Contrôleurs-ses VIH : quel suivi ?

Publié par Fred-seronet le 10.10.2021
685 lectures
Notez l'article : 
0
 
Thérapeutiquecontrôleur VIH

Moins de 1 % des personnes vivant avec le VIH (PVVIH) ne développent naturellement jamais le sida. Ces contrôleurs-ses du VIH ont la faculté d’enrayer spontanément la multiplication du virus sans traitement ARV. À ce titre, ils-elles sont d’un intérêt majeur pour les chercheurs-ses, qui aimeraient bien comprendre comment leur système immunitaire parvient à lutter contre le virus. Une étude vient apporter de nouveaux éclairages sur le suivi de ces personnes.

L’étude en question nommée ANRS-CO21 Codex est menée par le Dr Léo Plaçais et ses collègues de l'hôpital universitaire Bicêtre (AP-HP, Val-de-Marne). Entre 2007 et 2019, cette étude a suivi une cohorte (un groupe) de 302 personnes considérées comme des contrôleuses du VIH car leur système contrôlait la réplication du VIH sans avoir besoin d’un traitement ARV. Le site d’info aidsmap rapporte que deux tiers des personnes suivies dans cette cohorte n’ont pas eu besoin de commencer un traitement VIH à ce jour. Les suivis duraient en moyenne cinq ans et demi. Le critère pour être admis-e dans cette étude était d’avoir maintenu une charge virale inférieure à 400 copies/ml pendant au minimum cinq années et sans traitement antirétroviral (ARV). Les chercheurs-ses ont voulu comprendre la proportion de ces personnes qui finiraient par avoir besoin d’un traitement ARV et quel seraiFranct alors leur suivi. Les participants-tes vivaient avec le VIH depuis en moyenne 15 ans après le diagnostic, au moment de leur inclusion. Un quart des personnes avait maintenu une charge virale indétectable (moins de 50 copies/ml), elles sont ce que l’on appelle des elite controllers. Les autres ont connu des petites hausses temporaires de la charge virale (blips) sans jamais dépasser les 2000 copies/ml, mais la plupart du temps la charge virale était restée basse ou indétectable.

Pendant la période de suivi, 30 % des participants-es (90 personnes) ont initié un traitement ARV. Il s’agissait de personnes qui vivaient avait le VIH depuis plus longtemps (en moyenne : 17 ans et demi) et qui avaient plus de risques de faire des blips. Parmi ces personnes, 47 % ont initié un traitement en raison d’une chute suspectée ou avérée des CD4 en dessous de 350 CD4/mm3, 26 % en raison d’une augmentation suspectée ou avérée de la charge virale au-dessus des 2000 copies/ml et 13 % pour des événements non liés à l’infection à VIH (hépatite A ou B, maladie cardiovasculaire, grossesse ou peur de transmettre le VIH à son partenaire). Enfin la chute des CD4 était associée au développement d’un cancer lié au sida chez trois personnes. Ces cancers ont été diagnostiqués avant ou juste après avoir initié un traitement ARV.

Après avoir commencé le traitement, 13 personnes ont décidé de l’arrêter pour des raisons personnelles après une durée moyenne de 64 jours. Cependant 11 de ces 13 personnes l’ont recommencé après une durée moyenne de neuf mois (période qui variait considérablement puisque trois personnes sont restées sans traitement pendant au moins trois ans). La bonne nouvelle, c’est que pendant la période d’arrêt de traitement la charge virale des personnes est restée en dessous des 2000 copies/ml et le nombre de CD4 est resté stable ou a augmenté.

« Des ARV temporaires pourraient être une option thérapeutique » chez les « contrôleurs-ses du VIH » concluent les chercheurs-ses. Mais cette stratégie doit être analysée dans une étude prospective (qui porte à la fois sur le présent et sur le futur).

Commentaires

Portrait de jl06

MARIA CORISCO28 SEPT. 2021 - 08:35 CEST

Quarante années de recherche intense peuvent faire beaucoup de chemin. Dans le cas du SIDA-VIH, ces quatre dernières décennies ont servi à en faire une maladie chronique : aujourd'hui, une pilule par jour peut suffire pour contrôler le virus et le maintenir indétectable et donc non transmissible . Mais ni les succès du traitement antirétroviral, ni le confort de son régime n'ont permis de relâcher la recherche.

À l'heure actuelle , de nouvelles pistes de travail révolutionnaires s'ouvrent , et tout cela coïncide avec un changement de génération : de nouveaux chercheurs sont arrivés au laboratoire et à la clinique qui n'ont pas vécu les années les plus dures de la pandémie et qui considèrent le VIH comme un défi fascinant. : « Je suis né vers l'année du boom, mais je ne m'en souviens pas ; J'ai reçu la vision des autres », avoue le Dr Sara Morón-López, chercheuse à l'IrsiCaixa (Institut de recherche sur le sida, situé à l'hôpital Germans Trias y Pujol de Badalona, ​​Barcelone). « Dans les années 80, les médecins et les infirmières sont tombés brusquement sur la maladie ; il n'y avait pas de traitements, tout était inconnu et la stigmatisation était totale. Nous avons déjà choisi d'étudier ce virus, ce qui est parfait en raison de sa complexité », ajoute ce médecin, dont les travaux ont été récompensés par l'International Research Scholars Program in HIV, l'un des deux seuls que Gilead a décerné dans le monde pour des recherches dans ce domaine.

Un autre médecin, Rocío Montejano, chercheur dans le domaine des maladies infectieuses-médecine interne à l'IdiPaz (Institut de recherche de l'hôpital de Madrid à La Paz), le confirme : « Le VIH est toujours un défi, il ne cesse de nous étonner. Nous avons besoin du changement de génération car, dans cinq ou dix ans, les grands experts du VIH devront prendre leur retraite et, même si nous aurons toujours leur soutien, nous devrons prendre la relève. Il y a toujours des angles pour l'étudier, et il y en aura toujours ».

La guérison est-elle possible ?

Inévitablement, lorsque nous parlons du VIH, nous pensons tous à un remède. Autant le traitement est confortable, efficace et sûr, autant le rêve est de vaincre définitivement le virus. Le Dr Beatriz Mothe, chercheuse associée à IrsiCaixa, travaille dans cette ligne, qui explique : « Il y a un petit pourcentage de personnes vivant avec le VIH qui n'ont pas besoin de traitement ; ils sont capables de le contrôler spontanément. Nous les étudions pour voir ce qui les caractérise immunologiquement , avec l'idée de développer des stratégies de guérison et des vaccins thérapeutiques afin d'essayer de contrôler l'infection sans médicament ».

Le défi initial est, à tout le moins, d' égaler les résultats actuellement offerts par le traitement antirétroviral . « Avec ces médicaments, le patient est indétectable et donc [le virus est] non transmissible. Nous devons y parvenir et, jusqu'à présent, nous avons réussi à abaisser les niveaux de charge virale, mais pas à des niveaux indétectables. » L'importance de cet axe de travail, au-delà de s'assurer que les personnes séropositives n'ont pas à être en permanence sur leurs gardes, est de pouvoir atteindre « cet énorme pourcentage de personnes qui, dans d'autres pays, n'ont pas accès à ces traitements. , et plus étant donné qu'ils ont besoin de beaucoup de surveillance. C'est pourquoi nous recherchons un remède fonctionnel ».

Sortez le virus de sa cachette

Sara Morón-López, qui étudie le cycle de réplication du virus depuis des années, ajoute : « Le VIH n'a pas été guéri parce que le virus se cache dans les cellules . Il reste là, latent, dans n'importe quelle partie de notre corps ». Et rappelez-vous : « Le virus pénètre dans la cellule, l'infecte, l'intègre et il y a un moment où il doit s'exprimer pour produire de nouveaux virus. Je me suis concentré sur la recherche des facteurs cellulaires qui régulent le processus d'expression du VIH ».

Avec cela, il cherche à réaliser un traitement spécifique qui puisse parvenir, soit à réguler cette étape, soit à réactiver le virus. "L'idée est d'activer les cellules qui cachent le virus pour que notre système immunitaire puisse les reconnaître et les éliminer, ou bien les faire taire complètement." Ce serait l'équivalent de tous ces virus endogènes archaïques que nous avons dans notre ADN et qui y sont restés, endormis pour toujours.

« Le virus a été caché dans des zones du génome. Cela le fait taire », explique le Dr Morón-López

Dans cette stratégie, Morón-Lopez étudie également les personnes vivant avec le VIH sans avoir besoin de traitement : « Une découverte de cette dernière année est que, chez ces patients, le virus est resté caché dans des zones du génome où il n'est pas exprimé. Et ça le fait taire », souligne-t-il.

La qualité de vie, toujours présente

Au-delà des axes de recherche qui permettent de vaincre le VIH, le quotidien des patients n'est pas en reste, et notamment ceux que l'on appelle les Long Time Survivors (LTS). Il s'agit de cette première génération qui a aujourd'hui dépassé la cinquantaineet chez ceux qui voient comment le virus, dans de nombreux cas, provoque un vieillissement accéléré. "Ils développent des comorbidités dix ans auparavant, et en plus grand nombre", explique Rocío Montejano de la zone des maladies infectieuses d'IdiPaz. «Nous voyons que cela peut être dû aux traitements qu'ils ont pris et, aussi, qu'il n'y a pas eu de récupération secondaire du système immunitaire à l'infection. Cela conduit à une immunosénescence [modifications qui se produisent dans le système immunitaire en raison du vieillissement et affectent l'immunité] qui est associée à une inflammation accrue. »

Dans sa ligne de recherche, Montejano compare l'âge chronologique (celui du DNI) avec l'âge biologique (l'âge de notre corps), pour voir l'impact des traitements. Comme l'explique le médecin, en étudiant la résistance, "nous essayons de détecter les mutations archivées, de voir si elles persistent ou non dans le temps, de déterminer l'impact de ces mutations qui existaient autrefois et ne le sont plus maintenant, afin de rechercher d'autres options de traitement".

UNE INFECTION… DES HOMMES ?

Depuis sa découverte jusqu'à aujourd'hui, le VIH a été considéré comme une infection presque exclusivement masculine et étroitement liée aux hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH). "Mais cela se produit dans le monde occidental, et on perd souvent la perspective que, globalement et en nombre, il s'agit d'une maladie plus féminine", explique le Dr Beatriz Mothe d'IrsiCaixa de Badalona. "Au final, les femmes sont sous-représentées et il y a un manque de connaissances sur la façon dont elles répondent aux traitements, aux interactions avec les hormones...".

Aux soins des femmes vivant avec le VIH, il faut ajouter celui orienté vers le changement générationnel dans la recherche, dans lequel il y a de plus en plus de femmes qui, du laboratoire et de la clinique, relèvent le défi de vaincre cette maladie et d'obtenir que les patients aient une meilleure qualité de la vie. Le Dr Sara Morón-López précise à cet égard : « Il est important qu'il y ait des hommes et des femmes : nous pensons différemment et nous avons des points de vue complémentaires. C'est beaucoup plus enrichissant ». Le Dr Rocío Montejano ajoute : « Dans la recherche, et surtout si vous traitez des patients complexes, la gestion multidisciplinaire est importante et prend en compte l'opinion de chacun. Dans mon cas, il peut y avoir une plus grande implication, un plus grand dévouement, mais je ne sais pas si cela a plus à voir avec le genre ou avec la personne ».