Préservatifs et seringues dans les prisons pour lutter contre le sida

Publié par jfl-seronet le 15.03.2013
8 457 lectures
Notez l'article : 
3.5
 
Initiativeprisonprévention

Fournir des traitements de substitution, des seringues et des préservatifs aux personnes en détention est crucial pour lutter contre les effets des drogues et la transmission du VIH/sida et des hépatites dans les prisons, ont averti des experts de toute l'Europe réunis à Bucarest pour une conférence.

"Nous soutenons les traitements de substitution aux opiacés et les mesures visant à réduire les risques, y compris la distribution de seringues", a expliqué Stefan Enggist, un responsable de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) lors d'une conférence sur l'usage de drogues en prison, organisée par le Conseil de l'Europe fin février 2013. "Ces mesures sont cruciales pour tenir sous contrôle la transmission du VIH dans les prisons", souligne cet expert, cité par l’AFP.

De son côté, le professeur Heino Stöver de l'Université de Francfort a rappelé que "seulement une soixantaine d’établissements pénitentiaires à travers le monde ont mis en place des programmes de distribution de seringues propres. Certains pays - comme la Pologne, pour des raisons religieuses - ont même interdit la distribution de préservatifs aux détenus", a-t-il regretté. Entre 15 à 25 % des personnes en détention dans des prisons européennes ont été condamnées pour des infractions liées aux drogues. Une personne détenue sur six est usagère de drogues. "Dans les prisons, partager une seringue est la règle, ce qui entraîne une forte incidence des maladies transmissibles par voie sanguine", souligne Heino Stöver. En Europe de l'Est et en Asie centrale, le nombre de personnes porteuses du VIH a augmenté de 250 % entre 2001 et 2010, indique l'ONUSIDA.

Personnes détenues… et vulnérables

Ces quinze dernières années, il y a eu une énorme progression de l'infection au VIH en Roumanie et en Bulgarie, une montée due notamment à l'usage de drogues injectables, a indiqué Heino Stöver à l'AFP. La population carcérale figure parmi les catégories les plus vulnérables. Selon l'association AVERT, 55 000 des 846 000 détenus de Russie en 2010 vivaient avec le VIH. En Estonie, quatre études font état d'une incidence du VIH en prison allant de 8,8 à 23,9 %. Pour lutter contre ce fléau, les experts appellent les autorités à admettre qu'il est impossible d'empêcher l'accès des personnes en détention aux drogues et recommandent en conséquence la distribution de seringues propres et de préservatifs pour limiter les risques sur la santé. Mais les progrès sont lents. En Allemagne, seule une prison sur 185 établissements a introduit un tel programme. En Roumanie, c'est la prison de Jilava, au sud de Bucarest, qui teste cette méthode. "Notre but est de réduire le risque de transmission du VIH et d'autres maladies, indique le porte-parole de Jilava, Cristian Micu, cité par l’AFP, assurant que les personnes détenues bénéficient d'une totale confidentialité à cet égard. La Roumanie est plus avancée que d'autres pays est-européens, elle doit maintenant étendre ce programme, estime Heino Stöver. Selon lui, une étude menée dans onze prisons a révélé que la distribution de seringues n'a pas entraîné de hausse de la consommation de drogues, les aiguilles n'ont pas été utilisées en tant qu'armes tandis qu'aucun nouveau cas de VIH n'a été enregistré.

Réagir contre les hépatites

Confrontée à une multiplication alarmante des cas d'hépatites virales, la Géorgie a lancé en 2012 un programme de distribution de préservatifs aux personnes en détention. La Moldavie met, elle, l'accent sur les traitements de substitution et sept de ses dix-sept prisons fournissent de la méthadone. "Ce traitement réduit la consommation illégale de drogue, prévient la transmission des maladies et en fin de comptes sauve des vies", souligne Hans Wolff, professeur à l'Université de Genève.

Commentaires

Portrait de frederic16

Les preservatifs (OK,pour les homosexuels).Traitement de subtitution et seringue(NON)faut pas exagerer(mettre en place un genre de post cure,avec un suivi apres).AMITIE

Portrait de alsaco

 t 'as pas l 'air d 'être au courant de la réalité des prisons  . il n 'y a pas encore de distributeurs de kpotes dans  les coursives . et l 'homosexualité est complètement tabou .  la drogue  entre  par les parloirs et donc par  des personnes extérieures  .   tout le monde se défonce et  l 'administration ferme les yeux .

je te parle de taule française   où les services de prévention ont du mal a pénétrer pour faire leur boulot  . le sexe et les subtances  existent et malheureusement  les maladies virales qui  y sont liées se propagent  vite .

 

tu dis  - faut pas exagerer -  est un discours que j 'ai déja entendu quelque part . juste  un peu d ' humanité  Merci pour eux  .

Portrait de frederic16

Je sais de quoi je parle(pour eux le paradis)et il est grand temps de faire quelque chose(avec une grande humanité).Sinon ghetto.AMITIE

Portrait de SCREAMING FOR VENGEANCE

je ne le pense pas mais du sexe il y a en a meme si c'est dur de l'admettre pour certains, et des heteros se servent de mecs pour assouvir leurs envies,

alors oui au préservatif  dans les prisons pour arreter de croire que si on ne parle pas de certaines choses elles n'existent pas...

et oui aux  seringues pour eviter que ces types qui souffrent fassent n'importe quoi avec n'importe quoi.

Portrait de frederic16

Oui pour les heteros qui abuse.NON pour les seringue,il faufrait creer un genre de post cure fermée .Et par la suite post cure ouverte avec un suivi et bracelet electronic si il le faut(conditionnel).Moi il y a 36 ans,un stage en prison,meme mitar(evidemment pour drogue),on avait simplement le droit de lire,maintenant le PARADIS(television,musculation et j en passe.Enfin excuse-moi chacun pense comme il veut.Donc respect.AMITIE

Portrait de lounaa

Effectivement je confirme ce que dit Alsaco et screaming forv, tu est loin mais très loin de la réalité du milieux carceral frederic16 ...

Oui aux seringues car la dope rentre dans les prisons ,et les détenus accro se shoote avec des pompes pas clean , ils choppent ainsi vih vhc  et autres saloperies ...

 Et parfois avec un bic (stylo) auquel à l'autre bout est souder une aiguille faucher à l'infirmerie,  !! le piston genre coton tige  pour compléter l'ensemble ...

La voila la réalité , alors pour tout mes frères rentrer clean en taule et sortit plomber, et qui sont morts pour la plupart , et pour tout ceux qui sont au trou de nos jours

je demande aussi du respect ...

 Qui est un bien grand mot à employer avec réserve ...

On parle d'humains qui sont dans le pire des ghettos , pas en colonie de vacances ...YellTongue Out