Les réactions au Québec

Publié par olivier-seronet le 24.07.2008
1 226 lectures
Notez l'article : 
0
 
charge virale indétectableannonce suisse

L'annonce suisse a fait le tour du monde et suscité, un peu partout, débats et prises de position. La Coalition des organismes communautaires québécois de lutte contre le sida (COCQ-Sida) constate que cette question revient régulièrement lors des rencontres entre personnes séropositives et acteurs de prévention. "Il y a un manque de débat autour de cette nouvelle, souligne Lyse Pinault, Directrice générale de la COCQ-Sida. La position suisse a des impacts positifs pour les personnes vivant avec le VIH. Elle remet en question certaines notions qui, après réflexion et évaluation, pourraient améliorer les actions de prévention. De plus, les nouveaux éléments scientifiques qu'elle comprend pourraient servir de défense dans les causes, de plus en plus nombreuses, de criminalisation de personnes séropositives." Pour éviter de suivre le statu quo des autorités de santé publique, la COCQ-Sida va développer un outil d'information pour tous où les concepts de responsabilité partagée et de prise en charge de sa santé seront actualisés et où les impacts de cette annonce sur la criminalisation seront exposés. Par ailleurs, la COCQ-Sida va réaliser un document pour les intervenants afin de les outiller à répondre aux questions des personnes qu'ils rencontrent. Un tel document existe déjà en Suisse (infos sur le site de l'association Warning).


Enfin, la COCQ-Sida va poursuivre sa réflexion et émettre une position officielle qui tiendra compte du soutien aux personnes séropositives et des besoins en prévention.
Du côté des officiels, c'est le statu quo qui est prôné. «Chacun a la responsabilité de se protéger et de protéger les autres. Par conséquent, la Direction de la Santé publique est d'avis qu'aucun contact sexuel impliquant une personne séropositive ne devrait se faire sans l'utilisation du condom», affirme ainsi la Direction de la Santé publique du Québec (gouvernement du Québec). Quant à l'Agence de la Santé publique du Canada (Gouvernement du Canada), elle continue "d'insister sur l'importance pour les personnes actives sexuellement d'avoir des rapports protégés ce qui comprend l'utilisation correcte du condom [préservatif] avec leurs partenaires sexuels."
René Légaré, COCQ-sida