Ouganda : Museveni, de l’homophobie opportuniste

Publié par jfl-seronet le 24.02.2014
5 037 lectures
Notez l'article : 
5
 
0
MondeHomophobie d'Etat

Le président Museveni vient de signer le projet de loi aggravant considérablement la pénalisation de l’homosexualité en Ouganda. Largement soutenue par les influentes églises évangélistes, cette loi renforce la marginalisation, la discrimination et l’exclusion des personnes connues ou suspectées d’être homosexuel. Dans un communiqué (24 février), Africagay contre le sida dénonce cette loi et ses probables effets. Le voici.

"Longtemps considéré comme l’un des pays les plus avancés en matière de lutte contre le VIH/sida, l’Ouganda est aujourd’hui l’un des rares pays africains où la prévalence augmente de nouveau (1). Vitrine des programmes de lutte contre le VIH/sida soutenus par les Etats-Unis sous l’administration Bush, l’Ouganda a fondé sa politique de lutte contre cette épidémie sur la célèbre stratégie ABC qui prônaient l’abstinence, la fidélité et, en dernier recours, l’utilisation du préservatif. Cette stratégie, très soutenue par les églises évangélistes, a régulièrement été accusée de faire prévaloir des considérations morales sur l’évidence des faits scientifiques. Suivant la même logique, alors que des études épidémiologiques révèlent que le taux de prévalence du VIH/sida parmi les homosexuels ougandais est de plus de 12 %, la loi venant d’être promulguée avec l’important soutien des évangélistes, les condamne à la clandestinité avec des conséquences catastrophiques prévisibles sur l’ensemble de la lutte contre le sida.

Ce déni de réalité du président Museveni, l'un des premiers dirigeants africains à avoir parlé ouvertement du VIH et lancé d'importantes campagnes de sensibilisation sur le sida, témoigne d’une volonté populiste qui ne tient aucun compte des données scientifiques particulièrement alarmantes concernant cette population. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande pourtant aux autorités gouvernementales "d’établir et d’appliquer des lois antidiscriminatoires et protectrices, afin d’éliminer la stigmatisation, la discrimination et la violence subie par les Hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres Hommes, et de réduire leur vulnérabilité à l’infection à VIH ainsi que l’impact du VIH et du sida" (2).

Africagay contre le sida appelle le président ougandais à respecter le chapitre 4 de sa propre constitution qui garantit "l’égalité de tous les citoyens devant la loi" et protège ces derniers des discriminations. Nous l’appelons à redevenir le leader africain de la lutte contre le sida en mettant en application les recommandations des organisations internationales dans le respect et la promotion du droit à la santé des citoyens ougandais !"

(1) : Country progress report Uganda, Uganda AIDS commission, April 2012.
(2) : OMS, "Prévention et traitement de l'infection à VIH et des autres infections sexuellement transmissibles chez les hommes ayant des rapports sexuels avec d'autres hommes et chez les personnes transgenres. Recommandations pour une approche de santé publique", Genève, 2011.