Les nouveaux objectifs mondiaux pour le développement

Publié par jfl-seronet le 14.09.2013
6 421 lectures
Notez l'article : 
0
 
MondeONUObjectif du Millénaire

Les différents gouvernements de la planète se réuniront le 25 septembre lors d’une session spéciale de l’Assemblée générale des Nations Unies, afin de discuter de la manière d’accélérer le processus visant à atteindre les objectifs du millénaire (ODM) pour le développement, ainsi que de s’entendre sur le calendrier d’un nouvel ensemble d’objectifs pour le développement durable (ODD). Un objectif crucial que Jeffrey D. Sachs traite dans une tribune publiée sur le site des "Echos". Extraits.

Comme l’explique Jeffrey D. Sachs (conseiller spécial auprès du Secrétaire général des Nations Unies depuis 2001 sur la question des OMD) dans une tribune publiée par "Les Echos" (27 août 2013), les objectifs du millénaire pour le développement (adoptés en 2000) arriveront à échéance en 2015 et devraient "laisser place aux objectifs pour le développement durable (ODD). Leur objectif est de mettre un terme à la pauvreté extrême, aux famines et aux maladies évitables [notamment le paludisme, la tuberculose et bien évidemment le VIH, ndlr]", explique l’auteur. Il dresse d’ailleurs un bilan (plutôt positif) des ODM. "Le fait d’avoir fixé des objectifs internationaux pour le développement a permis d’améliorer considérablement la vie des individus, et notamment dans les régions les plus pauvres du globe. L’Afrique sub-saharienne a immensément bénéficié des OMD (…) Pour illustrer l’importance des OMD en Afrique, il suffit de comparer la situation une décennie avant leur adoption à celle que l’on observe une décennie après. Auparavant, la croissance économique de la région était au plus bas, le taux de pauvreté élevé (et croissant) et le poids des maladies (VIH/sida et paludisme) de plus en plus écrasant. L’adoption des OMD a permis de concentrer l’attention des gouvernements africains, des organisations non gouvernementales, agences de l’ONU, donateurs internationaux, fondations et autres militants sur l’urgence du combat contre la pauvreté, les famines et la maladie",  avance-t-il.

Lutte contre les maladies

"Des progrès considérables ont (…) été accomplis dans le contrôle des maladies. Entre 1990 et 2004, le nombre annuel de décès liés au paludisme a augmenté d’environ 800 000 à 1,6 million. Par la suite, grâce à la distribution massive de moustiquaires anti-paludisme, le nombre de décès liés à cette maladie a commencé à décliner, pour redescendre à environ 1,1 million de décès annuels en 2010. De même, en l’an 2000, il n’existait encore aucun programme donateur officiel permettant aux Africains les plus pauvres de bénéficier de traitements antirétroviraux contre le sida. En grande partie grâce à la capacité de fixation de calendriers des OMD, des programmes de donation pour la lutte contre le sida ont été mis en œuvre, plus de 6 millions d’Africains bénéficiant désormais de traitements antirétroviraux soutenus par ces programmes officiels", indique  Jeffrey D. Sachs.

"Certes, il reste encore beaucoup à accomplir. Aspect particulièrement important, des progrès supplémentaires significatifs pourraient être atteints en matière de santé au moyen de ressources financières adéquates. Il est nécessaire que les pays donateurs renouvellent généreusement les fonds qu’ils attribueront cette année au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme", explique  le responsable onusien. Mais pour lui, l’essentiel en amont du lancement des objectifs mondiaux pour le développement durable est de tirer "tous les enseignements des OMD". Faute  d’un tel travail, le risque serait que les ODD ratent leur objectif, ce que les ODM ont en partie fait.