La dignité à la hausse !

Publié par jfl-seronet le 05.05.2009
920 lectures
Notez l'article : 
0
 
prévention par le traitementréduction des risques sexuelsprévention
Ce qu'il y a de très bien avec l'avis du Conseil national du sida, c'est que tout ne se résume pas uniquement à une dimension de santé publique. Très clairement, le CNS considère que cette nouvelle (le traitement réduit très fortement le risque de transmission) modifie la perception de la séropositivité par les personnes touchées elles-mêmes, mais bien au-delà.
dignite.png

Il y a des phrases qui marquent. C'est le cas de celle-ci : "Le fait de savoir que le traitement, s'il est bien observé, réduit très fortement le risque de transmission du VIH modifie la perception que les personnes atteintes ont de leur infection." Et le CNS d'évoquer, dans son avis sur l'intérêt du traitement anti-VIH en prévention, la part non négligeable de personnes touchées qui s'interdisent d'avoir des relations sexuelles, qui se contraignent à l'abstinence de crainte de contaminer. "La réduction du risque de transmission grâce au traitement offre aux personnes séropositives un puissant motif de réassurance qui devrait leur permettre, à des degrés divers, de vivre leur sexualité de façon plus apaisée et plus épanouie", explique le CNS. Le Conseil va même plus loin : "Ce peut-être un soulagement important pour des personnes se sachant infectées, mais dans l'impossibilité de révéler leur statut à leur partenaire ni de proposer l'usage du préservatif."

Mais pour le CNS, l'usage du traitement dans la palette des outils de prévention de la transmission permet davantage.  Il est "susceptible de modifier les perceptions sociales de la maladie." "Une part des phénomènes de stigmatisation et de discrimination à l'égard des personnes vivant avec le VIH s'explique par les peurs projetées sur les personnes séropositives, perçues comme vecteur de la contamination, note le CNS. Certes, ces peurs face à la maladie et aux personnes séropositives ne tiennent pas qu'au risque de transmission (…) néanmoins, à long terme, la diffusion dans la population générale de l'information sur la réduction du risque de transmission chez les personnes traitées peut contribuer à banaliser l'idée que les personnes infectées ne représentent pas un danger quand elles assument leur statut et suivent un traitement."  D'ailleurs le CNS n'a pas peur d'employer des mots forts. Il estime ainsi que la "restauration de la dignité des personnes vivant avec le VIH (…) devrait favoriser une restauration de la prudence. On peut notamment espérer le développement d'un climat plus favorable à la discussion du statut sérologique entre partenaires, en retour plus favorable à l'adoption de comportements de prévention adéquats, en particulier l'usage du préservatif." Bref, du gagnant/gagnant.

La suite de notre dossier : 


Conseil national du sida : un avis qui change la vie !
Nouvelle donne : le CNS recommande
Avis du CNS : trois associations réagissent
Autres réactions associatives

Pour consulter l'avis du CNS : http://www.cns.sante.fr/spip.php?article294

 Illustration : lsgyarmati - www.spotmob.com