sommes là, tout simplement. Nous sommes là, nous sommes nombreux, nous sommes organisés, nous avons nos associations, nous avons l’inter LGBT, nous sommes présents sur l’ensemble du territoire,  nous apportons un souffle, une différence, nous "challengeons" la société, la provoquons, nous la forçons à s’interroger sur elle-même pour évoluer, explique-t-il. Comme nos grandes sœurs de Stonewall, nous ne sommes pas victimes, mais nous revendiquons le respect. Nous avons obtenu l’Egalité dans le mariage et l’adoption et nous ne nous arrêterons pas là : nous aurons l’accès à la PMA, nous aurons le changement d’état civil pour les trans, nous aurons la filiation, nous aurons un avenir, nous changerons la société pour la rendre plus belle, plus égalitaire entre les femmes et les hommes, plus ouverte, en paix avec elle-même. Le degré d’évolution d’une démocratie se juge à la façon dont elle considère ses minorités. Pédés, trans, bis, lesbiennes, hétérosolidaires, nous sommes une famille et nous faisons partie de la grande communauté que nous reconnaissons tous et qui nous reconnait, la République. Vive la république, vive l'Egalité !"

Commentaires

Portrait de Muffin64

Le mariage gay imaginaire ou réel dérange! Je parle bien d'amour oui yes!  et je suis bien humain moaaa