Personnes fragiles et règles de déconfinement

Publié par jfl-seronet le 28.05.2020
1 581 lectures
Notez l'article : 
5
 
Politiquedéconfinementpersonnes fragiles

Le moins qu’on puisse dire, c’est que les règles de déconfinement pour les « personnes fragiles » : personnes âgées de 65 ans et plus, avec antécédents cardiovasculaires, ayant une maladie chronique, sont complexes. Dans un communiqué, publié mi-mai, France Assos Santé fait le point sur ce sujet et appelle surtout à « une plus grande clarté dans les règles de déconfinement pour ces personnes ».

Personnes âgées de 65 ans et plus, avec antécédents cardiovasculaires, ayant une maladie chronique, ils et elles sont très nombreux à relever de la liste des personnes fragiles vis-à-vis du Covid-19. Cette liste qui a été établie par le Haut conseil de santé publique, signifie que ces personnes ont plus de risques de développer une forme sévère de Covid-19. « Aux premiers jours du déconfinement, et ce malgré l’enjeu, force est de constater que les consignes ne sont pas claires pour que ces personnes puissent aborder la fin du confinement sereinement », explique France Assos Santé dans un communiqué.

« Apprendre à vivre avec le virus : oui, mais comment ? », interroge le collectif. Le diagnostic est le suivant : de multiples consignes, diffusées par de nombreuses agences, instances de santé publique, comités d’experts-es, sur de multiples supports, pour le déconfinement. France Assos Santé cite, par exemple : les recommandations la Haute autorité de santé ; les recommandations de l’Agence nationale du médicament ; les recommandations de Santé publique France ; les avis du Haut conseil de santé publique ; les avis du Conseil scientifique, ceux du Comité Analyse, Recherche et Expertise ; ceux du Comité national consultatif d’éthique, etc.

À cette somme s’ajoutent des grands principes de déconfinement parfois intégrés dans des guides et protocoles ministériels par secteur (travail, santé, éducation, économie) qui n’abordent pas toujours de façon explicite la question des personnes fragiles, note France Assos Santé. Enfin, toutes les mesures identifiées sont également adaptées au contexte local en fonction de la « couleur du département ».

« Nous craignons, à cause du foisonnement des recommandations, une dilution des messages et donc une perte d’information sur les consignes sanitaires pour les publics à risques, qui doivent pourtant recevoir des messages clairs pour se protéger », explique aujourd’hui France Assos Santé. Le collectif a d’ailleurs un bon exemple en tête. « La différence dans l’accès aux masques, dont peuvent bénéficier les personnes « très fragiles » via une prescription (dix masques par semaine), contrairement aux personnes en affection longue durée (ALD), alors qu’une chose est certaine : le virus est dangereux pour toutes les personnes fragiles, et n’opère pas de sélection quand il frappe ».

Le collectif demande « une totale clarification des règles de déconfinement par « catégorie » de personnes fragiles, coordonné par une agence unique et mis à disposition des associations d’usagers-ères concernées. Ces consignes doivent être sans équivoque afin d’accompagner la vie quotidienne de milliers de personnes, abordant les déplacements (dois-je prendre les transports ?), le travail (dois-je reprendre le travail ?), l’enseignement (dois-je renvoyer mes enfants à l’école ?). Elles doivent être une réponse à la situation et aux besoins spécifiques des personnes en raison de leur état de santé, en s’appuyant sur des recommandations des associations, comme l’a fait par exemple l’association Renaloo via ses vingt propositions ».

Des associations de patients-es membres de France Assos Santé – telles que la Fédération française des diabétiques, Renaloo ou l’Afa-Crohn-RCH –  ont déjà entamé ce travail. France Assos Santé demande que le « gouvernement soit totalement transparent sur les risques liés au déconfinement pour les personnes fragiles, alors même qu’il est répété qu’il faut désormais « apprendre à vivre avec le virus ».

 

Commentaires

Portrait de jl06

 Je rentre  de rando en montagne , fêté les 90ans d'un copains ,  14km ,a 1700m d,altitude , avec forçe champagne ....

Vivé et basta ,Cool