PrEPage : une étude sur l’usage "sauvage" de la PrEP

Publié par jfl-seronet le 05.05.2015
9 056 lectures
Notez l'article : 
0
 
SexualitéPrEPagePrEPTruvada

Dans le prolongement de sa demande d’une RTU (recommandation temporaire d’utilisation) pour le Truvada en usage préventif, Aides (secteur de la Mire : Mission Innovation Recherche Expérimentation) lance une étude sur la PrEP (prophylaxie pré exposition) sauvage. Baptisée PrEPage, cette étude vise à "penser et mettre en place l’accompagnement des usagers pour faire avancer le plaidoyer en faveur de la RTU !" Explications et rappel du contexte.

La PrEP dans le VIH : petit rappel

La prophylaxie pré-exposition (PrEP) consiste à donner à des personnes qui ne sont pas séropositives au VIH les traitements habituellement destinés aux personnes vivant avec le VIH, et ce dans un but préventif. En France, les autorités sanitaires (Agence nationale de sécurité du médicament, notamment) ont été interpellées afin de rendre possible la prescription de Truvada (traitement anti-VIH) en préventif pour les personnes séronégatives n’utilisant pas systématiquement des préservatifs. La recommandation temporaire d’utilisation (RTU), le dispositif qui permettrait l’accès au Truvada en préventif n’est, cependant, toujours pas en vigueur chez nous.

Qu’est-ce que la PrEP sauvage ?

Bien que la PrEP ne soit pas encore autorisée en France, des personnes utilisent déjà du Truvada en préventif, hors des essais cliniques. On parle alors d’un usage "sauvage" de la PrEP.

Une étude sur la PrEP sauvage

En France, les informations sur les utilisateurs de PrEP sauvage sont rares. L’enquête Flash PrEP de Aides menée l’année dernière et à laquelle 3 024 personnes ont répondu, a permis de montrer que 4,5 % des répondants déclaraient avoir déjà utilisé la PrEP hors essais cliniques. Pour identifier les enjeux qui entourent cette pratique, Aides souhaite collecter des récits (expériences, besoins, etc.) d’usagers de PrEP sauvage en France. Ce recueil d’information est réalisé dans le cadre d'une recherche intitulée "PrEPage", réalisé en partenariat entre le CHU Hôtel-Dieu, l’Inserm et Aides avec le soutien de l’ANRS (France Recherche Nord & sud Sida-hiv Hépatites).

Comment va se dérouler cette étude ?

L’objectif de l’étude
Il s’agit d’obtenir des informations sur le vécu et les besoins des personnes utilisant des traitements antirétroviraux en prophylaxie-pré-exposition hors essais cliniques. Ces informations serviront à comprendre les expériences des usagers de PrEP sauvage, élaborer des recommandations pour répondre à leurs besoins et attentes, et préparer l’arrivée de la PrEP en France, une fois la RTU accordée par les autorités de santé.

A partir de quelles données ?
Le projet va reposer sur une vingtaine d’entretiens individuels, d’une durée de une à deux heures. Les entretiens seront enregistrés avec l’accord des personnes interviewées et retranscrits intégralement. La participation à l’étude est confidentielle et tous les entretiens seront anonymisés.

Qui peut participer ?
Les entretiens seront réalisés auprès de personnes ayant recours ou ayant eu recours au cours des trois dernières années à de la PrEP sauvage. Quelques entretiens avec des informateurs clés (médecins, etc.) seront également menés.

Comment participer ?
Si vous êtes vous-même usager de PrEP sauvage ou si vous l’avez été. Si vous connaissez des personnes concernées qui pourraient être intéressées par l’étude, vous pouvez en parler avec elles. Un seul contact pour tous : prepsauvage "@" gmail.com

Quand ?
Les entretiens auront lieu d'avril à juin 2015. L’analyse des récits se fera à la suite.

Commentaires

Portrait de bernardescudier

Bravo. Esperons que l'etat vous finance !

Portrait de frabro

Quelle résultat espérez vous tirez d'une enquête reposant sur vingt personnes ?

Cette approche n'a rien de scientifique, les personnes seront triées dans le sens voulu (en faveur de la Prep bien évidemment...)

Aucun intérêt, et j'espère bien que l'Etat ne gaspillera pas d'argent dans ce genre de chose.

Portrait de bernardescudier

Il faut savoir les conditions du financement : qui , quoi ou .... Merci de poser des questions. Quant aux reponses ... nous les attendons !