La pollution civile de la Manif pour tous

Publié par Tim Joanny Madesclaire le 23.11.2016
5 478 lectures
Notez l'article : 
5
 
0
Initiativeprévention diversifiéegays

Journaliste, consultant, Tim Joanny Madesclaire contribue régulièrement à des programmes de santé sexuelle en direction des gays. Ancien rédacteur en chef de "Prends-Moi", il a contribué aux guides de l’Enipse ainsi qu’aux rapports Trend sur le chemsex. Il a fourni le contenu du site sexosafe dont il est question ici. Il est le co-fondateur de la revue "Monstre". Il s’exprime ici à titre personnel.

A peine a-t-elle été placée, l’affiche de Santé publique France annonçant la création d’un site de prévention du VIH a été dénoncée par des électrons plus ou moins libres de la Manif pour tous, adoubés par la cousine Boutin et le candidat à la primaire de droite Poisson, au prétexte de son indécence : deux hommes y font démonstration de tendresse avec, en surimpression, des jeux de mots qui déclinent des situations amoureuses – avec un inconnu, avec un ami, avec un amant. Le tweet du fier-à-bras qui a circulé montrait un jeune homme barbouillant ces mots d’un liquide blanc douteux.

Avant tout, il convient de signaler l’incohérence d’une action qui consiste à effacer un message de prévention contre le VIH, en laissant bien visible et ainsi placée hors contexte l’image qui l’accompagne et que l’on prétend dénoncer. En général, quand une image dérange, c’est elle que l’on efface, pas sa légende. Mais passons à la suite. Indépendamment de l’exaspération causée par des "contractivistes" qui voudraient que l’on s’empaille autour de leurs complexes ambigus, de leur homophobie, ou pas, de leur sexisme, ou pas, de leur conservatisme, ou pas, de leur sincérité, ou pas, de leur légitimité, ou pas, il convient aussi de parler de ce qu’ils ont voulu discréditer : un site de prévention contre le VIH. Le VIH, virus responsable de la mort d’une centaine de milliers de personnes en France, et qui infecte encore la vie d’environ 150 000 personnes, sans compter leurs familles, leurs amis, leurs relations… ça fait du monde. Et avec 6 000 nouveaux cas de plus par an. C’est donc toujours un problème de santé publique, et à ce titre l’Etat est légitime à intervenir.

Je suis l’auteur des contenus du site qui est ici dénigré. Pas de la campagne, même si j’ai pu assister à sa mise en place. Depuis longtemps maintenant, je participe à élaborer les messages de prévention et d’information en direction de ce que l’on appelle les "hommes qui ont du sexe avec d’autres hommes", histoire d’inclure ceux-ci à ceux-là qu’on peine à s’identifier à la commun… au ghet… non, au mili… non… bref, aux péd… aux homose… aux gays… bref, à tous ceux "comment vous les appelez déjà ?" Les nommer, les situer est déjà une tâche compliquée : leur envoyer des messages de santé publique, encore plus ! Il faut adresser ces messages à des personnes qui ne sont pas forcément en mesure ou même qui n’ont pas forcément envie de les entendre. Il faut parler "santé", "risque", "maladie", "protection",  là où règnent "désir", "plaisir", "épanouissement", "excitation". Il faut être clair tout en étant dans l’empathie. Comme les messages viennent de l’Etat, ils doivent respecter les règles et les contraintes qui régissent la santé publique. Sur cette campagne, tous ces points ont fait l’objet d’une attention particulière. Les images, les textes, les titres, la typo, la diffusion ont été pensés, évalués, conçus de sorte que le message principal soit accessible à TOUS. Aux homosexuels, qui sont les premiers visés, mais aussi à leurs entourages.

Il me semble nécessaire d’en exposer les principes et le contexte.

Cette campagne a un objectif : s’adresser à ceux qui sont "hors milieu" gay. D’où un affichage "public" et très visible qui vise, effectivement, à banaliser l’homosexualité. Elle est diffusée également dans les médias d’information et de rencontres communautaires gay. Elle est ainsi volontairement à la fois communautaire et grand public. Elle est déployée dans un contexte : la mise en place de nouveaux moyens d’empêcher la transmission du VIH et des IST. C’est le but du site annoncé. Elle repose sur un double constat : ces nouveaux moyens de se protéger, parce qu’ils sont nouveaux et donc mal connus, doivent être bien présentés et largement expliqués dans des messages pertinents ; pour cela, ces messages doivent être accessibles et largement diffusés.

C’est tout cela qui a présidé à l’élaboration du site sexosafe.fr comme de la campagne qui l’annonce. Il me semble que ce sont ces évidences qu’il faut rappeler et marteler. J’en ajouterais une autre : les homosexuels ne sont pas hors de la société. Ils ne sont pas homosexuels après 18 heures et avant 7 heures du matin ou seulement le week-end ou uniquement dans des lieux dédiés. On est homo à temps complet ! Les gays ont des familles, des amis, ils fréquentent les mêmes rues, abribus, centre commerciaux que les hétérosexuels, avec lesquels ils partagent la plupart de leur temps et de leurs activités, sans pour autant se manifester particulièrement. En cela, ils vivent des vies banales.

Or, les discours et les prises de position des partisans de la Manif pour tous et de leurs déclinaisons (la confédération des Associations familiales catholiques, par exemple) ne semblent pas sur cette ligne. D’un côté, ils insistent sur le maintien de l’homosexualité hors de la famille (en particulier vis-à-vis des enfants) ; de l’autre, sur leur identité uniquement sexuelle (et implicitement perverse), caractéristiques qu’ils opposent à celles qu’ils revendiquent pour eux.

Ô mieux aimés ! Il faut vous dire que, si tout se passe bien, il est tout à fait possible que le sida soit vaincu dans les vingt ans qui viennent. Plus de malades, plus de morts, certes encore des personnes séropositives, qui disparaîtront petit à petit. Mais il faut dire aussi que d’autres fléaux surgiront sans doute. Qu’il faudra les affronter. Et que ce serait dommage, le cas échéant, de ne pas tenir compte de ce que nous a apporté cette aventure humaine totale qui dure depuis bientôt quarante années, au-delà des drames et des catastrophes qui ont affligé des dizaines de millions de personnes dans le monde.

Cela peut surprendre, mais le sida a aussi eu des effets utiles et même d’autres bons : il a sans cesse confirmé que les différences et les barrières entre les sociétés humaines ne sont pas telles qu’elles puissent les isoler et les protéger complètement. Que la collaboration entre ces mêmes sociétés permet de faire face aux dangers, si elle est faite à égalité et sans arrière-pensées idéologiques ou vénales. Il a initié des mouvements politiques, sociaux, culturels, souvent tout cela en même temps, qui ont renouvelé profondément les rapports entre peuples et pouvoirs, entre patients et médecins, entre profanes et savants. Il nous a rappelés, à tous, des choses simples. Les communautés, sous toutes leurs formes, de la famille aux associations régies par la loi de 1901, permettent l’entraide, l’affection et le soin. Une parole libre et structurée favorise l’entente et le respect, mais surtout la constitution desdites communautés d’entraide. C’est à l’échelle de ces mêmes communautés que les mémoires collectives se constituent le mieux : chaque membre partageant une expérience commune avec tous les autres. La mutualisation de la protection face aux risques reste l’un des fondements de notre société. Elle est le garant que ces communautés ne seront pas laissées à elles-mêmes ni coupées les unes des autres. Cette campagne a été construite selon ces principes. Il est fort probable que les mouvements comme La Manif pour tous et ses affidés, qui singent avec perversité l’activisme qu’Act Up-Paris et tant d’autres ont légué, n’aient pas assez de conscience et de recul pour comprendre ce que je viens de décrire, trop occupés à construire leur drame existentiel. Ce qui les rend  paradoxalement plus visibles, l’absurde et le trivial étant facilement médiatiques. Mais ne soyons pas dupes : ces mouvements, bêtes et méchants, n’émettent rien de fertile, seulement une pollution plus ou moins claire de l’espace public.

Commentaires

Portrait de jl06

La rue est à nous aussi ....en cas  il va falloir s,entrainé ............Cool  perso une grande habitude ...je  ne rale pas que devant mon ordi !

faudrait juste expliqué aux maire de France ...le monté du HIV chez les jeunes ,bien plus grave que les réactions de mad Boutin

Quand au FN qui prend fait et cose contres les affiches ....très bizzare que fond les proches  de Marine la plus par sont  /...Gay  

Portrait de jl06

 le pére phillipot ne vois  aucun  mal aux affiches ....vite les autres .....qui ce déclare !