Keith Haring, the Political line

Publié par jfl-seronet le 07.04.2013
6 313 lectures
Notez l'article : 
4
 
CultureKeith Haringexposition

Le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris et le Centquatre, consacrent une rétrospective de grande envergure à l’artiste américain Keith Haring (1958 – 1990). Cette exposition permettra d’appréhender l’importance de son œuvre et plus particulièrement la nature profondément politique de sa démarche, tout au long de sa carrière. Premières infos… Seronet y reviendra dans le détail.

Avec près de 250 œuvres réalisées sur toile, sur bâche ou dans le métro, - dont une quinzaine de grands formats seront exposés au Centquatre -, cette exposition est l’une des plus importantes jamais réalisées sur cet artiste majeur. Keith Haring fut l’un des artistes les plus célébrés de son époque, et aujourd’hui encore tout le monde connaît son style incomparable et son répertoire de signes emblématiques. Il a été exposé avec Andy Warhol, Jean-Michel Basquiat, Roy Lichtenstein, Robert Rauschenberg, Jenny Holzer et Daniel Buren, dès la Documenta 7 en 1982 et dans des musées et biennales du monde entier.

Keith Haring, virtuose du dessin, a étudié à la School of Visual Arts à New York. Génie de la ligne, travailleur incessant et rapide, il a énormément produit, réalisant ses œuvres en écoutant de la musique. Il a utilisé de multiples supports et eu recours aux medias de son époque allant jusqu’à commercialiser des produits dérivés dans son célèbre Pop Shop à partir de 1985.

Les messages et les idées politiques qu’il a véhiculés ne constituent pas seulement une part de son héritage, mais ont considérablement influencé les artistes et la société. Ses "subway drawings" réalisés dans le métro, ses peintures, ses dessins et sculptures, étaient porteurs de messages de justice sociale, de liberté individuelle et de changement. Icône du Pop art, artiste subversif et militant, Keith Haring a multiplié les engagements tout au long de sa vie : très jeune, il était animé par une envie de transformer le monde.

En utilisant délibérément la rue et les espaces publics pour s’adresser au plus grand nombre, il n’a cessé de lutter contre le racisme, toutes sortes d’injustice et de violence, notamment l’Apartheid en Afrique du sud, la menace nucléaire, la destruction de l’environnement, l’homophobie et l’épidémie du sida (dont il est mort non sans avoir créé une fondation caritative au profit de la lutte contre la maladie). Le parcours de l’exposition rend compte de ses prises de position critiques. Cette exposition majeure se devait d’être organisée à Paris. En effet, présenté dès 1984 par l’Arc, au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris dans l’exposition "Figuration Libre France/USA", aux côtés de Robert Combas, Hervé Di Rosa, Jean-Michel Basquiat… Keith Haring a séjourné, travaillé et exposé à de nombreuses reprises à Paris, ville qu’il affectionnait particulièrement.

Musée d’art moderne : 11 avenue du Président Wilson - 75016 Paris. Ouvert du mardi au dimanche de 10 heures à 18 heures. Nocturne le jeudi jusqu’à 22 heures.
Au Centquatre : 5 rue Curial - 75019 Paris. Ouvert du mardi au dimanche de 13 heures à 19 heures 30.

Keith Haring / The Political Line,  Grands formats au 104
Le Centquatre prolonge la rétrospective en présentant les œuvres grand format de l'artiste, notamment l'une de ses plus importantes, "Les Dix Commandements", créée en 1985. Cette pièce monumentale composée de dix panneaux de sept mètres de haut, inspirée de la Bible et réinterprétée par le créateur : dix commandements revisités à coup d'aplats rouges, de signes du diable et de l'enfer, de dollars et de têtes de serpent…

Commentaires

Portrait de Aradia

Avant de mourir, Haring crée une fondation qui porte son nom et en confie le direction à son assistante 

Julia Gruen. la fondation a la tâche d'aider les enfants et de soutenir les organisations qui militent pour la prévention contre le sida.