Les femmes positives sur le net

Publié par Rédacteur-seronet le 24.07.2012
3 312 lectures
Notez l'article : 
0
 
ConférencesfemmesAIDS 2012Internet

Deux femmes, militantes de la lutte contre le VIH/sida, sont à l'origine de Words of Women +, les voix des femmes séropositives, un mouvement international qui inclut les femmes touchées par le VIH/sida et celles qui les soutiennent. Olivier Jablonski les a rencontrées.

words_of_women_plus.jpg

Souhaila Bensaid (Tunisie) et Muriel Thiéry-Cirillo (Monaco) sont à l'origine de Words of Women +. Words of Women + a été créé pour les femmes isolées, celles qui ne vont pas dans les associations ; par exemple parce qu'elles n'ont pas le temps d'y aller du fait de leur travail, ou encore parce que traditionnellement elles restent le plus souvent à la maison, ce qui est souvent le cas dans les pays arabes.


Comment Words of Women + fonctionne-t-il ?

Tout simplement grâce à Internet, via un groupe fermé, sur Facebook, invisible pour les personnes qui ne sont pas membres. Le groupe couvre soixante-deux pays au travers des fuseaux horaires. L'avantage de ce genre de groupe, c'est sa discrétion, élément important quand le risque d'être discriminée du fait du VIH est très réel. "Tous les matins, je fais une revue de presse avec ce que nous envoie les membres, nous dit Muriel, et je collecte des informations de nombreux pays. J'envoie le tout sur le mur Facebook du groupe. Ça déclenche des discussions entre les copines".

C'est la première initiative de ce genre en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. Tous les sujets possibles même les plus tabous sont abordés, sauf les questions politiques. Les femmes présentent dans le groupe s'expriment, par exemple, sur la prostitution, les enfants et la reproduction, les maris, la sexualité, etc. "Je n'ai jamais parlé de toutes ces questions aussi facilement que dans ce groupe", nous dit Souhaila. Pour les femmes arabes, membres du groupe, c'est un outil formidable pour échanger entre elles. Mais pour les femmes d'autres cultures ou pays aussi !" Le groupe fonctionne en plusieurs langues dont l'arabe, l'anglais, l'espagnol, l'allemand et le français. Afin de faciliter les échanges, une équipe s'occupe de la traduction avec l'aide des outils Google.


"Ce qu'on ne voulait pas, c'est avoir le statut d'une association, ajoute Muriel. On veut garder notre liberté et ne pas avoir de barrières inutiles. Nous voulons pouvoir parler de tout, même de fesse, nous lâcher, sans suivre la ligne du parti".

Words of Women +, c'est accessible de chez soi, gratuit et ouvert 24 heures sur 24.
Voici l'adresse : wordsofwomen "@" groups.facebook.comOù sont les femmes ?
Plusieurs associations de lutte contre le VIH/sida ont dénoncé l'absence de visibilité des femmes pendant la 19e conférence internationale sur le VIH/sida à Washington. Alice Welbourn, activiste anglo-saxonne reconnue, s'est ainsi adressée directement au président de l'International Aids Society (actuellement, c’est Julio Montaner), qui organise cet événement, pour lui rappeler que la pandémie du VIH/sida affecte disproportionnellement les femmes jeunes et moins jeunes, en particulier en Afrique sub-saharienne.