Net Gay Baromètre 2009 : des données sur les jeunes

Publié par jfl-seronet le 08.09.2012
984 lectures
Notez l'article : 
0
 
jeunesgayépidémiologie
Le Net Gay Baromètre (1) est une enquête en ligne périodique, initiée en 2004 et renouvelée en 2009, réalisée auprès d’hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH) recrutés via des sites de rencontres gays français. Les résultats de 2009 ont fait l’objet d’une publication récente dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire publié le 24 juillet dernier. En voici quelques résultats.
barometre.jpg

Qui a répondu ?
Au total, 24 292 hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes ont répondu au questionnaire en ligne, dont 3 003 (17 %) étaient âgés de 18 à 25 ans. Par rapport à leurs aînés, ces jeunes hommes avaient plus souvent suivi des études universitaires, habitaient plus souvent en région parisienne et se définissaient moins souvent comme homosexuels, notent les auteurs (1). Leur prévalence déclarée au regard du VIH s’élevait à 2,5 %.
 
VIH : les jeunes gays sont-ils concernés ?
Depuis plusieurs années en France, comme dans d’autres pays industrialisés, le nombre de nouvelles infections par le VIH continue d’augmenter parmi les hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes, notent les auteurs. Les dernières données de surveillance du VIH indiquaient que, chez les hommes qui ont contracté l’infection lors de rapports homosexuels, la part des moins de 25 ans avait augmenté depuis 2003, passant de 7 % à 14 % en 2010. La dernière édition du Net Gay Baromètre 2009 permet de disposer de données actualisées sur les habitudes de vie de ces jeunes hommes.
 
Sexe and Co
Plus distant que leurs aînés des lieux de rencontres sexuelles, ils déclaraient moins de partenaires occasionnels avec lesquels ils étaient moins souvent engagés dans les prises de risque "régulières". Cependant, 62 % rapportaient ne pas toujours se protéger avec leur partenaire stable alors que plus du quart était en situation de couple "ouvert" et que 36,4 % déclaraient des pénétrations anales non protégées avec un partenaire de couple sérodifférent ou de statut inconnu. Sur le plan du répertoire sexuel, les fellations et les pénétrations anales étaient pratiquées majoritairement quel que soit l’âge des participants et le type de partenaire. Si le multipartenariat était important, les jeunes déclaraient moins souvent que leurs aînés avoir eu plus de 10 partenaires dans les 12 derniers mois. Ils déclaraient plus souvent avoir une relation stable dans la dernière année, moins souvent ouverte sur d’autres relations sexuelles que les répondants plus âgés.
 
Prises de risque
Près de quatre jeunes hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes sur dix déclaraient ne pas avoir protégé, au moins une fois, leur pénétration anale avec des partenaires occasionnels au cours des 12 derniers mois, sans différence significative avec leurs aînés. Quel que soit le groupe d’âges, les rapports anaux avec un partenaire stable étaient moins protégés que ceux pratiqués avec des partenaires occasionnels : 61,7 % des moins de 25 ans déclaraient au moins une pénétration anale non protégée avec leurs partenaires stables contre 65 % pour leurs aînés. Cependant, les répondants de 18 à 25 ans en couple avaient rapporté plus souvent au moins une pénétration anale avec un partenaire stable au statut VIH séro-différent ou inconnu (36,4 % versus 32,7 %).
Plus d’infos.

(1) Le Net Gay Baromètre est un projet sur lequel travaillent Alain Léobon (ESO Angers, PRES UNAM, CNRS, UMR Espaces et Société), Annie Velter (Institut de veille sanitaire) et Marie-Claude Drouin (Institut national de santé publique du Québec, Montréal, Canada)