Mariage pour tous : les cathos se radicalisent

Publié par jfl-seronet le 13.08.2012
6 022 lectures
Notez l'article : 
0
 
mariage homosexuelhomophobieEglise catholique
Les catholiques de France et de Navarre sont appelés à dire le 15 août une prière pour la France, marquant la solidarité avec les personnes touchées par la crise, mais aussi l'attachement de l'Eglise à la famille alors que le gouvernement veut donner aux homosexuels le droit de se marier et d'adopter. Explications.
mariage-homosexuel.jpg

"La situation requiert cette gravité (...) la société va très mal, --il suffit de voir tous les plans sociaux--, elle va devoir énormément partager, et sur le plan éthique il y a une préoccupation importante sur les choix qui vont marquer le modèle familial", a expliqué à l'AFP le porte-parole de la Conférence des évêques de France, Bernard Podvin. "Il faut conscientiser l'opinion au-delà de la sphère pratiquante habituelle", a-t-il souligné. C’est le cardinal André Vingt-Trois, président de la Conférence des évêques de France, qui est à l’origine de cette initiative de "prier pour la France" lors de cette fête en l’honneur de Marie, une pratique tombée en désuétude dans l'après-guerre. Le problème, c’est que "prier pour la France", c’est beaucoup viser les homos. En effet, un des objectifs de cette prière est de s’adresser aux nouveaux élus en leur demandant "que leur sens du bien commun de la société l'emporte sur les requêtes particulières". Elle met l'accent sur la famille et demande que les enfants "cessent d'être les objets des désirs et des conflits des adultes pour bénéficier pleinement de l'amour d'un père et d'une mère", s'opposant ainsi clairement à l'adoption par un couple de même sexe.
Ce choix de l’Eglise catholique en France a été critiqué par le Parti radical de gauche (3 août) qui reproche à l'Eglise de "s'immiscer dans le débat politique en France". Secrétaire national du Parti radical de gauche, Pascal-Eric Lalmy affirme comprendre l'initiative de l'Eglise comme "une prière nationale unique pour mobiliser les opposants à la législation sur le mariage homosexuel" et exprime son "inquiétude", dans un communiqué. "Une nouvelle fois, on ne peut que constater que les religions ne renoncent jamais à vouloir imposer leurs dogmes et leurs croyances à la société civile en général et au pouvoir politique en particulier", ajoute-t-il. Selon lui, "l'Eglise n'a aucune légitimité démocratique pour s'immiscer dans le débat politique en France". L’ancienne ministre et députée UMP Nadine Morano a indiqué (6 août) qu'elle ne suivrait pas la consigne des évêques de France demandant à leurs fidèles de prier le 15 août pour, notamment, marquer l'attachement de l'Eglise à la famille. L'ex-ministre était interrogée par RTL sur la demande d'André Vingt-Trois, président de la Conférence des évêques de France, pour la fête mariale de l'Assomption. "L'Eglise est dans son rôle lorsqu'elle défend des valeurs et notamment celle du mariage", a répondu Nadine Morano. Mais "la Vierge Marie à laquelle je suis très attachée ne rejette aucun de ses enfants", a argumenté la responsable politique, qui s'est dite catholique. "Je ne m'attacherai pas à cette consigne à titre personnel". Elle-même se dit "très attachée aux droits de tous les enfants", y compris "ceux qui sont élevés par des couples de même sexe". "Je fais partie de ceux qui, dans ma famille politique, ont une vision beaucoup plus moderne et réaliste de la société", a-t-elle déclaré. L'ex-ministre de la Famille a précisé à l'AFP qu'elle ne s'était jamais prononcée pour le mariage pour tous, plaidant pour une amélioration des droits ouverts par le PaCS qui doit, selon elle, pouvoir être signé en mairie.

Commentaires

Portrait de guppy

ils sont devenus fous!
Portrait de mikael91

L Eglise Catholique n'a toujour pas compris que : 1) La france est un pays"LAIC"=> donc l'eglise catholique ne doit pas éxposé ces convictions en publique ni en politique !! 2) La séparation entre l' Eglise et l Etat date de "1905" => donc l'Eglise n'a pas besoin de faire de la politique!! 3) LIBERTE - EGALITE- FRATERNITE donc il devrait respecte les devises de la Republique !!
Portrait de f6

l'eglise peut bien dire ce qu'elle veut elle se situe a un niveau religieux ; nous sommes un etat laique , et il incombe au gouvernement et aux parlementaires d'en des=cider sur un plan légal , j'espère que la majorite tiendra ses engagements . On risque d'avoir un debat revelateur a l'instar du pacs . les homophobes sortez du bois . au nom de l' egalité

Homophobie=racisme=sexisme=antisemetisme meme combat

Portrait de frabro

Sondage de l'ifop : http://actu.orange.fr/france/une-majorite-de-francais-favorables-au-mari... Je vous invite à lire le festival de c....e que représentent les commentaires qui suivent cet article sur orange.fr... Le lobby homophobe va se déchaîner jusqu'à l'adoption de la Loi. La France est certainement un Etat laïc ; c'est aussi un pays respectant la liberté d'expression dans le cadre de la Loi, et en ce sens l'Eglise catholique (comme tout autre organisme de quelque religion que ce soit) peut librement faire connaitre son point de vue. Celui-ci n'est pas plus ridicule que les inspirations mariales de Mme Morano...
Portrait de croquant

les catho se rebellent mais devrions nous pas faire quelque choz pour montrer que nous sommes.. la.pétition, marche..... 'entre eux, les évangélistes...et d autres j'ai l impression qu ils l ouvrent plus que nous'
Portrait de KRIS3

Il avait tout du vendeur de lessive qui lave plus blanc que blanc !! Tout à fait d'accord avec MIKAEL91 ; de plus ce matin Christophe Jakubyszyn le journaliste de RMC ce matin évoquait plusieurs sujets avec M.Podvin qui montrait qu'il n'avait qu'une envie , qui était d’évacuer toute contradiction au profit de son opinion dominante ! Extrait de http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89glise_catholique_en_France Texte partiel sur la religion catholique : Les Français se déclarant catholiques sont passés de 87 % de la population en 1972 à 64 % en 2009 (soit 41,5 millions) et les pratiquants de 20 % à 4,5 % dans le même temps. Pendant le même laps de temps, les autres confessions et religions voient leur représentation légèrement augmenter au sein de la population française (confession musulmane en particulier), ainsi qu'augmente rapidement le nombre de gens se déclarant sans religion, passant de 21 % à 28 % entre 1987 et 2009. Malgré cette perte de vitesse, le catholicisme reste encore présent dans la société française grâce aux associations familiales et diverses commissions, comités ou parlementaires catholiques, et garde un rôle dans le domaine politique, social et éthique. Les médias français accordent une large part à l'actualité catholique, notamment lors des déplacements du pape, des fêtes religieuses ou des débats sur la laïcité et les questions religieuses, qui restent des sujets sensibles malgré la séparation de l'Église et de l'État.

Conclusion : La religion catholique n'est pas l'opinion dominante et elle ne comprends pas que le ''mariage gay'' n'a rien à voir avec le fait d'aller se marier dans une église mais de s'unir dans une mairie et d'obtenir les mêmes droits que les hétérosexuels en toutes matières sociales !

Quant à dire que les enfants sont plus en danger au sein d'un couple homosexuel , on peut se poser la question de savoir s'ils ont été plus en sécurité à Outreau , ou au sein de l'église irlandaise , anglaise , ou américaine ou bien française dans lesquelles sévissent régulièrement des pédophiles qui ne ne sont toujours pas condamnés par le Pape et ses assesseurs !! (http://www.rue89.com/2010/03/24/sexe-et-pedophilie-meme-au-seminaire-on-... ) Ainsi Monseigneur Podvin devrait savoir balayer devant sa porte , car les pédophiles n'ont rien à voir avec les homosexuel(les) qui pour la plupart peuvent approcher des enfants afin de commettre leurs méfaits !

Le droit des hommes en France doit être le même pour tous , et la religion , quelque qu'elle soit , n'a pas à dicter le droit dans un pays laïc et qui a fait une révolution en 1789 pour espérer donner à tous les mêmes droits ! Ne laissons pas les religions nous ramener 2 siècles en arrière !! C'est la lutte ...

Portrait de mikael91

Je suis d'accord avec toi que l'Eglise catholique a tout a fait le droit de dire se qu'elle pense au dont de la LIBERTE D'EXPRSSION!! Pour autant le gouvernement a etait ELU sur son programe ==> DONC TOUT FAIRE pour annulé une partie du programe n'est tres correcte.
Portrait de mikael91

Je suis entierement d accord avec toi!!
Portrait de chticevenol

NON A LA THEOCRATIE !
Portrait de vivement

...comme disait Coluche ! Le clergé est dans son rôle quand il dénonce le mariage homo et les associations le sont également, tout ça est bien prévisible et n'a rien de choquant. L'Eglise a pris l'habitude des combats perdus d'avance, ils s'expriment et ont le droit de le faire à partir du moment où le débat reste digne. Pour ma part je continue à m'interroger sur l'idée que le mariage homo serait un progrès social, mais ça c'est mon côté libertaire qui me gratouille :)
Portrait de jean-rene

Je suis bien d'accord avec toi, Vivement. Chez les hétéros, le mariage est une convention religieuse et bourgeoise. C'est la raison pour laquelle beaucoup d'hétéros vivent pacsés ou en union libre. Que des homos veuillent s'unir selon la même convention religieuse et bourgeoise que les hétéros, pourquoi pas ? Mais ils doivent en assumer soit la dimension religieuse (union devant Dieu) soit la dimension bourgeoise (fusion de deux patrimoines). Sinon, si c'est simplement pour faire comme les hétéros, ça me paraît bien superficiel.
Portrait de tutti va bene

oui, une bien belle chose que le mariage gay mais toute médaille a son revers en Belgique, deux hommes ou deux femmes peuvent se marier ensemble depuis plusieurs années belle avancée sociale, oui mais... attention, et c'est important de le dire sur un site comme celui-ci, si deux séro-discordants peuvent faire valoir une union devant le maire, rien n'empêche celui/celle qui est séronégatif de quitter son conjoint imaginez la situation où le séronégatif en a marre ( ben oui, ça existe ) de son compagnon séronégatif, parce que sa santé décline, qu'il est de plus en plus mal, et décide de le plaquer, pas de problème il peut demander le divorce et l'obtiendra et le séropo aura la ressource de réclamer des dommages et intérêts,... s'il en a l'énergie il y a de fortes chances qu'il laisse tomber les bras, fragilisé par la maladie et aussi par le fait d'être largué bien sûr, cette situation peut exister dans tout couple, hétéro ou homo, pour n'importe quelle maladie ( sida, cancer, sep, etc ) en conscience, cela ne devrait pas se produire de quitter quelqu'un qui est malade, si conscience il y a du "bien portant"... alors oui, pourquoi deux hommes ne pourraient-ils pas se marier ? mais la phrase " jusqu'à ce que la mort vous sépare" a-t-elle encore un sens aujourd'hui ? quant à acquérir un bien en commun, il existe d'autres moyens ( la tontine, par exemple ) il faut rester réaliste... tutti va bene
Portrait de KRIS3

pas la séparation d'un couple sérodiscordant aprés une union mais le discours en ce 15 Août des responsables français de la religion catholique qui exprime leur desaccord avec le ''mariage gay '' et l'adoption d'enfants par des couples homosexuels !

Désolé mais vous êtes un peu hors sujet , bien que l'information soit interessante !!

Quoiqu'il en soit chacun aujourd'hui marié ou Pacsé peut se séparer même pour des raisons de sérodiscordance sans que ce soit ici , hors la loi !

Donc bon !! 

Sinon j'aime bien les nouvelles glaces chez Jeff de Bruges , surtout celle à la bière ! lol

tutti va bene wrote:
oui, une bien belle chose que le mariage gay mais toute médaille a son revers en Belgique, deux hommes ou deux femmes peuvent se marier ensemble depuis plusieurs années belle avancée sociale, oui mais... attention, et c'est important de le dire sur un site comme celui-ci, si deux séro-discordants peuvent faire valoir une union devant le maire, rien n'empêche celui/celle qui est séronégatif de quitter son conjoint imaginez la situation où le séronégatif en a marre ( ben oui, ça existe ) de son compagnon séronégatif, parce que sa santé décline, qu'il est de plus en plus mal, et décide de le plaquer, pas de problème il peut demander le divorce et l'obtiendra et le séropo aura la ressource de réclamer des dommages et intérêts,... s'il en a l'énergie il y a de fortes chances qu'il laisse tomber les bras, fragilisé par la maladie et aussi par le fait d'être largué bien sûr, cette situation peut exister dans tout couple, hétéro ou homo, pour n'importe quelle maladie ( sida, cancer, sep, etc ) en conscience, cela ne devrait pas se produire de quitter quelqu'un qui est malade, si conscience il y a du "bien portant"... alors oui, pourquoi deux hommes ne pourraient-ils pas se marier ? mais la phrase " jusqu'à ce que la mort vous sépare" a-t-elle encore un sens aujourd'hui ? quant à acquérir un bien en commun, il existe d'autres moyens ( la tontine, par exemple ) il faut rester réaliste... tutti va bene
KRIS3

Portrait de tutti va bene

qu'il s'agisse d'une avancée sociale, c'est un fait, je n'ai rien écrit contre et que les religieux s'en emparent pour faire leur propagande, il faut bien qu'ils caressent leurs ouailles dans le sens du poil ils sont déjà tellement discrédités par toutes sortes d'affaires, particulièrement en Belgique j'ai donc bien compris le sens du texte je me permettais simplement, si j'ai le droit, de rappeler certaines choses qu'on a parfois tendance à oublier, "dans le feu de l'amour" quand on est séropo, ou cancéreux ou malade de la sep ou autre, c'est vrai que certains conjoints "bien portants" n'hésitent pas à quitter l'autre, qui est malade et en toute conscience et, pour moi, c'est pas très joli même si je m'éloigne du sujet, ma réflexion n'en est pas moins défendable tutti va bene
Portrait de NathanaëlSero

J'aimerais bien me marier avant mes 40 ans moi :) donc vivement le printemps prochain. Nathanaël.
Portrait de jean-rene

A supposer que les cathos aient raison quand ils disent qu'un enfant "a besoin d'un père et d'une mère", ce n'est pas d'un être muni d'un pénis et d'un être muni d'un vagin dont l'enfant a besoin (à moins que les cathos aient pour principe de se promener nus devant leurs enfants !); ce dont l'enfant a besoin, c'est d'un être qui l'accueille et d'un être qui le guide vers la vie sociale; disons qu'il a besoin d'avoir une image maternelle et une image paternelle près de lui. Or je connais des enfants n'ayant eu qu'un seul parent qui sont parfaitement équilibrés étant adultes, ce qui signifie que certains (des femmes en général) arrivent parfaitement à jouer à la fois le rôle maternel et le rôle paternel. J'en connais même un (et c'est ma pomme) qui a été élevé par une femme qui se disait se sentir "homme" et qui a joué à mon égard le rôle paternel et par un homme, ancien homosexuel, qui a parfaitement joué le rôle maternel. On peut donc parfaitement concevoir que, dans un couple parental de gays, l'un des deux saura jouer le rôle maternel et qu'inversement, dans un couple de lesbiennes, l'une des deux saura jouer le rôle paternel. Ce n'est pas le pénis qui fait l'autorité ni le vagin qui fait la capacité d'accueil, il faudrait que les cathos se mettent ça en tête une bonne fois pour toute
Portrait de Ferdy

Juste comme ça en passant, mais il me semble que l'église catholique est dans son rôle, lorsqu'elle s'arc-boute sur un combat d'arrière-garde visiblement perdu d'avance, le 15 août aura été une providentielle caisse de résonance pour cette institution qui ne représente presque plus rien dans les démocraties occidentales, et dont les seuls échos qui nous parviennent trimbalent des scandales bien éloignés du message d'amour dont elle se se plaît encore à se croire dépositaire, (Vatileak, pédophilie, opacité de la gestion de ses biens par la banque vaticane, etc.), ce petit coup de pub, histoire de se refaire une virginité (sic) en plein mois d'août, aura permis aux médias français de trouver de quoi remplir leurs JT, après le vide stratosphérique laissé par la clôture des J.O., mais honnêtement cette prise de position attendue ne méritait ni cet embrasement d'indignés, ni ces micro-trottoirs vite bâclés de sortie de messe, il laisse surtout apparaître un important clivage au sein même des cathos qui, loin d'être unanimes, en ont profité pour exprimer leur désaccord vis-à-vis de l'initiative de Mgr Vingt-Trois, ce message d'intolérance embarrasse les progressistes qui ont du mal à se reconnaître dans une Eglise qui referme ses portes sur du vide.
Portrait de frabro

De qui est en jeu dans ce débat du point de vue laïc et républicain, c'est de savoir si une orientation sexuelle différente de la majorité peut être une raison suffisante pour que des millions de gens, hommes ou femmes attirés sexuellement par le même sexe, aient de ce fait moins de droits que les autres au regard de la Loi.

Le mariage est d'abord une reconnaissance sociale, qui existe dans des formes diverses depuis la nuit des temps, tout comme l'homosexualité d'ailleurs. Si le mariage a longtemps revêtu une connotation religieuse, c'est que l'invention de l'Etat laïc est récente au regard de l'histoire, et que pendant des millénaire ce sont les structures religieuses qui ont assuré la fonction d'autorité suprême, l'état civil, l'écriture du droit.

Il ne représente en rien la "fusion bourgeoise de deux patrimoines", de tous temps les mariages ont d'abord fait l'objet de contrats basés sur la séparation de tout ou partie des biens, lesquels contrats prévoyaient d'ailleurs pour les mieux nantis les conditions matérielles d'une éventuelle séparation.

Le mariage civil date en France de 1789, et dans certains pays y compris en occident il n'existe toujours pas et la "licence de mariage" doit toujours être validée devant une autorité religieuse. Le sens de l'histoire qui parait pour certains d'entre nous évident est de passer du religieux au laïc pour la reconnaissance officielle du couple ; mais il est mis en échec dans la plus grande partie du monde par le poids des religions monothéistes.

Si le mariage pour tous est revendiqué par les associations de lutte contre le sida, c'est parce qu'elles espèrent que la reconnaissance sociale diminuera la stigmatisation, permettra les liens durables et limitera de ce fait la tentation du vagabondage sexuel et des prises de risques. On a le droit d'y croire...ou pas !

Tout démontre que la société française est prête pour cette avancée sociale. Je pense comme Ferdy que le combat de l'Eglise de France s'inscrit dans sa propre logique mais constitue un combat d'arrière garde perdu d'avance, comme le sont ses combats contre le divorce ou l'IVG.

Quand à l'irruption de la sérodifférence dans ce débat, elle me laisse muet : si l'on crève de peur de la séparation en cas de pb d'état de santé, alors mieux vaut effectivement rester célibataire. L'union de deux personnes est basée sur la confiance réciproque et le partage de projets, pas sur l'assistance obligatoire de l'un par rapport à l'autre.

Enfin, avoir un droit ne signifie en rien être obligé de s'en servir... 

Portrait de jean-rene

Je suis d'accord avec Frabro quand il écrit :

"La reconnaissance sociale diminuera la stigmatisation, permettra les liens durables et limitera de ce fait la tentation du vagabondage sexuel et des prises de risques."

Mais le PACS, qui lui est un mariage vraiment laïc, permet, aussi bien que le mariage, de limiter  " la tentation du vagabondage sexuel et des prises de risques."

Il n'y a pas d'étude, concernant les hétéros, démontrant qu'il y a moins d'infidélité sexuelle dans les couples mariés que dans les couples pacsés.

Il vaudrait mieux donner aux couples pacsés les mêmes avantages qu'aux couples mariés, plutôt que de laisser les homos reproduire le folklore grotesque qui accompagne souvent la cérémonie du mariage.

Portrait de KRIS3

Qu'il s'agisse de déterminer les raisons pour lesquelles les couples sont fidèles entre eux ou pas , n'a pas grande importance !

Ce que ce '' mariage gay'' ou plûtôt union civile va permettre , est d'unir durablement et d'une façon nouvelle les couples homosexuels avec LES MEMES droits que ceux des hétérosexuels ! que ce soit en matière d'adoption ou d'union avec un étranger et la plus grande facilité qu'avec un PACS , sera donnée à ce dernier d'integrer son nouveau pays !

Tant mieux , si ce nouveau droit permet de limiter le vagabondage sexuel !! ne sautons pas sur la 1ère statistique venue pour démontrer le contraire !!!

N'allez pas forcement à l'encontre de tout ce qui est pour , et vice versa !!! c'est un peu typiquement français que de vouloir détruire ce qui n'est pas encore construit !!

L'empirisme est la philosophie qui base sa connaissance sur l'expérience pratique , opposé au cartésianisme cher au franco-français !

Il faut expèrimenter ce que l'on ne connaît pas pour en tirer une conclusion !!

Nombre de grands pays catholiques européens ont accepté le mariage entre homosexuels !

Et laissons ceux qui veulent reproduire les canons du mariage hétérosexuel par une cérémonie entre amis le faire si ça les chantent, pour autant , je ne pense pas qu'aprés ce 15 Août , les homosexuels de ce pays iront supplier un prêtre dans une église , de les marier religieusement !

CQFD

jean-rene wrote:

Je suis d'accord avec Frabro quand il écrit :

"La reconnaissance sociale diminuera la stigmatisation, permettra les liens durables et limitera de ce fait la tentation du vagabondage sexuel et des prises de risques."

Mais le PACS, qui lui est un mariage vraiment laïc, permet, aussi bien que le mariage, de limiter  " la tentation du vagabondage sexuel et des prises de risques."

Il n'y a pas d'étude, concernant les hétéros, démontrant qu'il y a moins d'infidélité sexuelle dans les couples mariés que dans les couples pacsés.

Il vaudrait mieux donner aux couples pacsés les mêmes avantages qu'aux couples mariés, plutôt que de laisser les homos reproduire le folklore grotesque qui accompagne souvent la cérémonie du mariage.

KRIS3
Portrait de jean-rene

Je ne condamne pas, KRIS, je mets en garde. 1 mariage sur 3 se termine en France par un divorce et un divorce est un épreuve douloureuse qui laisse des traces aussi bien chez les ex-conjoints que chez les enfants (et je suis payé pour le savoir). Le PACS, se dissolvant plus facilement que le mariage, me paraît moins risqué.

D'autre part, quand je vois, chez certains hétéros, la débauche de fric accompagnant un mariage, suivie 1 fois sur 3 par les frais d'avocats pour un divorce, je me dis que le mariage est un bien mauvais cadeau que les hétéros font aux homos.

Portrait de Ferdy

dans une paroisse près de la nôtre, le message du 15 août a donné ceci : http://www.actupparis.org/spip.php?article4937
Portrait de chticevenol

Considéré par l'état (d'après mon avis d imposition) comme divorcé après la rupture d'une volonté commune d'un pacs avec mon ex, je suis, et défends activement le mariage pour les personnes de même sexe. Mais je parle pour ma part d'un mariage civil en mairie donnant les mêmes droits qu'un couple hétérosexuel. Je ne comprends pas et ne comprendrai jamais pourquoi le fait de ma sexualité ne peut me permettre d'avoir les mêmes droits qu'un couple de sexualité hétéro. Je vis dans un état de droits, où l'une des trois valeurs fondamentales est "égalité", alors je réclame cette égalité dont je suis privé depuis toujours. Je ne dis pas que je suis pour le mariage (et donc avoir envie de me marier) mais pour avoir le droit, le choix, de me marier ou pas ! (comme un couple hétéro peut se marier ou pas). Le mariage à l'église ne me concerne pas, puisque je ne crois en aucune religion et suis même plutôt contre toutes les religions, tout en laissant chacun libre de pratiquer à sa façon celle qu'il désire. On peut choisir sa religion, on ne choisit pas sa sexualité !
Portrait de guppy

réclame pas un mariage religieux mais une union civile , j'estime que l'Eglise n'a rien à dire à ce sujet!