Recommandations suisses : c'est ok pour la Deutsche AIDS Hilfe

Publié par jfl-seronet le 22.04.2009
1 993 lectures
Notez l'article : 
0
 
prévention par le traitementrecommandations suissespréventionréduction des risques sexuels
Les recommandations suisses ont eu le grand mérite de pousser, dans de nombreux pays, personnes concernées, scientifiques, organismes officiels, acteurs associatifs à débattre, à réfléchir et à prendre position. Après l'association australienne Positive Life New South Wales (dont Seronet a déjà parlé) et en attendant l'avis du Conseil national du sida en France (fin avril), c'est au tour de la Deutsche AIDS Hilfe, la plus importante association allemande de lutte contre le sida, de prendre position en faveur du "protocole suisse". Voici ce qu'ils en disent.
happiness.png

Ce n'est pas forcément utile pour l'ensemble des Séronautes, mais au cas où, on peut rappeler que les recommandations suisses (certains parlent désormais de "protocole suisse")  affirment que "les personnes séropositives ne souffrant d'aucune autres infections sexuellement transmissibles et suivant un traitement antirétroviral efficace ne transmettent pas le VIH par voie sexuelle". Le site anglais Aidsmap rapporte que la Deutsche AIDS Hilfe, la plus importante association allemande de lutte contre le sida, vient de publier un document affirmant l'intérêt du traitement en terme de prévention. Une information que Warning a mise en ligne (en français) rapidement et que l'association accompagne d'un communiqué.


La Deutsche AIDS Hilfe est d'accord avec le protocole suisse et affirme donc que la transmission sexuelle du VIH est "improbable" lorsque les conditions suivantes sont réunies :
1 : la charge virale du partenaire séropositif est indétectable depuis au moins six mois ;
2 : l'observance au traitement anti-VIH est bonne ;
3 : les muqueuses génitales sont en bon état.


Dans ces conditions, les "risques de transmission du VIH sont comparables à ceux liés à un usage systématique du préservatif", indique l'association allemande. Tout comme la Commission fédérale suisse sur le sida (les recommandations, c'est eux) la Deutsche AIDS Hilfe met en avant les risques liés aux infections sexuellement transmissibles (IST ou ITS) pour deux raisons. D'une part, parce qu'elles "peuvent augmenter la charge virale chez la personne séropositive et, d'autre part, parce qu'elles peuvent endommager les muqueuses génitales chez la personne séronégative, et faciliter ainsi l'entrée du virus dans l'organisme.


La Deutsche AIDS Hilfe mentionne les cas où le virus a été détecté dans le sperme d'une personne dont la charge virale dans le sang était indétectable. Pour autant, l'association allemande plaide pour une approche de prévention "réaliste" reconnaissant que les personnes ne veulent pas nécessairement éliminer tous les risques, mais plutôt faire la balance entre le niveau de réduction du risque recherché et le bénéfice qu'on espère d'une situation. Dans ce cadre, chacun agit selon ses priorités.


"Quid de l'applicabilité chez les gays ?", s'interroge Warning. La Deutsche AIDS Hilfe rappelle qu'il y a peu d'études sur l'effet du traitement anti-VIH sur les infections chez les gays. Elle considère que des "preuves scientifiques seront difficiles à produire dans un futur proche". En conséquence,  l'association soutient qu'il est "logique de faire l'hypothèse que la réduction drastique de l'infectiosité en cas de charge virale indétectable a lieu aussi chez les hommes homosexuels." Un argument avancé par Bernard Hirschel qui a largement fait connaître les recommandations suisses.


La Deutsche AIDS Hilfe fait également le point sur les avantages et les inconvénients du préservatif, d'une part, et du protocole suisse d'autre part (à voir sur Warning).
Dans son communiqué, l'association espère que "le Conseil national du sida saura prendre en compte une telle approche "réaliste" de la prévention, et reconnaîtra l'intérêt des traitements, non seulement en termes de prévention au niveau collectif, mais également individuel."

Illustration : Jaimz

Commentaires

Portrait de lea-mûre-trans-seroplus

De me dire que je peux me mettre cul-nu dans le bois de Boulogne et m'enfiler des péres de famille en série sans capote (mon rêve) sans risquer quoi que se soit. Mais que fait-il de l'hépatite, des syphs, des gonorhées et autres MST? Les rétro-viraux qui diminuent la charge virale anéantissent aussi la transmission de ces squatteurs non désirés? Qui joints au Sida ne vous améliorent pas la vie, même au point de vue de la discrimination sexuelle entre seropos (voir les propos de Kaaphar sur la discrimination des co-infectés chez les BBK-men)? Je ne vous parle pas de la surcontamination avec d'autres souches du virus, car pour l'administration de ce site c'est une rumeur urbaine et rien d'autre.
Portrait de olivier-seronet

Bonjour Lea, Je pense qu'il ne faut pas dire n'importe quoi. Le risque de surcontamination est par exemple traité dans la BD de AIDES "Sexe et +" à la page 9 http://www.aides.org/rapport/remaides-bd-sexe.pdf Administrateur Seronet
Portrait de skyline

Maman Léa vous avez encore mal lu (ou pas lu du tout) les articles en question : "Comme la Commission fédérale suisse liés au sida, la Deutsche AIDS Hilfe met en avant les risques liés aux infections sexuellement transmissibles (IST), à la fois parce qu’elles peuvent augmenter la charge virale (présence du VIH) chez la personne séropositive et endommager les muqueuses sexuelles chez celle séronégative, et ainsi faciliter l’entrée du virus dans l’organisme." Tout le monde est d'accord avec vous, ce que vous dites n'apporte rien de nouveau comme information, ni une contre-argumentation intéressante. Encore une fois vous jouez sur les peurs, pourquoi ? Laissez donc les couples sérodifférents choisir et vivre en paix. Et arrêtez de ramener tout au bareback, ça devient franchement pathétique.
Portrait de avion

Si vous voulez approfondir, le document complet en anglais est accessible par le lien suivant. http://www.aidshilfe.de/media/de/0904_DAH-Papier_HIV-Therapie_und_Praeve...
Portrait de vincent58

Chère Léa, mais si les bons pères de famille n'ont pas le désir de mettre des capotes c'est un peu de leur responsabilité non ? A leur guise de se faire éclater la rondelle ou d'éclater la notre mais Il va tout de même falloir que les pères de famille seronégatifs assument leurs choix de faire prendre des risques à bobonne ! C'es assez facile de tout le temps nous renvoyer dans la gueule que nous les séropos sommes responsables de la prévention... Ben du coup Hirschell apporte tout de même une confirmation que si nous les méchnats séropos on est bien obéissant et que l'on prend bien ses cachetons on prend soin de tes bons pères de famille non ? Tout le temps te voir ressortir les mêmes trucs dans tes billets c'est assez barbant à la fin !!! tu radotes chérie.....et j'ai déjà l'impréssion que tu va faire du copié collé dans ta réponse !