LGBTQI+ en chiffres

Publié par jfl-seronet le 12.06.2023
2 160 lectures
Notez l'article : 
0
 
ChiffresLGBTI+

La saison des Pride a démarré, il y a quelques jours, désormais le mois des Fiertés bat son plein. À cette occasion, Ipsos a publié (1er juin) les résultats de l’enquête LGBT+ Pride 2023. On y voit qu’en moyenne 9 % des adultes dans les trente pays de l’étude s’identifient comme LGBT+, dont 10 % en France, avec de fortes différences générationnelles : la proportion d’adultes s’identifiant comme LGBT+ passe de 18 % dans la Génération Z à 4 % chez les Baby-Boomers.

Dans les 30 pays (Brésil, Pérou, Espagne, Thaïlande, Japon, Corée du Sud, Turquie, Grande-Bretagne, États-Unis, etc.) où l’enquête a été menée, 3 % des répondants-es s'identifient comme lesbiennes ou gays, 4 % comme bisexuels-les, 1 % comme pansexuels-les ou omnisexuels-les et 1 % comme asexuels-les. Les membres de la génération Z (personnes nées entre le milieu de la fin des années 1990 et le début des années 2010) sont deux fois plus susceptibles que les Millenials (ou génération Y ou digital natives : âgés entre 25 et 35 ans) et quatre fois plus susceptibles que les membres de la génération X (individus nés entre 1960 et 1980) ou les baby-boomers (personnes nées entre 1945 et 1960) de s'identifier comme appartenant à une minorité sexuelle. Par ailleurs, 1 % des répondants-es se disent transgenres, 1 % non binaires/gender-fluid, et 1 % autres qu'hommes ou femmes. La proportion d'adultes s'identifiant comme LGBT+ est au total de 9 %, variant, par exemple, de 15 % au Brésil à 4 % au Pérou.

Visibilité en hausse mais variable

Tous les segments de la communauté LGBT+ sont devenus plus visibles au cours des deux dernières années, note Ipsos. En moyenne, près d’une personne adulte sur deux déclare avoir un-e parent-e, un-e ami ou un-e collègue qui est gay ou lesbienne, une sur quatre en a un qui est bisexuel-le, un-e sur huit transgenre et une sur huit non binaire ou gender-fluid. Les femmes et les jeunes adultes sont plus susceptibles de déclarer connaître des personnes LGBT+. La visibilité des LGBT+ varie beaucoup d'un pays à l'autre. Elle est globalement plus élevée en Espagne, en Amérique latine, en Thaïlande et dans les pays anglophones, et plus faible au Japon, en Corée du Sud, en Turquie et en Europe de l'Est.

Mariage pour tous-tes et adoption

Une majorité des personnes intérrogées soutient le mariage et l’adoption pour les couples de même sexe dans la plupart des pays, mais avec des écarts, souligne l’étude Ipsos. Le soutien au mariage homosexuel varie de 49 % à 80 % dans les vingt pays de l’enquête où il est actuellement légal, et il est majoritaire dans deux des dix autres pays où il n’est pas autorisé. Dans tous les pays à l'exception de la Turquie, une majorité de la population est favorable à une certaine forme de reconnaissance juridique des couples de même sexe. Environ deux tiers des personnes interrogées estiment que les couples de même sexe ont autant de chances que les autres parents d'élever leurs enfants avec succès et autant pensent qu'ils devraient donc avoir les mêmes droits d'adopter des enfants que les couples hétérosexuels. Ces opinions sont majoritaires dans presque tous les pays. Toutefois, le soutien au mariage et à l'éducation des enfants par des personnes de même sexe est stable, voire en léger recul dans plusieurs pays occidentaux depuis 2021, note Ipsos.

Personnes trans

Le soutien à la protection des personnes trans contre les discriminations en matière d'emploi et de logement est très élevé et majoritaire dans tous les pays Ainsi, 67% des personnes interrogées considèrent que les personnes trans sont actuellement victimes de discriminations et 76 % pensent qu'elles devraient être protégées contre les discriminations en matière d'emploi, ou de logement. Les avis sur d'autres mesures sont plus un peu mitigés, avec une moyenne de 60 % en faveur de l'autorisation pour les adolescents-es trans d’accéder à des parcours de transition avec le consentement de leurs parents. Par ailleurs, 55 % sont en faveur de l'autorisation pour les personnes trans d'utiliser des installations non mixtes correspondant à leur genre, 53 % souhaitent que les documents officiels incluent des options autres que « homme » ou « femme »et 47 % estiment que le système d'assurance maladie devrait couvrir les coûts de la transition de genre. Le soutien aux mesures favorables aux personnes trans varie en fonction de l'âge, du sexe et surtout du pays. Il tend à être plus élevé chez les jeunes adultes et les femmes. Il est généralement plus élevé en Thaïlande, en Europe du Sud et en Amérique latine, et plus faible en Corée du Sud, en Europe de l’Est ainsi qu’en Grande-Bretagne et aux États-Unis.

Enquête réalisée par Ipsos dans 30 pays via sa plateforme en ligne Global Advisor entre le 17 février et le 3 mars 2023. Pour cette enquête, Ipsos a interrogé 22 514 adultes âgés de 18 à 74 ans au Canada, en Afrique du Sud, en Turquie et aux États-Unis, de 20 à 74 ans en Thaïlande, de 21 à 74 ans à Singapour et de 16 à 74 ans dans tous les autres pays.