Montréal : des médecins réfractaires au cannabis médical

Publié par jfl-seronet le 09.10.2009
835 lectures
Notez l'article : 
0
 
canabis thérapeutique
Avancé dans la distribution de cannabis médical, Montréal reste confronté à une hostilité de la part de médecins alors même que l'action d'associations comme le Centre Compassion de Montréal montre l'intérêt du cannabis médicalisé pour certaines personnes malades. Le Journal de Québec a enquêté.

Depuis dix ans, le Centre Compassion de Montréal milite et agit pour la distribution de cannabis médical à Montréal. Cet organisme compte un peu de 1 000 membres inscrits à "sa succursale de Montréal qui, preuve médicale à l’appui, ont accès à de la marijuana médicalisée pour un usage thérapeutique." C'est bien, mais certaines personnes malades ne peuvent pas en bénéficier car de nombreux médecins restent hostiles à une telle consommation. C'est ce que déplore le Centre Compassion de Montréal qui "déplore  le manque d’ouverture du Collège des médecins à ce sujet", et cela lors même que Santé Canada a mis sur pied en 2001 le Règlement sur l'accès à la marijuana à des fins médicales. "Beaucoup de médecins y sont encore réfractaires. Quand je rencontre des gens qui ont le sida, le cancer ou la sclérose en plaques et que le médecin refuse de signer l’attestation de diagnostic pour l’utilisation de cannabis thérapeutique, je trouve ça aberrant», dénonce ainis le directeur du Club Compassion dans " Le Journal de Québec". Cet organisme entend demander prochainement au Collège des médecins [l'équivalent de l'Académie de médecine en France] de revoir sa position concernant le cannabis médical. Pour le moment, du côté des médecins, on s'abrite derrière l'argument scientifique. "On n’encourage pas les médecins à en prescrire à leurs patients, ça, c’est clair. Nous n’avons pas encore de preuves scientifiques à savoir que c’est un traitement efficace. Nous changerons notre fusil d’épaule seulement si le Centre de compassion nous présente des études qui le prouvent», explique le président du Collège des Médecins au Journal de Québec.