Le tabac et vous : les sondages de Seronet

4 307 lectures
Notez l'article : 
5
 
Chiffrestabaccigarettefumeur

Seronet a publié un sondage sur le tabac. Il s’agissait de voir auprès des Seronautes quel type de stratégie concernant la consommation de tabac leur semblait le mieux adaptée les concernant, quel semblait être le meilleur appui et quel message serait le plus efficace sur les paquets de cigarettes… 90 personnes ont répondu au questionnaire entre le 4 septembre 2013 et le 19 novembre 2013. Voici quelques uns des points forts des résultats.

Une stratégie en questions

Là, il s’agissait de voir auprès des répondants quel type de stratégie concernant la consommation de tabac leur semblait personnellement le mieux adapté. Le choix pouvait se faire entre trois possibilités. Une proposition de maîtrise de la consommation avec comme objectif la diminution du nombre de cigarettes fumées (par jour, par exemple) a été choisie par 44 % des personnes, alors qu’un arrêt total est une option retenue par 35 % des personnes. Environ 1 répondant sur 5 ne souhaite pas encore arrêter ou diminuer sa consommation (21 %).

Quels appuis ?

Ici, le choix portait sur le meilleur appui. Par exemple un paquet neutre (sans visuel attaché à la marque et avec des messages dissuasifs plus gros que sur les paquets actuels), un défi personnel dans un temps donné, un défi collectif : arrêter en couple, entre amis ou en groupe, un soutien actif et durable de l’entourage dans le projet d’arrêt ou de réduction, une aide et un accompagnement professionnel (consultation de tabacologie, thérapie comportementale, hypnose, acupuncture, etc.).

C’est l’aide par un professionnel qui est préférée (49 %). L’action collective comme le défi avec d'autres fumeurs ou le soutien par l'entourage est retenue en cumulé par 22,5 % des répondants. Reste que le défi personnel est préféré au défi collectif (20 % contre 11 %).

Tout est dans le message

Troisième point : quel message semblerait le plus efficace sur les paquets de cigarettes ? Là encore, choix varié pour les répondants : les messages existants, un message négatif dédié aux personnes vivant avec le VIH du genre : "Le tabagisme tue plus que le virus chez les PVVIH", un message positif dédié aux personnes vivant avec le VIH sur le mode : "Le sur-risque de pneumopathie disparaît moins d’un an après l’arrêt".

Quels résultats ? Le message positif est majoritaire avec presque 54 % de répondants qui choisissent cette option. Les messages dédiés qu'ils soient négatifs ou positifs sont préférés par 19 % des répondants alors que 10 % d'entre eux ne veulent pas de messages dédiés. Les messages existants (genre "Fumer tue") sont perçus comme les plus efficaces par seulement 2,5 % des personnes. Enfin, 15 % des personnes ne veulent pas de messages du tout sur les paquets de cigarettes.

Croisements

Les résultats croisés permettent aussi de mieux comprendre ce qui se passe dans les différents groupes. Par exemple : l’aide par un professionnel est préférée par 48 % des répondants souhaitant modifier leur consommation de tabac. Pour ce même groupe : le défi personnel est préféré au défi collectif (17,5 % contre 13 %) et le paquet neutre obtient un succès relatif avec 10 % des votes. Au niveau de l'efficacité des messages, le message positif est plébiscité par 55,5 % des répondants alors que 11 % des personnes ne veulent pas de message du tout sur les paquets de cigarettes.

Lorsqu’on affine les résultats pour mieux comprendre ce qui est en jeu et ce qui est souhaité, on constate que les personnes qui souhaitent un sevrage souhaitent également avoir une aide et un accompagnement professionnel pour y arriver (39 % des personnes). Celles qui désirent maîtriser leur consommation et la diminuer souhaitent également un appui professionnel (54 % des personnes). Enfin, pour celles qui ne souhaitent pas modifier leur consommation de tabac, les réponses doivent être analysées avec prudence : ont-elles répondu en se projetant dans une maîtrise ou un arrêt de leur consommation de tabac ou ont-elles répondu en prenant en compte ce qu’il leur permet de gérer leur consommation actuelle ? Pour ces personnes, l’appui souhaité serait aussi en majorité une aide professionnelle (53 % des personnes n’ayant pas de stratégie).

On constate aussi qu’en termes d’appui, la proposition de défi personnel est répartie de manière homogène entre les trois types de stratégie : 31 % des personnes choisissant le défi personnel souhaitent être sevrées ; 31 % des personnes choisissant le défi personnel souhaitent maîtriser leur consommation, et environ 37 % des personnes choisissant le défi personnel souhaitent ne pas changer leur consommation actuelle.

Quant au type de message que les personnes préfèrent, on remarque que, quelque soit le type de stratégie, les personnes préfèrent un message positif du type : "Le seul échec est de cesser d’essayer". Logique, c’est un sacré bon message !