L’Existrans 2017 fait le pari de l’accessibilité

Publié par jfl-seronet le 20.10.2017
3 267 lectures
Notez l'article : 
0
 
InitiativeExistrans 2017

La prochaine Existrans, la 21e marche des personnes trans, intersexes et celles qui les soutiennent, se déroulera à Paris le samedi 21 octobre. L’horaire est fixé à 14 heures, mais le point de départ de la marche n’est pas encore décidé (plus d’infos à venir en ligne). Pour cette édition, un effort particulier a été fait sur l’accessibilité.

"Les personnes sourdes, handies, malades et/ou à mobilité réduite sont autant militantes, politisées et engagées que les personnes entendantes et valides", indique le Collectif. Cette année, l’Existrans s’engage donc pour l’égalité d’accès à la marche, expliquent les organisatrices et organisateurs de l’événement. "Elles font déjà trop souvent face à des obstacles dans leurs engagements militants quand la plupart des lieux associatifs ne sont pas accessibles. Ces impossibilités à participer activement aux différentes luttes s’ajoutent à toutes les situations de validisme dans la vie quotidienne, l’accès à l’éducation, à l’emploi, à la vie sociale et aux soins. C’est pourquoi un groupe de travail sur l’accessibilité, composé de camarades concerné-e-s et allié-e-s, s’est constitué".

Dès cette année, pour la 21e édition de la marche sont mis en place :

● Une traduction des discours en LSF pour les personnes sourdes, ainsi qu’une vidéo d’information sur la marche en LSF ;
● Des places sur le camion de tête de l’Existrans (nombre limité) pour toute la durée de la marche pour les personnes handies, malades et/ou à mobilité réduite qui le souhaitent. Inscription nécessaire en amont par mail (accessibilite.existrans "@" gmail.com).
● Une rencontre entre binômes handi/valide, pour les personnes en fauteuil mécanique qui souhaitent être accompagnées sur la marche et les marcheur-euse-s valides volontaires. Toute personne handie, malade et/ou à mobilité réduite souhaitant être accompagnée (pour porter un sac, donner des indications visuelles, etc.) sans forcément être en fauteuil peut également s’inscrire. La rencontre sera organisée à 13h30, soit 30 minutes avant le début de la marche près du point de départ. Si vous le souhaitez, vous pouvez contacter le Collectif par mail (accessibilite.existrans "@" gmail.com) pour avoir des précisions).

Sera également à disposition sur le site internet du Collectif et leur page Facebook une plaquette d’information pour les personnes valides afin de sensibiliser sur les bonnes conduites à adopter au cours de la marche (et dans la vie de tous les jours aussi d’ailleurs !). "La mise en accessibilité de l’Existrans 2017 est un premier essai. Comme toutes les premières tentatives, elle sera sans doute imparfaite et nous pouvons aussi évidemment nous tromper et/ou oublier des problématiques", indique le collectif Existrans qui incite les participant-e-s à donner leurs retours à l’issue de cette marche 2017 pour les années suivantes. Des retours de personnes neuroatypiques intéressent aussi le collectif, afin d’améliorer l’expérience de l’Existrans pour tou-te-s.

Par ailleurs, si vous souhaitez en apprendre plus sur le militantisme handi, il vous est conseillé de lire un très bon manifeste du Collectif Lutte et Handicaps pour l’Egalité et l’Emancipation (CLHEE) écrit par Elena Chamorro, Elisa Rojas, Lény Marques et Mathilde Fuchs.

Lexique
Personne handi-e : terme militant pour désigner une personne handicapé en contestant l’aspect péjoratif et négatif de la vision médicale du handicap.
Militantisme handi : activisme politique pour l’égalité des droits des personnes handies et la reconnaissance de leur oppression. Le militantisme handi met en avant l’aspect socialement construit du handicap et de l’oppression qui l’accompagne. C’est, par exemple, la lutte pour la désinstitutionalisation, contre les représentations négatives ou l’invisibilisation des personnes handies, la lutte pour l’accessibilité, pour l’autonomie, etc.
Validisme : l’oppression, la discrimination et le jugement négatif envers la personne handie. Dans un système validiste, la personne handie sera considérée comme inférieure à une personne valide, cette dernière perçue comme étant la norme dominante.
Personne neuroatypique : personne avec des différences neurologiques par rapport à la norme dominante, celle des personnes neurotypiques.