Loi HPST : le CISS s'explique

Publié par jfl-seronet le 18.11.2008
1 195 lectures
Notez l'article : 
0
 
réforme de la Sécurité sociale
Bousculé, critiqué par des associations de malades et des malades eux-mêmes pour son soutien au projet de loi "Hôpital, patients, santé, territoires" (HPST) du gouvernement, le Collectif interassociatif sur la santé (CISS) s'est fendu d'un communiqué de presse pour expliquer son positionnement. Explications.
stop.png

Présenté comme une révolution par la ministre de la Santé Roselyne Bachelot, le projet de loi "Hôpital, patients, santé, territoires" (HPST) est loin de faire l'unanimité, c'est notamment le cas de nombreux syndicats et de différentes organisations qui critiquent sévèrement le texte. Du coup, le "soutien" affiché du CISS au projet est plutôt mal passé. Et ce d'autant que le CISS rassemble des associations de malades et d'usagers de la santé. Comme le malaise semblait durablement installé et un certain déficit d'explications évident, le CISS juge nécessaire aujourd'hui d'expliquer les raisons de son "soutien", mais aussi de rappeler ses critiques.


"Trois raisons nous ont conduits à ce soutien : la recherche d'une organisation plus rigoureuse de la santé en région face au défi des déserts médicaux, la reconnaissance légale de l'éducation thérapeutique qui va dans le sens d'une meilleure qualité des soins, et les dispositions protégeant nos concitoyens contre les refus de soins qui se multiplient", indique le CISS. Le Collectif explique qu'il a réussi à faire passer certaines de ses revendications dans le projet gouvernemental qui doit cependant aller plus loin. Et le CISS de citer : "Le financement de l'éducation thérapeutique pour son véritable développement et en incluant ces actions d'éducation thérapeutique dans un plan de soins coordonnés pour tous les malades chroniques" ou la "création de nouveaux droits des patients face à l'informatisation des données personnelles de santé ou en permettant aux associations de plaider pour le compte des victimes de ce système de santé." "C'est de cette façon que nous entendons agir : proposer ET protester.", soutient le CISS. Le Collectif rappelle d'ailleurs qu'il a su protester lorsque, selon lui, il y avait lieu : le fichier EDVIGE ou encore les dépassements d'honoraires. Concernant le projet de loi Bachelot sur la santé, il entend être "pragmatique".
Pour plus d'explications sur le positionnement du CISS, lire le communiqué de presse sur le site : http://www.leciss.org/, rubrique "Bons points et mauvais points".