Médecines complémentaires : l’efficacité en débat

Publié par jfl-seronet le 20.03.2013
11 480 lectures
Notez l'article : 
4
 
Thérapeutiquemédecine complémentaire

Récemment, l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) a décidé d’expérimenter, en sus des approches thérapeutiques traditionnelles, des thérapies complémentaires : l’acupuncture, la médecine manuelle (ostéopathie et chiropraxie), l’hypnose et le Tai-chi/Qigong. Cela a servi de déclencheur à l’Académie nationale de médecine qui a sorti un rapport où l’institution confirme son scepticisme sur ces médecines et techniques alternatives.

Les médecines alternatives "constituent une nébuleuse difficile à identifier et sujette à trop de dérives pour être reconnues et encouragées officiellement", estime l'Académie nationale de médecine dans un récent rapport. Ce document semble constituer une réponse (un contre-feu ?) à la décision récente de l’AP-HP d'expérimenter certaines de ces techniques thérapeutiques. L’AH-HP a fait preuve de pragmatisme, elle a reconnu que de nombreux médecins avaient, parfois depuis longtemps, intégré dans leurs pratiques les médecines complémentaires. Elle a donc décidé d’expérimenter cela en ouvrant de nouveaux services consacrés à l’acupuncture, la médecine manuelle (ostéopathie et chiropraxie), l’hypnose et le Tai-chi/ Qigong. Comme le précise (6 mars) le "Quotidien du médecin", l’AP-HP a inscrit cette démarche dans son "plan 2010-2014", mais elle escompte surtout de cette expérimentation d’en évaluer la pertinence.

Passage en revue

De son côté, l’Académie nationale de médecine a décidé de passer en revue les différentes techniques… et de lâcher un peu de lest… un peu seulement. Dans "Le Parisien" (7 mars), le professeur Daniel Bontoux, un des rédacteurs du Rapport, concède ainsi à propos des médecines complémentaires : "Elles peuvent permettre d’obtenir un petit plus par rapport aux traitements conventionnels". Passage en revue des techniques retenues par l’AP-HP et passées au crible par l’Académie de médecine.

Acupuncture

Base de la médecine chinoise, l'acupuncture a fait l'objet de milliers de publications. "La liste des maladies susceptibles d'en bénéficier, déjà au nombre de quarante-trois pour l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en 1979, n'a cessé de s'étendre, sans pour autant que la réalité de son action et la preuve de son utilité soient souvent établies", précise l'Académie nationale de médecine. Elle reconnaît son utilité dans le traitement des maux de tête, de dos et du coude, de l'arthrose des membres inférieurs, contre les douleurs chez les femmes enceintes ou encore contre les nausées provoquées par la chimiothérapie contre le cancer.

Ostéopathie et chiropraxie

L'Académie conclut que "les manipulations rachidiennes peuvent se montrer modérément efficaces sur la lombalgie aiguë, subaiguë ou chronique, sur la cervicalgie aiguë, subaiguë ou chronique, sur la céphalée d'origine cervicale, les états vertigineux d'origine cervicale et, à un moindre degré, sur la migraine". L'Académie met surtout en garde contre les complications possibles des manipulations cervicales qui sont certes rares, mais graves. Cette pratique appelle donc à la plus grande vigilance. Des séquelles définitives ont été observées dans 31 % des cas.

Hypnose et relaxation

Elles sont couramment utilisées par les psychothérapeutes, ainsi que par certains médecins et soignants. Avec de bons résultats dans de multiples indications. "L'hypnose semble particulièrement intéressante pour réduire la douleur liée aux gestes invasifs chez l'enfant et l'adolescent, et pour limiter les effets secondaires des chimiothérapies anticancéreuses. Pour les autres, il faudra plus d'études scientifiques avant de l'affirmer", rappelle le docteur Anne Jeanblanc, dans "Le Point" (7 mars 2013). Concernant l’hypnose, l’Académie de médecine remet en cause son efficacité et reste perplexe quand à son utilité.

Tai-chi et Qigong

L'Académie soutient que le Tai chi et le Qigong peuvent présenter un intérêt dans la prise en charge d’un ensemble de maladies où l’exercice physique joue un rôle, elle conclut qu'"on ne peut dire aujourd’hui si la faveur dont ils jouissent est autre chose qu’un effet de mode". De nouveaux travaux sont nécessaires, selon les académiciens, pour juger leur valeur par rapport aux méthodes conventionnelles d'entretien physique.

Efficacité limitée ?

Comme l’explique le journaliste Thomas Baïetto ("FrancetvInfo", 7 mars ), les auteurs du Rapport, les professeurs Daniel Bontoux, Daniel Couturieux et Charles-Joël Menkes, s’interrogent surtout sur l’efficacité. "Cette efficacité n'est évoquée que dans un nombre limité de situations et fondée sur un niveau de preuves insuffisant", écrivent les auteurs du rapport. Ils avancent que ces thérapies reposent avant tout sur un effet placebo. Le professeur Charles-Joël Menkes cite l'exemple d'une étude sud-coréenne menée avec trois profils d'acupuncteurs : un praticien à la tenue négligée, un autre habillé en tenue traditionnelle coréenne et le dernier vêtu comme un médecin. "Les résultats étaient nettement meilleurs en tenue traditionnelle", explique le professeur, cité par "FrancetvInfo". Thomas Baïetto est allé voir des praticiens pour confronter leurs expériences aux conclusions de l’Académie de médecine. "L'osthéopathie est une médecine assez jeune, elle n'est vraiment réglementée que depuis 2002 et les avancées scientifiques sont très récentes", explique Bertrand Bouriaud, ostéopathe auditionné par l'Académie de médecine. Pour lui, c’est une des explications pour expliquer la faiblesse des données scientifiques, pointée par l’Académie. Médecin acupuncteur et président de l'Association française d'acupuncture, également auditionné par l’institution, Gilles Andrès explique : "La science ne tient compte que du mesurable, pas du qualitatif (…) L'acupuncture reste quand même d’une efficacité très intéressante, qui n’est pas simplement placebo. Ce qu’ils appellent placebo est un fourre-tout de ce qu’ils [l’Académie de médecine] ne comprennent pas".

Commentaires

Portrait de Petit-prince2009

mais quel hopital propose ce genre de traitements ? 

Portrait de alsaco

Acupuncture  cliniques mutualistes 

 

Hypnose et relaxation hopital ste marguerite

 

massage shiatsu hotpital ste marguerite

 

les praticiens font çà gratuitement pour le moment ou alors les  infirmieres sur leur temps de travail   (SOPHROLOGIE ) hopital ste marguerite 

 

Ostéopathie et chiropraxie  RESEAU  MARSEILLE 

 

Tai-chi et Qigong TIPI

 

Gym douce  - marche - parcours santé   RESEAU MARSEILLE   

 

bonne continuation

 

Portrait de Sophie-seronet

Bonjour,

Pour compléter le post de Dany, voici un lien vers un PDF du rapport des médecines complémentaires à l'AP-HP (Assistance publique des hôpitaux de Paris).

Les différentes spécialités pratiquées, en fonction de la pathologie et par site se trouvent dans les annexes, entre les pages 63 et 66.

Bises. Sophie

Portrait de hugox

interdit et supprime des souches en Homéopathie !!

Pourquoi? Parceque cela marche et cela prive de milliards de dollars le monde du labo.

OUI à l'homéopathie qui marche merveilleusement bien et qui coûte pas cher.

Par ailleurs, sur les 5000 médicaments en France: plus de 3500 NE SERVENT A RIEN !

Supprimons les et faisons de vrais économies !

Portrait de lounaa

Ces médecines dites alternative sont pour moi indispensable , sa ma personnellement fais un bien fou ,

sauf que ici c'est pas comme à Marseille ( merci Alsaco pour ces infos très précieuses ) je me demande pourquoi ils ont attendu si longtemps , une personne qui va mieux consomme beaucoup moins de médocs ,  il y à aussi la balnéothérapie pour ceux qui ont un centre près de chez eux ...

Et n'oublions pas les cures thermale, mais la il faut avoir l'accord de la sécu ...

Si seronet à un jour une fiche des hopitaux du sud ou autre région sa serait pratique pour tout ceux qui n'habite pas la capitale , et qui ont la chance d'avoir accés , plus aisement que d'autres qui sont dans des bleds ou autres , mais je ne pense pas que cela soit accessible partout hélas ...

Dans d'autres pays comme en Suisse  sa existe depuis un bail et ils avaient fait une étude d'ou une émission tv  que j'avais vu , ou les médecins soignants et autres témoigné du bien indéniable que cela fait aux patients ...

L'osthéopatie bien pratiquer c'est génial je peux en témoigner , j'avais une douleur sous les cotes gauche depuis des années rien ni fesait , en quelques manipulations l'osthéo me la fait partir  c'est magique car par moment c'était insoutenable ...

Sol

Portrait de Barjavela

Comment cité dans les commentaires ci-dessus, l'osthéopatie est plus qu'indispensable !

J'ai la chance grace à un Osthéo super compréhensible (un arrangement Kiné en Osthéo), qui en plus de travailler sur mes pÔvres muscules affaiblis, travaille également sur mon foie ... organe indispensable qui encaisse des traitements lourds.

En plus de cela cette année, j'ai expérimenté le Qi Gong, et croyez-le, c'est EXTRAORDINAIRE, on travail l'énergie de notre corps, ainsi que nos organes. J'ai eu la chance de trouver une association Qi Gong et Tai Chi, très peu coûteux, mais je sais que la plus part du temps ce n'est pas le cas, surtout dans les grandes agglomérations. 

Ce qui me chagrine, c'est l'acces aux boissons protéinées tel que, clinutren, qui m'ont accompagnés durant 3 ans et graces à ce complément, la fatigue, les muscles, les jambes qui lachent et surtout la métrise du poid, ont été ma boué de sauvetage....

Mais voilà en septembre la sécurité social en a changé les règles ....

Depuis donc octobre, je n'ai plus de prescription (sur mes 100%) de boissons protéinées. Sachez que durant ces 3 années mes T4 tenaient tant  bien que mal le coup, et maintenant cela chut chaque mois, et je ne vous parle même pas de mon état général... Plus aucune énergie, moi qui étais heureuse de pouvoir envisager un retour à la vie active (un travail) et bien ce n'est plus possible sans ces boissons !

Malheureusement nous parlons médecine alternative, mais comment y acceder si le gouvernement nous ont supprimé la CMU ?????

Comment ont-ils décidé cela ? Sachant que si nous touchons l'AAH c'est que nous sommes à la MDPH pour un handicape ... 

Chaque jour, je rage d'être à la MDPH... Chaque jour je souhaiterai un retour à la vie active ... Mais sans la médecine alternative, c'est impossible !

C'est le jeu du chat qui se mord la queue ....

Barja