Mariage pour tous : le feuilleton se poursuit

Publié par jfl-seronet le 03.12.2012
6 922 lectures
Notez l'article : 
0
 
Droit et socialmariage pour tous

Il s’en passe encore et toujours des choses dans le grand feuilleton du mariage pour tous. Cette fois : il est question de députés UMP caricaturalement homophobes, de députés PS qui s’engagent vraiment pour l’égalité des droits, de l’arrestation des auteurs présumés des violences contre les Femen et de l’Inter-LGBT qui appelle à écrire aux élus pour que le mariage pour tous soit voté. On commence d’ailleurs par ça.

L'Inter-LGBT invite à écrire aux élus

Les anti-mariage écrivent beaucoup aux élus, trop. Du coup, l’Inter-LGBT a allumé un contre feu. Elle a invité mardi 27 novembre "toutes celles et ceux attachés à l'égalité" à écrire à leurs élus pour qu'ils soutiennent le projet de loi sur le mariage pour tous et l'étendent à une "égalité complète". Cette action baptisée "Dites Oui à l'égalité! Écrivez à vos élu-e-s!", vise à pousser tous les partisans du mariage pour tous à "témoigner de leur soutien au projet de loi auprès de leurs élus, en leur demandant de ne pas s'arrêter en chemin et de réaliser l'égalité complète", explique l'Inter-LGBT dans un communiqué, cité par l’AFP. "Encouragez-les à soutenir le projet de loi et à l'élargir en y incluant la procréation médicalement assistée pour toutes les femmes, l'adoption et la filiation hors mariage ainsi que le statut du beau-parent", ajoute le mouvement. L'Inter-LGBT présente sur son site des modèles de courriers à envoyer à son maire, son député ou son sénateur.

100 députés socialistes s’engagent publiquement

Pour une bonne initiative, c’est une bonne initiative. On attendait depuis longtemps un geste fort du PS en faveur du mariage pour tous. On le tient… enfin ! Un appel en faveur du projet de loi sur le mariage pour tous mais également favorable à la procréation médicale assistée (PMA) qui n'est pas prévu par le texte signé par 100 députés PS a été publié, mardi 27 novembre sur Médiapart. "Les femmes qui souhaitent avoir un enfant sans connaître son père biologique le peuvent depuis longtemps. La question de l'assistance médicale à la procréation se pose en ces termes", peut on lire dans cette tribune. "Faut-il ne rien changer, fermer les yeux sur les prises de risque et sur les inégalités provoquées par les tarifs pratiqués par les cliniques étrangères ? Nous ne le pensons pas. C'est pourquoi nous soutenons l'ouverture de l'assistance médicale à la procréation à toutes les femmes", ajoutent les députés parmi lesquels on trouve : Bernard Roman, Annick Lepetit, Patrick Bloche, Erwann Binet (rapporteur sur le projet de loi), Danièle Hoffman-Rispal, Jean Glavany, Catherine Lemorton, Jean-Louis Touraine, etc. Bruno Le Roux, le chef de file des députés PS, avait indiqué en octobre qu'il était favorable à un amendement sur la question de la procréation médicale assistée (PMA). "Voilà près de dix ans que notre famille politique est engagée en faveur de l'égalité des droits. Nous nous sommes présentés devant les Français avec un programme, et nous avons été élus. Nous entendons tenir nos engagements. Peu de lois marquent autant que celle-là une étape dans la marche du progrès. Nous savons combien cette réforme laissera l'empreinte de l'égalité sur le mandat de François Hollande et sur la génération qui portera son nom", écrivent-ils.

UMP : les conneries sont de sortie

A l’UMP, on ne fait pas que se tirer dessus entre députés copéistes et députés fillonistes, on ne perd jamais une occasion de déblatérer sur les gays. Au rythme où ça va… cela va devenir presque aussi populaire que la chasse. Les deux "héros" du moment sont les députés UMP Marc Le Fur et Nicolas Dhuicq. Médecin psychiatre et aussi député UMP, Nicolas Dhuicq s’est manifesté à l’occasion de la discussion du projet de loi sur la sécurité et la lutte contre le terrorisme (27 novembre). Nicolas Dhuicq a déclaré que "souvent, le terroriste présente ce défaut qu'il n'a jamais rencontré l'autorité paternelle : il n'a jamais eu à se confronter avec des limites et avec un cadre parental, il n'a jamais eu la possibilité de savoir ce qui est faisable ou non faisable, ce qui est bien ou mal" Et puis, le député de l’Aube de lancer : "N'y a-t-il pas une certaine contradiction, alors que vous cherchez désespérément à reposer un cadre, à rétablir un sens, une symbolique, à soutenir, dans le même temps, un projet qui va jusqu'à rayer le mot de père du code civil ? Poussez vos cris d'orfraie, mais cela est tout à fait cohérent : vous provoquerez dans les années à venir la confusion des genres, le déni de la différence des sexes et la psychose". Marc Le Fur est, lui, sous-préfet de formation. Le 28 novembre dernier, le député UMP des Côtes-d'Armor et vice-président de l’Assemblée Nationale s’en est, à son tour, pris au projet de mariage pour tous en affirmant que "l'enfant est pour certains un produit de consommation". Des associations LGBT dont GayLib’ et le PS ont critiqué ces "dérapages" qui n’en sont hélas pas… Ces sorties traduisent vraiment les pensées de leurs auteurs… ça repose peut-être à l’UMP du duel Copé/Fillon… mais c’est très fatigant d’entendre de tels propos… à longueur de semaine.

Attaque des Femen : quatre personnes en garde à vue

Bonne nouvelle encore. Quatre personnes soupçonnées d'avoir pris part aux violences visant les membres du mouvement féministe Femen lors de la manifestation organisée à Paris contre le mariage pour tous le dimanche 18 novembre dernier, ont été placées en garde à vue (28 novembre), indique l’AFP citant une source policière. Trois personnes ont été interpellées et placées en garde à vue dans les locaux du service d'investigation transversale (SIT) "tôt ce matin", et une quatrième, "qui n'était pas à son domicile, s'est constituée prisonnier dans la matinée", a précisé cette source. Des militantes du mouvement féministe ukrainien Femen ainsi que la journaliste et essayiste Caroline Fourest avaient été prises à partie lors de la manifestation organisée le 18 novembre par l'institut Civitas — mouvement proche des catholiques intégristes et de l’extrême droite. La police avait ce jour-là procédé à cinq interpellations parmi les agresseurs présumés des Femen. Caroline Fourest avait porté plainte le 19 novembre et une enquête avait été ouverte par le parquet de Paris.

L’UMP… à gros traits !

Secrétaire nationale de l'UMP à l'égalité des chances, Camille Bedin s’insurge… assez régulièrement si on en croit les intitulés des communiqués de presse qu’elle signe… C’est presque une seconde nature. Certains s’indignent, elle s’insurge ! La dernière fois, c’était à la lecture de la tribune que 100 députés PS ont publié sur Mediapart pour y défendre le mariage et l’adoption pour tous et la PMA. Le 29 novembre, Camille Bedin s’est donc insurgée "contre l'amendement et la tribune socialistes visant à autoriser la procréation médicalement assistée et juge aberrante la danse de la majorité sur des sujets aussi grave". Comme souvent sur cette question du mariage pour tous et de l’ouverture de l’adoption aux couples de même sexe, l’UMP explique que le gouvernement est en train de "passer en force" et "sans débat public" et "contre une majorité de Français". Trois mensonges en une phrase… ça fait beaucoup. Le gouvernement ne passe pas en force puisque les débats parlementaires ne commencent que fin janvier. Il y a bien un débat public puisque des auditions ont lieu (assemblée nationale) ou eu lieu (gouvernement), qu’il y a des manifestations et que tous les jours on peut lire des monceaux d’articles, de tribunes, de points de vue… C’est vraiment être de la pire mauvaise foi que de prétendre cela. Enfin, la majorité des Français se dit favorable au mariage pour tous et assez réservée sur l’adoption. Ainsi va l’UMP sur le mariage pour tous : à gros traits !


Voilà, c’est tout pour cette fois, mais c’est à suivre.

Commentaires

Portrait de fioredelmiosegreto

"Comme souvent sur cette question du mariage pour tous et de l’ouverture de l’adoption aux couples de même sexe, l’UMP explique que le gouvernement est en train de "passer en force" et "sans débat public" et "contre une majorité de Français". "


Ben non ! Le mariage pour tous était au programme présidentiel. Et les urnes ont parlé. Quel déni de majorité ! 

Portrait de NathanaëlSero

C'est vraie que quand Sarkozy a choisis d'augmenter son salaire de 170 pour 100 il a demandé a tout les français.

Quand il a réformé les retraites alors qu'une majorité des Français était contre il à demandé un referundum.

Quand il a exigé que Les femme voilé intégrale ne le soit plus dans les espace public  il a fait un referundum.


Et j'en passe... Et j'en passe....


Quel mauvaise fois cette UMP franchement avant de critiquer on regarde devant sa porte et on ferme sa grande bouche.


Bises tout le monde, ce sujet m'enerve de plus en plus.


Nath.