Le nouveau booster cobicistat approuvé en Europe sous le nom Tybost

Publié par Renaud Persiaux le 11.10.2013
14 021 lectures
Notez l'article : 
1
 
ThérapeutiqueCobicistattybost

Gilead a annoncé le 26 septembre que le cobicistat (150 mg) avait reçu son AMM (autorisation de mise sur le marché) européenne, en tant que booster de deux antiprotéases du VIH, Prezista (darunavir, 800 mg une fois par jour) et Reyataz (atazanavir, 300 mg une fois par jour). Explications.

Les études ont montré qu’il est aussi efficace que le seul booster actuellement commercialisé, le Norvir (ritonavir). Pour l’instant, le Tybost n’a pas d’AMM comme booster pour les autres antiprotéases. Côté effets indésirables, le produit a un peu déçu par rapport à ses promesses initiales, il ne semble pas mieux toléré sur le plan digestif que Norvir. Selon les donnés disponibles avec Reyataz, quel que soit le booster, environ 15 à 20 % des personnes ont déclaré subir des jaunisses, des nausées et des diarrhées. Ces données devront être confirmées dans la vraie vie et par les études post-AMM. Comme Norvir, Tybost agit en inhibant le cytochrome P450 3A qui métabolise de nombreux médicaments. Cette action permet d’augmenter les niveaux sanguins de l'atazanavir et du darunavir. Tybost agit seulement comme booster et n'a pas d'activité antivirale. Les voies métaboliques du cobicistat (Tybost) et du ritonavir (Norvir) sont légèrement différentes, aussi en passant du ritonavir au cobicistat, la prudence sera requise par le médecin, surtout en cas d’ajustement d’autres doses de médicaments avec le Norvir.

Comme le Norvir et les antiprotéases, le cobicistat est contre-indiqué avec un grand nombre de médicaments (se référer à la notice*). Côté traitements de substitution, la firme indique qu’il n’y a pas d’interactions de Tybost avec la méthadone, la naloxone, la buprénorphine (Subutex) (attention, les interactions avec les antiprotéases demeurent). Des études sont en cours concernant l’utilisation conjointe avec certaines pilules contraceptives (contre-indiquées avec Norvir). Le cobicistat n'a pas été évalué chez les personnes présentant une insuffisance hépatique sévère (dite "Child Pugh classe C"), son utilisation n'est pas recommandée chez ces personnes.

Le cobicistat, qui booste aussi l’anti-intégrase de Gilead, l’élvitégravir est un des composants du "tout-en-un" Stribild (emtricitabine, ténofovir, élvitégravir, cobicistat) approuvé en mai 2013 en Europe. Par ailleurs, deux combos anti-protéase + booster sont en projet. Le premier développé par BMS associe Reyataz + cobicistat. Le second, développé par Janssen, réunit Prezista + cobicistat ; le 16 octobre, la firme a déposé une demande d’AMM. Ce combo, dont le nom de marque est inconnu, ne devrait pas être disponible avant la mi-2015. Tybost 150 mg devrait être disponible dans les pharmacies françaises vers la fin 2014, le temps que son prix soit négocié entre la firme et le CEPS, le comité économique des produits de santé.

* Pour le Tybost, il s’agit de certains antagonistes des alpha 1-adrénorécepteurs (alfuzosine), des antiarythmiques (amiodarone, quinidine), anticonvulsifs (carbamazépine, phénobarbital, phénytoïne), antimycobactériens (rifampicine), dérivés ergoliniques (dihydroergitamine, ergométrine, ergotamine), agents de motilité gastro-intestinale (cisapride), statines (lovastatine, simvastatine), neuroleptiques (pimozide), de sédatifs/hypnotiques (midazolam, triazolam par voie orale), du sildénafil pour le traitement de l'hypertension artérielle pulmonaire, et du millepertuis, une plante souvent utilisée en tisane.